Le jeu‎ > ‎5. L'univers‎ > ‎

1. Chronologie

Note : cette chronologie a été constituée à partir d'éléments disparates parus dans Frontières de l'Empire et dans les Encyclopédies Galactiques (surtout le volume I).


Depuis l'aube des temps, l'être humain a toujours voulu aller voir si l'herbe n'était pas plus verte dans un pré plus lointain. Mais après quelques millions d'années, il avait fait le tour de sa planète natale. Il fallait trouver quelque chose, et vite !



L'âge interplanétaire (NT4)

2150 : Départ du premier vaisseau peuplé en direction des étoiles. Toutes les colonies minières du Système des Origines sont mises à contribution. Mais le vaisseau est terriblement lent : 150 ans de voyage pour l'étoile proche la plus prometteuse. Huit générations devraient vivre et mourir dans un léviathan en route vers l'inconnu. L'humanité tenta tout de même ce prodigieux pari. De nombreux problèmes, à la fois techniques et surtout sociaux, se posaient aux voyageurs. Pourtant, continuellement, d'autres vaisseaux partirent ; de plus en plus nombreux, de plus en plus rapides.

2270 : La première colonie humaine débarque sur un monde viable d'un "vaisseau à générations" parti 106 ans plus tôt. La population intelligente indigène, des nomades à la technologie primitive, est refoulée sur le plus petit continent de la planète.

Les historiens impériaux estiment que les 3/4 de ces héroïques pionniers échouèrent en disparaissant corps et biens dans l'espace profond ou, pour les plus chanceux, en réussissant à survivre mais désormais coupés de toute communication avec leurs semblables pour plusieurs siècles ; en effet, de nombreuses sociétés bâties par des colons sur de lointains mondes habitables tombèrent dans la régression technologique et sociale.

Au cours des siècles qui suivent, les vaisseaux à générations essaiment malgré tout les étoiles proches du soleil.

Vers 2700 : Première révolution technologique dans le domaine de la propulsion spatiale. Un gigantesque laser était braqué vers l'Espace devant ces navires d'un nouveau type. Concentré tout d'abord, il finissait par diverger quelque peu. Noyé dans le pinceau du laser, un champ magnétique. Polarisant les pous­sières interstellaires devant lui, le laser rendait ainsi possible leur ramassage par aimantation et donc leur utilisation comme un carburant inépuisable. Les vaisseaux utilisant ce type de propulsion furent appelés "mange-poussières".

L'invention des mange-poussières, atteignant presque la vitesse de la lumière, permet au Monde des Origines de reprendre contact avec ses colonies. L'afflux de richesses et l'essor technologique entraînent l'expansion humaine vers le centre de la galaxie. Désormais en contact les unes avec les autres, les différentes colonies humaines connurent des échanges féconds. Mais également des guerres...

Vers 2900 : C'est au cours du 30ième siècle que cer­tains systèmes désireux de poursuivre pacifiquement leur évolution se regroupèrent en une Confédération interstellaire humaine. Elles joignirent leurs forces pour créer les plus anciennes divisions de la future Armée impériale, les divisions "Intervention" et "Formation". La division Intervention fut chargée d'assurer la défense des colonies de la Confédération ; la division Formation, de la coordination des armées locales sur les planètes nouvellement ralliées. Nombre de traditions de ces corps datent de cette période héroïque.



L'âge interstellaire (NT5)

5400 : La Confédération interstellaire humaine accueille en son sein une race E.T. de marchands interplanétaires, les Malachites. La rencontre avec les Malachites stimula encore davantage les échanges commerciaux. Les Etres humains évitèrent alors de commettre la faute de tenter de s'imposer politiquement ou par la force. Cette erreur, commise quelques siècles plus tôt dans les premières colonies, aurait entraîné une guerre coûteuse et stérile. Il faut avouer que la civilisation malachite, traditionnellement pacifique, eut sur les humains une influence profondément bénéfique. Fins politiques, les Malachites réussirent à s'intégrer à la Confédération cinquante ans à peine après le premier contact.

5427 : Sous la domination humaine, la confédération s'étend. C'est une époque d'exploration et de piraterie.

