Accueil

ENTROPIES NUMÉRIQUES

LA PERTE COMME PROCÉDURE HEURISTIQUE, PROCESSUS POÏÉTIQUE, 

PROCÈS THÉORIQUE.

Mon travail s’intéresse à la perte, la disparition, la défiguration. 

Dans un premier temps, la mise en œuvre de procédures d’enregistrement spécifiques produit une perte initiale. 

Dans un second temps, elle est renforcée par des traitements numériques visant une déperdition graduelle que l’on peut alors nommer entropie, une notion issue de la thermodynamique ici déplacée, ce que Claude Lévi-Strauss a fait pour l'anthroplogie. Dans le champ de l'art, Robert Smithson faisait référence à la notion pour sa pratique et sa théorisation.

Dans mon travail, cette entropie est à la fois une procédure exploratoire qui favorise la découverte de phénomènes (seuillage, lissage, pixellisation, scintillements…), un processus en surenchère ou en abyme qui la développe, rend visible son action et dans le même temps, un procès théorique.

Anne GAVARRET - contact: prénom.nom@ac-paris.fr