Petrus Alcaline

Prêtre-Marchand grade 5, 53 ans


Petrus est un homme costaud, bien que gagné depuis quelques temps par un léger embonpoint. Une copieuse barbe noire mange l’essentiel de son visage aux traits massifs mais illuminé par deux yeux d’un vif éclat vert. Son contact est celui d’un homme d’une merveilleuse bonhomie : toujours de bonne humeur, très humaniste, Petrus n’en dégage pas moins une véritable autorité naturelle qui incite son interlocuteur à lui manifester malgré tout une certaine distance respectueuse.

Bien avant de fonder TSA, Petrus fut un simple prêtre. Très tôt spécialisé dans la voie de l’érémitisme, il coupa les ponts avec le cossu milieu de hiérarques de la Hanse dont sa famille est issue pour se lancer dans un interminable pèlerinage solitaire. Après avoir découvert plusieurs dizaines de mondes différents, avoir appris les rudiments de leur langue, après avoir médité sur leurs spécificités culturelles, Petrus Alcaline connut, à l’âge de 37 ans, un choc intérieur profond. Une rencontre, sur laquelle il préfère être très discret, peut-être une femme (Petrus vit seul et écarte sans explication toutes les sollicitations dont il peut être l’objet...), bouleversa sa vision du monde. Il comprit dès lors que son érémitisme solitaire était une forme d’égoïsme profond : toutes ces expériences accumulées à travers la Galaxie pour quoi faire ? pour qui ? Ne pouvant répondre à ces questions, il décida de mettre fin séance tenante à son pèlerinage éternel. Le hasard le plus strict fit qu’il se trouvait alors sur Terra Formata, attiré par la description qu’il avait lu des Forêts Primales.

Se tournant alors vers ses racines familiales sans renier pour autant sa carrière sacerdotale, il rejoint comme une évidence le prestigieux corps des Prêtres-Marchands avec une idée fixe : créer ici-même quelque chose dont il pourra être fier le jour de sa mort. Connaissant la beauté des mondes et les vertus du voyage, il décide presque inconsciemment de fonder une petite compagnie faisant office de tour-operator : Travel Star Agency ! Pour se lancer, il sollicite, désormais sans répugnance vis à vis de son passé, ses soutiens familiaux ; ceux-ci lui prêtent une somme conséquente, autant pour investir dans le prometteur secteur de Terra Formata que pour acheter le retour à la famille de l’ancien fils rebelle. Avec cette somme, Petrus achète des locaux dans la petite ville coloniale d'Avant-Poste, quelques véhicules atmosphériques antigrav et surtout un vieux Tabron d’occasion qui sera pour longtemps le fleuron de la future flottille de TSA !

Grâce à ces premiers investissements (qui eurent tôt fait d’absorber tout le capital de la jeune compagnie...), Petrus mit sur pied à la fois des programmes touristiques courts proposant des visites de Terra Formata et des vols charter avec son seul appareil à destination des lieux touristiques proches que Petrus avait eu l’occasion de connaître lors de ses pérégrinations. Possédant une incomparable expérience du voyage, une intuition sans faille pour débusquer les beautés cachées des différents mondes et enfin un don certain pour le contact humain, Petrus Alcaline eut tôt fait de rendre TSA très populaire auprès de la population de Terra Formata et des visiteurs étrangers venus de systèmes proches.

Les retombées financières de ces premiers succès commerciaux furent très vite réinvesties dans le développement de la jeune société : l’achat de bureaux dans les principales villes de Terra Formata (notamment à Emporion Magna), l’embauche d’un personnel moins squelettique qu’à ses débuts et surtout l’achat de nouveaux appareils spatiaux permirent à TSA d’être aujourd’hui une compagnie certes mineure mais respectée et reconnue comme une véritable spécialiste dans son domaine.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire à la lecture de ces dernières lignes, Petrus Alcaline n’a rien d’un farouche Marchand obsédé par le profit ! Son seul soucis est la pérennité de son entreprise et le fait qu’elle continue ainsi de satisfaire ses clients… et ses employés. Vis à vis de ceux-ci, Petrus est comme un second père : il décide seul de leur embauche et prend cette décision sur des critères qui n’appartiennent qu’à lui ; parmi ces critères, il est évident que la compétence professionnelle ne l’emporte pas sur les qualités humaines ou même le besoin urgent de travailler du demandeur. Il n’est ainsi pas rare qu’il offre une seconde chance à quelque "brebis égarée". De même, il n’aura échappé à personne qu’il embauche volontiers par solidarité avec son passé des Prêtres que bien d’autres entrepreneurs auraient déclaré "inadaptés" au marché du travail (cf. Kor Fandii). Enfin, le patron encourage très vivement ses employés à devenir actionnaire de sa petite entreprise afin que celle-ci reste entre de bonnes mains le jour où...