Mais la caractéristique fondamentale de cette période reste l'essor du com­merce interplanétaire. Il permit la mise en commun de ressources appartenant à une multitude de colonies. La grande variété des planètes de la Confédération, le nombre quasi illimité de produits, d'objets ou de matières premières échangés entraînèrent un développement considérable du pouvoir économique et donc du progrès technologique. Des mégacorporations sont nées alors, qui existent encore aujourd'hui.

La première guilde transgalactique, la Hanse des Marchands, est alors créée. Elle permit de réglementer une concurrence féroce et d'encourager la libre circulation des idées comme celle des biens.

7017 : Un pas de géant est franchi. La découverte des hyperondes, beaucoup plus rapides que les photons (3000 A.-L./h), permet la mise au point de communications ultrarapides. Par un système de relais radio sur chaque monde de la Confédération interstellaire, il devenait possible d'échanger en quelques heures des informations qui auraient mis des années par courrier mange-poussières.

La régression scientifique, éternel problème sur certains mondes éloignés, disparut. Au contraire, le parrainage des mondes les plus avancés entraîna un progrès technologique énorme des colonies. L'industrialisation fut spectaculaire, aidée par la Hanse qui pouvait désormais ajuster son offre aux demandes précises de chacun de ses clients.

7100 : Un incident se produisit sur un monde retombé en barbarie sur lequel un Marchand sans scrupules importa des armes atomiques. La destruction totale de la population qui s'ensuivit provoqua une vive émotion dans la Confédération. Les Malachites firent passer une loi, dite "de non-prolifération", toujours en vigueur aujourd'hui, pour interdire ce genre de pratiques.

Sur la planète Terra (Sol III), une des plus anciennes colonies humaines, qui était le siège central de la Confédération, un certain nombre de savants se regroupèrent pour mieux contrôler les échanges de technologie. Sous le nom de "Loge Tekno" cette organisation finit par enrôler la majeure partie des scientifiques, désormais appelés "Teknos".

7494 : Dans les derniers jours de l'année 7494, un clone de sexe féminin, la légendaire Rosalia Goutte-de-Pluie, vola un prototype de barge près du monde colonial d'Edénis. Il était équipé du moteur du fameux tekno Jonas Varlet, théoriquement capable de dépasser la vitesse de la lumière mais que l'on n'avait jamais réussi à mettre au point. C'était le moyen le plus spectaculaire trouvé par Rosalia pour mettre fin à ses jours... Le vaisseau disparut subitement sous le nez de la navette de police que l'on avait envoyé à sa poursuite. Mais, à la différence des centaines d'engins automatiques équipés du même moteur Varlet qui l'avaient précédée, la barge pilotée par Rosalia ne fut pas détruite dans les secondes qui suivirent. Les observatoires guettèrent en vain l'intense luminosité habituelle, signe de son retour catastrophique dans l'Espace... ÇA AVAIT MARCHÉ ! Elle était allée plus vite que la lumière !

Désormais, la propulsion hyperluminique Varlet permettrait aux vaisseaux de dépasser la vitesse de la lumière en passant par une dimension nommée Triche-Lumière. Toutefois, elle ne peut s'appliquer qu'aux vaisseaux de moins de 5000 tonnes.

7600 : Les premiers Êtres à parcourir le Triche-Lumière furent naturellement les pilotes des astronefs subluminiques surnommés "mange-poussières". La Fédération des Longs-Coureurs Gris et la Loge Tekno mirent au point un procédé fiable d'aide au pilotage, le plot vertébral. Cela accéléra le regroupement de toutes les organisations d'astronautes en une seule : le Syndic Navyborg.

A partir de cette date, sous la bannière de l'ancienne Hanse des Marchands, ce fut l'éclosion d'une multitude d'organisations et de sociétés commerciales sans statut professionnel bien défini, "les Mille Héroïques". Elles utilisèrent les premiers vaisseaux à moteur Varlet pilotés par les Navyborgs pour voyager et transporter, allant de monde en monde, de planète en planète.

