Animation défensive en 4-3-3

PHASE DÉFENSIVE DANS UN SYSTÈME 4-3-3 BASE SUR LA ZONE

 

Appliquons en  phase défensive les principes et notions tactiques à un système 4-3-3 basé sur une animation défensive en zone .

 

Défense à partir dans le camp adverse.

La notion de la "couverture de la balle" est fondamentale dans le football, car elle participe à la reconquête de la balle, et va être la cause (très probablement) d'une faute de gestion du possesseur de balle.

La situation de "balle couverte" représente l'idéal pour déclencher la stratégie de PRESSING: c'est-à-dire, l'action collective de pression directe pour une reconquête immédiate de la balle, par duel ou interception.

Le pressing ne se fait pas au hasard, il existe des situations qui favorisent la réalisation de cette tactique telles que :

· passe forte qui demande une réception laborieuse

· passe haute qui demande une réception laborieuse

· passe sur la bande latérale, où se rétrécissent les espaces de jeu.
 
 

La phase défensive est très agressive en réponse à la manœuvre adverse. La pointe centrale grenat est en "fermeture" sur le défenseur central droit. La passe directe vers le défenseur central gauche, le met sous la pression du milieu piston droit des grenats. Les ailiers attendent en zone les défenseurs latéraux adverses. Leur positionnement est important pour empêcher un jeu facile et fluide de l'adversaire .

 
 
 
 
 
 
 
 
Si la sortie du ballon se fait sur l'extérieur gauche L'ailier droit va en pression, (de manière adéquate) assisté de son milieu piston latéral qui fait un mouvement de couverture. L'avant-centre va en "duel indirect", en créant une zone d'ombre, sur le défenseur central gauche. L'ailier sur le côté faible (gauche), décide en fonction du contexte tactique soit de serrer vers la zone de pression, soit assumer une position plus attentiste et prudente
 
 
 
 
 

Dans la zone du milieu de terrain, les trois demi doivent se distribuer la couverture de l’espace, en lien avec au moins un des deux ailiers. L'important est de rester toujours compact et équilibré, en appliquant les actions retardatrices et de temporisation, sans pour autant devoir tout de suite chercher à reconquérir la balle. La pression, doit se déclencher quand il y a les fondements technique et tactiques. Appliquée sans intelligence, elle devient dispendieuse sur le plan physique et risquée.

On voit la stratégie caractéristique de positionnement très haut des ailiers pour empêcher la solution sur un des deux défenseurs extérieurs.

Il est clair ici que le gardien adverse est contraint de chercher le renvoi trop loin. C'est une stratégie utile pour mettre en difficulté les équipes ayant un jeu aérien insuffisant .

En cas de transmission de la balle à un des deux défenseurs centraux adverses, le pivot (avant centre) exercera un pressing moins intense, en temporisant en zone centrale.

Sur la conduite de balle au pied d'un des deux défenseurs centraux, l’aplatissement des lignes permettra une compression avantageuse des espaces de jeu et favorisera l’équipe défendante.
 
 
 
 
Défense à partir du milieu du terrain

Un collectif défend bien lorsqu’il réussit à créer, par rapport à la position de la balle, une aptitude et un équilibre "3+1" c'est à dire :

  • Le "3" signifie Cadrage / couverture / équilibre sur la balle (selon les principes de la zone) plus les 2 (deux) couvertures nécessaires au soutien de cette action,
  • le "1" étant le joueur (ailier) qui surveille le côté faible et qui assume une position qui oscille suivant différentes stratégies entre : couverture de l’espace, ou en défense du but, ou contrôle d'un homme dangereux en zone et recherche de l'interception sur une ligne de passe pour un redémarrage

Par exemple le demi gauche vert 4 sort en pression sur la balle ; 8 et 7 sont en couverture sur le côté fort; 10 en couverture sur le côté faible, et il devra être très attentif surtout si son ailier 11 n'est pas un footballeur prédisposé au sacrifice…A la passe , le 4 vient en couverture du 10 qui va au marquage.

Ceci parce dans une situation de "balle couverte", le déplacement défensif peut se contracter et se fermer en rétrécissant les espaces utiles de jeu et en allant au "contact indirect" sur des appuis éventuels.

