Accueil‎ > ‎

Outils de coffrages


N.B. : Il existe une norme européenne fixant les règles du calcul des étaiements : NF EN 12812 ou P93-502.
Les paragraphes ci-dessous ont été rédigés AVANT la parution de la norme et il sont donc susceptibles d'évoluer en fonction de ce qui y est préconisé.

Le coffrage c'est le réservoir temporaire du béton liquide. Il doit donc être étanche, adapté en résistance et rigidité et démontable. La spécificité du béton - livré liquide, résistance complète à 28j - implique une attention particulière au calcul des charges.
On peut utiliser soit un coffrage préfabriqué existant sur le marché soit un coffrage spécifique réalisé pour l'ouvrage particulier. Dans ce cas il est conçus en règles générales en 4 éléments successifs en s'éloignant du béton :
  • La peau coffrante
En contact avec le béton elle assure en grande partie son état de surface - la qualité de parement - et donc sa couleur au décoffrage.
Outre son rôle mécanique et d'étanchéité c'est elle qui supporte les agressions physico-chimique lors du bétonnage.
Pour cette raison le premier paramètre à prendre en compte pour le choix de la peau est le nombre de réemplois prévu sur le coffrage.
Les matériaux employés couramment sont le contreplaqué bakélisé et la tôle, avec l'apparition de nouveautés telles le coffrage fibre de verre
ou la peau composite en polypropylène.
  • Les secondaires
Elles sont en contact avec la peau - il faut pouvoir la fixer dessus - et transmettent les charges aux primaires.
  • Les primaires
Elles transmettent les charges des secondaires aux supports.
  • Les supports
Ce sont, suivant les cas, les étais, les tours d'étaiement, les tiges traversantes, les butons...
Ils bouclent l'ensemble mécaniquement en assurant la stabilité au bétonnage.

Entre les secondaires et la peau et entre secondaires et primaires peuvent s'intercaler des vaux dont la fonction est d'imposer une forme particulière à la peau coffrante : courbures, contre flèches...

Un élément supplémentaire à concevoir sur un coffrage est la sécurité : accès, stabilité en phase provisoires... Elle est loin d'être négligeable en terme de coût ou de temps passé et peut même imposer des choix techniques sur les éléments structurels du coffrage.

Calculer un coffrage c'est donc choisir et répartir ces éléments en fonction des charges applicables.