Aviation civile‎ > ‎Avions civils‎ > ‎Tourisme‎ > ‎

Grumman AA-5

A l’origine de cet avion, il y a le Bede BD-1, un avion biplace monomoteur à aile basse, que son concepteur, Jim Bede, avait développé dans l’esprit de le vendre en «prêt-à-monter»… et pour se conformer à la loi, avait demandé à la FAA (Federal Aviation Administration) que son avion soit certifié et reconnu bon pour le service selon les directives du document «FAR (Federal Aviation Regulations) Part 23» en vigueur aux Etats-Unis et s’appliquant principalement aux avions de tourisme, utilitaires, acrobatiques, ou encore affectés au trafic civil sous-régional voir régional.

Image

Grumman American Aviation AA-5B Tiger (c/n : AA5B-0197) construit en 1975, ici immatriculé au Danemark, et photographié dans le hangar de Grimbergen ce dimanche 18 juillet 2010 

(Photo © Jan Wybouw)

Toujours est-il que l’ami Bede, impatient de construire son avion et de le vendre, fonda, sans plus attendre la «Bede Aviation Corporation » basée à Cleveland dans l’Ohio. Mais c’était compter sans la méfiance de la FAA qui rechignait, à accorder sa certification « FAR Part 23 » à cet avion léger, au titre que ses ailes étaient repliables. Il s’en suivit une augmentation du coût de la procédure de certification qui s’enlisa et conduisit à la bisbrouille entre Jim Bede et ses actionnaires. La situation empira au point que ces derniers éjectèrent Jim Bede du Conseil d’Administration de sa propre société et qu’ils la renommèrent «American Aviation».

Il ne resta alors plus aux ingénieurs d’American Aviation qu’à adapter des ailes fixes à l’avion pour que le Bede BD-1, devenu entre-temps le AA1 (American Aviation 1) obtienne sa certification «FAR Part 23» le 29 août 1967… et voie sa production en série débuter le 30 mai 1968, comme avion livrable complet et non plus en formule «prêt à monter». Ce sera le AA1-Yankee Clipper dont 459 exemplaires seront construits entre 1969 et 1971 à Cleveland dans l’Ohio. Ce succès incitera "American Aviation" à continuer l’aventure en développant d’autres modèles. Mais voilà, au cours de 1971, le constructeur d’avions Grumman, désireux de diversifier son activité, décide de se doter d’un département «Avions de tourisme» et, pour ce faire, rachète «American Aviation».Voilà pour la genèse du Grumman AA5 qui est une version dérivée et élargie du AA1 avec un plus grand habitacle prévu pour recevoir quatre personnes. Quatre versions seront développées : 

(1) le AA5 Traveler propulsé par un Lycoming O-320-E2G de 150 cv pouvant voler à 224 km/h. 834 appareils seront produits et sa production cessera en 1975, année durant laquelle fut produite une version de ce même appareil à l’aérodynamique améliorée au niveau du capot et du train d’atterrissage ;  

(2) le AA-5A Cheetah qui est en fait un AA5 Traveler dans sa dernière version améliorée encore plus améliorée du point de vue de l’aérodynamique. La ressemblance du AA5 Cheetah avec le AA5 Traveller était telle que le département commercial  de Grumman décida d’associer l’emblème «leaping Cheetah» (Jaguar bondissant) au AA5 Cheetah (d’où son nom !). Puis allez savoir pourquoi, voilà que Grumman, en 1978,  revend sa division «avions de tourisme» à "Gulfstream Aerospace" qui continuera la production du AA-5A Cheetah qui se vendra à 900 exemplaires en tout ;

(3) le AA-5B Tiger, celui-là avait été développé par les ingénieurs de Grumman parallèlement aux autres durant l’année 1974, et il fut mis en vente à partir de 1975. Extérieurement, lui aussi ressemblait au AA5 Traveler et au AA5 Cheetah… dont il se distinguait cependant par un moteur plus puissant, un Lycoming O-360-A4K de 180 cv lui permettant d’atteindre la vitesse de 257 km/h. Sa ressemblance avec ses frères lui valut de la part du même département commercial de Grumman d’avoir pour emblème lui un «galloping Tiger»  (un tigre qui court). La production de cet avion fut également reprise par «Gulfstream Aviation» qui cependant renonça à produire des avions à hélices en 1979 après avoir vendu 1323 appareils du AA-5B Tiger ; 

(4) le AG-5B Tiger (dont la production ne fut pas assumée par « Gulfstream Aviation » mais bien par une nouvelle société créée dans les années 80, la «American General Aviation Corporation») qui était encore une version améliorée de ses prédécesseurs (nouveau tableau de bord, aérodynamique encore plus efficace, etc.) ce qui permit à ce nouveau modèle d’atteindre 265 km/h. American General Aviation Corporation envisagea aussi de relancer la production du AA1 et de l’AA5 Traveler mais elle tomba en faillite en 1993 après avoir vendu 181 AG-5B Tigers entre 1991 et 1993. Une encore nouvelle société prit le relais, la Tiger Aircraft LLC qui commença de produire le AG-5B Tiger à Martinsburg en Virginie de l’ouest. Entre 2001 et 2006, cinquante et un exemplaires du AG-5B Tiger furent produits puis la société tomba en faillite en 2007. Et plus personne, depuis, n’osa produire cet avion dont 3282 exemplaires (toutes versions confondues) furent quand même construits entre 1971 et 2006 !

Concernant la fiche technique, l’envergure de cet avion est de 9,6m ; sa longueur de 6,7m ; sa hauteur de 2,4 m ; sa surface alaire de  13 m2. Sond poids est de 680 kg à vide et ne peut en aucun cas excéder 1090 kg au décollage. Son rayon d’action est d’environ 1270 km et son plafond (en vol de croisière) de 4200 m.

 

  

Comments