Brevet des collèges

Diplôme national des brevets DNB 2013 : Un bug ?

Contrairement aux années précédentes, où le rectorat avait distribué un diplôme mention bilingue , cette année il a oublié .

Un courrier pour comprendre cet oubli a été envoyé en ce sens au rectorat et à la principale du collège.

Je vous tiendrai informé de la suite de cette affaire

commentez ici. 

Collège : Calendrier des conseils et du brevet

Une note publiée au B.O. du 8 décembre fixe le calendrier des conseils de classe de fin d'année et des épreuves du brevet. Ce dernier aura lieu les 28 et 29 juin. Les conseils de classe de fin d'année devront avoir à compter du 13 juin.

La note


Histoire des arts : L'épreuve du DNB recadrée


lien

Une circulaire publiée au B.O. du 10 novembre définit précisément l'épreuve d'histoire des arts au brevet. Il s'agit bien d'un oral notée sur 20 et coefficientée 2. Les modalités de son organisation devront être transmises aux familles au plus tard au début du 2d trimestre. Mais l'épreuve doit avoir lieu entre le 15 avril et la date de début du brevet, " en s'efforçant de retenir la période faisant suite aux conseils de classe du troisième trimestre. Elle peut se dérouler sur les heures de cours ordinaires, les élèves de 3ème étant alors dispensés de cours. Le jury est constitué par le chef d'établissement. Il comprend deux enseignants dont l'un enseigne une discipline artistique ou l'histoire ou les lettres.

" Chaque candidat ou groupe de candidats se présente devant le jury avec une liste d'objets d'étude qu'il a choisis, associée le cas échéant au dossier évoqué ci-dessus. Cette liste, validée par le ou les professeurs qui encadrent la préparation, se compose de cinq objets d'étude reliés à plusieurs des thématiques transversales définies par l'arrêté du 11 juillet 2008. Au moins trois des six domaines artistiques définis par l'arrêté du 11 juillet 2008 doivent être représentés. Afin de valoriser la culture personnelle qu'ils se sont constituée tout au long de leur enseignement d'histoire des arts, les candidats peuvent choisir, sur les cinq objets d'étude, un ou deux qui portent sur les siècles antérieurs au XXème. Les candidats peuvent choisir de présenter l'épreuve individuellement ou en groupe, sans qu'un groupe puisse excéder trois candidats. Dans tous les cas, chaque candidat fait l'objet d'une évaluation et d'une notation individuelles... L'oral se déroule en deux temps : un exposé suivi d'un entretien avec le jury. Dans le cas d'une épreuve individuelle, l'oral prend la forme d'un exposé par le candidat d'environ cinq minutes suivi d'un entretien d'une dizaine de minutes avec le jury, la durée totale de l'épreuve ne pouvant dépasser quinze minutes. Si l'épreuve est collective, cinq minutes d'expression individuelle par candidat précèdent dix minutes d'entretien avec l'ensemble du groupe".

Le jury apprécie la prestation orale selon une grille d'évaluation "définie dans l'établissement, qui peut s'inspirer de la grille nationale indicative proposée en annexe de la présente circulaire... L'évaluation prend en compte la qualité de la prestation orale du candidat, tant du point de vue des contenus que de son expression. Si le(s) candidat(s) se présente(nt) avec un dossier, celui-ci ne doit pas être évalué en tant que tel. Les examinateurs s'assureront que l'analyse attendue reste dans les limites de ce qui est exigible d'un élève de troisième. Ils veilleront à ce que leur questionnement porte sur l'histoire des arts et non sur une discipline spécifique".

La grille nationale comprend une vingtaine de critères d'évaluation. Certains semblent inaccessibles aux élèves de la plupart des collèges aussi bien sur les connaissances relatives à l'histoire des arts que sur la capacité orale. Un collégien peut-il " présenter une œuvre de façon précise selon ses caractéristiques principales : domaine artistique, auteur, titre, époque ou contexte, support, dimensions, destination, mouvement artistique", "développer un commentaire critique et argumenté sur une œuvre en discernant entre les critères subjectifs et objectifs de l'analyse" ou encore " manifester sa capacité à interroger un univers artistique, y compris abstrait". Le caractère irréel de cette grille d'évaluation est à la hauteur des défis cde cet enseignement. Insufflé administrativement par en haut dans le système éducatif, il suppose une approche interdisciplinaire pour aboutir à une épreuve orale dans un examen qui les ignore. Une dernière fée s'est assise à coté du berceau : à la différence de l'histoire de l'art, "l'histoire des arts" n'est pas une discipline savante, elle n'a donc ni enseignant spécialiste ni contenu savant défini... Quel avenir pour ce bébé ?
Au B.O.