La "ligne" défensive (par ligne on doit entendre : dernier niveau de l'échelonnement défensif placé à la protection de son propre but, ). La ligne défensive peut monter et raccourcir l'espace entre les lignes. Le résultat est que les adversaires qui ne se replacent pas (parce que la balle est couverte justement d'une manière adéquate) restent en position de hors-jeu, et se coupent les solutions en profondeur.

Si l'adversaire n'est pas pressé, il peut amorcer les mouvements de la balle tranquillement devant la ligne. Il est donc clair qu’il faudra avant tout que la ligne défensive recule et couvre les espaces face à son propre but ou à sa propre zone, pour ne pas se trouver non préparée sur les insertions des adversaires. En pratique on recule, on couvre, on temporise. Une fois que le collectif aura réussi à reconstituer la "balle couverte", on peut remonter et raccourcir.

Justement ces adaptations continues de la dernière ligne d'échelonnement défensif, souvent qualifiés d’"ÉLASTIQUE", mettent en crise les attaquants adverses, toujours contraints à être attentifs à ne pas finir en hors-jeu comme indiqué sur ces schémas.

Le possesseur de balle peut s’enfoncer dans notre zone défensive: situation typique de "balle libre". Le défenseur procède d'abord à un léger recul, et à la protection des espaces de jeu en face de son propre but.

Si aucun mouvement n’est amorcé devant la ligne de la balle et ou si le porteur continue sa conduite de balle vers une zone déterminée, on passe à la "seconde phase", celle de la compacité défensive et de "la couverture de la balle".

L’un des défenseurs centraux, dès que la situation le rend possible (ex. allongement excessif de la conduite de balle, tête du possesseur orientée vers le bas), intervient d'une manière adéquate couvert par les partenaires de ligne. Le défenseur central sort selon les principes d'un marquage individuel correct et il devra réussir ensuite à limiter les solutions de jeu de l'adversaire.

Dans le cas de marquage efficace, les partenaires de ligne pourront raccourcir et monter, en rétrécissant ultérieurement les espaces de jeu et en comprimant la profondeur de jeu.

Evidemment il s’agit, vous le notez, de principe. En réalité la ligne défensive doit être toujours très attentive, car il n’y a jamais de contextes si définis et figés. Il faut éviter des raccourcissements de l'équipe qui ne soient pas soutenables en relation au développement prévisible du jeu.

L'élastique est important et avantageux, mais il doit être appliqué avec intelligence et avec des déplacements rapides, coordonnés mais certainement pas voyants et risqués.

Par exemple, sur une passe en retrait vers une zone latérale du terrain il peut être utile de "lever un peu" la ligne défensive, mais il faut toujours s’appuyer sur les aspects fondamentaux de marquage, prise de position, défense du but, et en plus généralement de la couverture réciproque (voir partie sur les diagonales de couverture) et d'un équilibre opportun d'équipe.

 Selon le résultat du "duel" qui se déroule dans la zone gauche du terrain, les actions défensives de D et les actions offensives de A, vont changer les choix tactiques et les options défensives spécifiques de la défense (joueur en grenat).

En cas de couverture immédiate et efficace de la balle, l'attitude tactique sera au raccourcissement de l'équipe jusque à la stratégie du hors-jeu (flèche grenat).

En l’absence de couverture immédiate et efficace de la balle, l'attitude tactique sera d’imposer rapidement la couverture des espaces, le contrôle de l'homme dans cet espace de la zone, la défense de son propre but (indicateurs de couleur bleue). Le tout, toujours géré dans le cadre d'un système collectif défensif organisé selon les principes de la "Zone."

Conclusion  
 
Le 4-3-3, s’il est joué avec esprit de collaboration de tous les joueurs de l'équipe, permet d'obtenir une bonne occupation des espaces surtout dans les zones du milieu de terrain.
Et, en particulier les ailiers doivent comprendre, et bien assimiler le mécanisme de la couverture nécessaire sur le côté faible de l'action offensive.  Ceci dans le but de pouvoir reconstituer ce "3+1" par rapport à la possession de balle adverse .. C’est un mécanisme général de bon sens, que nous retrouvons aussi dans l'interprétation d'autres systèmes de jeu tel le 3-4-3 ou le 4-4-2.
 

On voit, dans l’illustration ci dessus comment l'ailier droit a effectué la couverture juste sur le côté faible de l'action offensive adverse.

En cas de récupération et de redémarrage, il servira d'appui immédiat à la pointe centrale et à l'ailier opposé

 

Comments