7800 : Le développement exponentiel du trafic spatial, grâce à la propulsion Varlet, encouragea la création et le développement de la piraterie. Sous l'influence de la Hanse des Marchands, la Confédération constitua un corps spécialisé dans les techniques de combat spatial, la division Nova, qui s'acquitte encore de nos jours de cette tâche immense.

7980 : Une certaine agitation politique gagna une partie des mondes frontaliers qui réclamèrent leur indépendance. Les autorités confédérées terriennes créèrent alors un corps spécial de Guetteurs. Ces derniers acquirent une grande réputation d'efficacité lors de l'affaire "Kaboul Def". La révolte des colonies fut décapitée par l'arrestation (ou plutôt l'enlèvement !) de cet aventurier. Calomnié, accusé sur la foi de fausses preuves d'être l'instigateur d'un odieux trafic d'esclaves, inventé de toutes pièces, le leader des "Colons libertaires" ne fut réhabilité que plusieurs siècles plus tard. Malgré cette affaire, le mécontentement persiste.

8050 : Sur un monde situé à l'extrême avancée de l'expansion humaine, un colonial du nom de Zarouh fit construire en secret une flotte spatiale. Équipée d'armes de contrebande, pilotée par des Navyborgs officiellement exclus du Syndic, l'armada de celui qui avait pris le nom de "Khan" conquit un par un les mondes frontaliers. La plupart de ceux-ci se rangeaient d'ailleurs volontiers sous la bannière des rebelles. Divisée sur les mesures à prendre, la Confédération réagit avec beaucoup trop de lenteur et de mollesse.

8052 : La bataille décisive de la Première Guerre interstellaire eut lieu près de la planète Leporello. C'est par dizaines qu'à l'appel de Zarouh Khan les vaisseaux confédérés rallièrent la flotte rebelle. Devant la tournure que prit rapidement la bataille, le vaisseau amiral terrien prit la fuite. Le reste de la flotte confédérée se rendit.

8053 : Après cette cinglante défaite, la Confédération se désagrégea littéralement. Les différentes forces armées qui la défendaient entamèrent une série de luttes intestines (la "Guerre des divisions").

Profitant de la situation, Zarouh s'autoproclama empereur de la Galaxie après de courtes tractations avec les grandes guildes. En l'espace de quelques années, la plupart des mondes de l'ex-Confédération interstellaire allaient faire partie du nouvel Empire galactique.

Zarouh Khan commença par réorganiser les différents corps d'armée. Il insuffla aux diverses divisions un esprit commun, et créa une nouvelle guilde de dimension galactique appelée simplement l'Armée. Dans les divisions Intervention et Nova, il préleva les meilleurs éléments et créa le corps des Courriers impériaux ou division Flèche.

Ces messagers furent chargés tout d'abord de convaincre pacifiquement les derniers mondes confédérés de rejoindre l'Empire. Un échec de leur part entraînait immanquablement l'intervention de l'Armée. Mais ils rencontraient peu de résistances. La paix nécessaire au progrès et à la prospérité de tous impliquait l'exercice d'un pouvoir fort au centre de la Galaxie.

8054 : Le très court règne du premier Empereur s'achève par l'assassinat de Zarouh par un fanatique terrien. Cet acte eut finalement peu de conséquences. Sans hésiter, l'Armée puis les autres guildes jurèrent allégeance à son fils.

8075 : Sa Majesté Koddah, lasse des innombrables tentatives d'assassinat perpétrées contre Elle et ses deux augustes prédécesseurs, préleva des cinq divisions existantes leurs plus valeureux éléments, l'élite de la Galaxie, et les regroupa sous le nom de Scorpionautes. Cette garde prétorienne, toute dévouée à l'empereur, n'a encore jamais failli à ce jour.

Koddah gagna son surnom de "Voyageuse" en encourageant la colonisation, qui reprit alors avec entrain.

8540 : Au fur et à mesure du développement de l'Empire, le Syndic prit naturellement une place de plus en plus importante. L'aboutissement logique de cette croissance fut la création de la Guilde Navyborg, par Sa Majesté Cornélia Ière, qui paracheva ainsi l'œuvre de Sa Majesté Koddah-la-Voyageuse, son illustre aïeule. La Guilde unifie la totalité du personnel navigant et possède dès lors le monopole total de l'exploitation du voyage spatial.

9000 : Tortran le bâtisseur transfère la capitale de l'Empire sur un monde entièrement artificiel au centre de la galaxie, Prima, d'où le quinzième empereur avec l'aide des adminteknos fait régner sa loi de fer.

La Hanse, toujours chatouilleuse sur le plan des libertés, voulut s'opposer à une série de réformes impériales (dont certaines concernant le système d'impôts et de taxation). Après d'âpres conflits où l'Admintek était à la fois juge et partie, la Hanse fut dissoute par Sa Majesté. Mais les Teknos avaient été trop loin. Au point de menacer le pou­voir impérial qui dépendait d'eux aussi bien pour recueillir des informations que pour exécuter ses décisions.

9050 : L'arrivée au centre de la Galaxie, but de toutes les colonisations apporta un calme relatif à l'expansion de l'humanité. Les trois pouvoirs, politique, économique et scientifique, se tassèrent et s'épièrent.

9084 : L'opposition larvée de la Loge Tekno à l'empereur permit à la fidèle Guilde Navyborg de devenir seule détentrice d'un formidable secret : la propulsion Lehouine, qu'Ursula Lehouine venait de remettre à Sa Majesté, et qui permet de faire passer dans le Triche-Lumière les vaisseaux de plus d'un million de tonnes.

Désireux de marquer sa réprobation aux Teknos, sans toutefois se les mettre définitivement à dos, Sa Majesté Olaff II, homme faible mais fin, trancha de la façon suivante : aux Teknos la propulsion Varlet pour les petits vaisseaux, aux Navyborgs les énormes astronefs qu'autorisait la propulsion Lehouine. Ainsi fut à jamais scellée la complémentarité Teknos-Navyborgs.



L'âge intergalactique (NT6)

9100-9400 : C'est l'âge d'or. Le niveau de vie moyen du citoyen impérial atteint un luxe jamais égalé. Toutes les marchandises et toutes les races sont présentes dans les marchés du centre de la galaxie. Pourtant, l'Empire savait consommer mais non plus produire. Alors qu'on ne découvrait plus de nouveaux systèmes, on annexait à tour de bras les petits Etats indépendants que la furie colonisatrice avait laissés en friche derrière elle. Le pillage des colonies permettait de dépenser sans créer de richesses.

La secte hédoniste de la Vertu Démoniaque, créée vers 8500, connaît dans ce contexte un incroyable succès.

9400 : Aux frontières de l'Empire galactique, des colonies se révoltent sous l'impulsion d'une race de guerriers mystiques, les karias. L'intervention des "monstronefs" de l'Empire, gigantesques Lehouine capables d'amener sur un monde rebelle des centaines de milliers d'hommes de la division Intervention, est  décisive. Les premiers formecs de combat sont lâchés sur les champs de bataille.

La révolte est matée mais l'Empire cesse son expansion. La frange de mondes à ses frontières reçoit le surnom de "Bordure". Elle est le refuge de nombreux révolutionnaires humains en quête de liberté. Votées par le Conseil suprême, les lois de mise en quarantaine des mondes de niveau inférieur, outre la protection apportée à leur culture originale, permettaient de les garder à un niveau technologique leur interdisant un affrontement direct avec l'Empire.

9482 : Une autre conséquence troublante des révoltes karias fut le retour de la Hanse des Marchands, qui retrouva toute la faveur qu'elle avait perdue. Ce fait peut s'expliquer par toutes sortes de contraintes économico-politiques. Une définition claire des règles du jeu commercial était devenue nécessaire ainsi qu'une sorte de moralisation des pratiques dénoncées par les Karias.

9500 : La primauté nouvelle donnée par le Conseil Suprême aux cultures locales, accompagnée d'une politique résolument décentralisatrice, entraîna rapidement l'émergence de pouvoirs locaux. Baronnies, démocraties populaires, républiques exotiques, une floraison de régimes locaux s'épanouissait. L'Empire devenait une mosaïque dont l'unité, symbolisée par l'empereur, semblait bien affaiblie. Les empereurs se succèdent de plus en plus vite sur Prima envahie par la décadence.

9508 : Un puissant féodal, le Connatic de Knume, allié de la  Guilde navyborg, lance une nouvelle vague de colonisation pour élargir la Pince que dessine la progression humaine autour du centre de la galaxie. On lance un programme de clonage pour peupler les conquêtes.

9512 : Un scandale énorme met brutalement fin à la recolonisation. Sur chaque planète nouvellement colonisée, la population de colons comportait un clone du Connatic, équipé des derniers gadgets technologico-militaires (prothèses armes, armures, etc.). Sa mission secrète était tout simplement de prendre le pouvoir dans la colonie puis, avec l'aide d'autres clones du Connatic, de former des confédérations qui, bientôt, s'opposeraient à l'Empire.

Un tel programme de conquête de la Galaxie par un seul homme reproduit à des centaines d'exemplaires constitue à ce jour le plus extraordinaire complot contre le pouvoir impérial. La disparition prématurée mais opportune de l'impératrice permit au Conseil Suprême de se débarrasser du Connatic et d'édifier les lois anti-clonages encore en vigueur de nos jours. Il s'en fallut alors de très peu qu'on ne remît en question l'hérédité de la fonction impériale.

9520 : Sur une planète de la Bordure est fondée l'Eglise de la Conscience Universelle. Elle prône la communication entre toutes les races. La foi se répand très vite dans l'Empire et les monastères clandestins s'érigent un peu partout. On y enseigne les arts perdus des disciplines PSI. Violemment pourchassée par tous les despotismes locaux, cette secte faisait de plus en plus d'adeptes, aussi bien chez les humains que chez les E.T.

Pour contrer cette menace, certains potentats n'hésitèrent pas à lancer de fausses rumeurs pour monter les populations contre les PSI. Nombreux furent les lynchages et les massacres, appelés "psinocides", que cette campagne de propagande encourageait.

Le désordre et la haine raciale secouaient tout l'Em­pire.

10050 : La faiblesse du cinquantième empereur, Padishah XIV, crée des conditions favorables à des guerres sécessionnistes entre l'Empire et certaines marches. L'empereur est destitué par un de ses neveux, Paul, duc d'une planète semi-désertique, allié aux Prêtres après sa victoire sur les troupes loyalistes à la bataille de Kisarra.

Sous le nom de Paul l'Immuable, le nouvel Empereur se lance dans une croisade d'épuration contre le despotisme des noblesses locales. Ce fut une période effroyable qui mit la Galaxie connue à feu et à sang.

10500 : La bordure connaît depuis 5 siècles une période troublée de guerre et de rébellions. Des planètes impériales servent de base aux rebelles soutenus par l'ordre des Prêtres-Marchands. Ce n'est qu'après le rétablissement dans ses prérogatives de la noblesse locale que l'ordre put à nouveau régner dans un Empire rénové.

10900 : Lors du concile d'Amiltène, au 110e siècle, fut rédigé la Grande Charte œcuménique qui régit aujourd'hui encore l'utilisation de tout pouvoir PSI. Le principe directeur de cette Charte repose sur le droit fondamental de tout Etre à l'intimité mentale, sauf dans le cas, prévu par le Droit impérial, d'une extrême légitime défense de la part du PSI. La PSIpol fut créée en parallèle pour punir les infractions à la Charte. La signature de la Charte par la quasi-totalité des sectes et religions de l'Empire permit le rétablissement de la paix religieuse.

11421 : Les deux premières missions intergalactiques, composées de Lehouines géants, partent respectivement vers le Petit et le Grand Nuage de Magellan. En 11490, une mission semblable est partie en direction de la galaxie d'Andromède.

11500 : Le pouvoir des grandes guildes, l'Eglise, l'Armée, la Hanse des Marchands, la Guilde Navyborg et la Loge Tekno équilibre le pouvoir des monarques locaux au Conseil Suprême arbitré par l'Empereur. Les mille facettes de l'Empire Galactique brillent dans toute leur diversité.


Nul ne sait de quoi demain sera fait...