LA NAISSANCE DE L’INSTITUTION 

Les sœurs de la Charité de Saint Vincent de Paul, congrégation fondée en 1633, arrivèrent à Cunlhat le 25 janvier 1863. Aujourd’hui, il reste peu de traces de leur passage, si ce n’est une statue représentant Saint Vincent, dans l’ancienne entrée. Quelques années auparavant, les demoiselles MATHIAS donnaient asile à des orphelines. Leur père, un négociant à la retraite, monta à Paris pour rencontrer le Père Etienne, supérieur de l’ordre. Il fut décider d’affecter à Cunlhat trois religieuses, filles de la Charité, qui s’occuperaient des orphelines.

Un accord fut conclu entre la Congrégation et Monsieur MATHIAS, les rôles de chacun étaient plus ou moins bien définis.

Un vent de discorde souffla entre Monsieur MATHIAS et les filles de la Charité. Monsieur MATHIAS leur demanda purement et simplement de regagner leur couvent. L’une des religieuses, Sœur LOYER, plaida la cause des orphelines et celles de ses consœurs auprès du curé. Or ce dernier avait toujours vu d’un mauvais œil l’arrivée dans la paroisse des sœurs de Saint Vincent de Paul alors qu’il y avait des religieuses du Bon Pasteur. Mais sœur LOYER ne renonça pas et décida alors de rencontrer le Maire, Monsieur MARTIN.

C’est, d’une certaine manière, dans son bureau, au cours de cet entretien entre le maire et une religieuse, que fut conçu l’Hospice. Ils en furent les fondateurs. Sœur LOYER et Monsieur MARTIN surent alors dépasser leurs différences et firent naître un projet qui s’avéra essentiel pour l’avenir de Cunlhat.

Une grande maison, l’ancienne gendarmerie, que l’on appela “ Hospice ” fut louée par la commune et mise à la disposition des sœurs de Saint Vincent de Paul. Elles quittèrent l’immeuble MATHIAS sans quitter Cunlhat. Dans la commune ce fut un affrontement sans précédent entre les partisans du départ et ceux du maintien. En ce temps là, entre l’ Eglise et l’Etat il fallait choisir.

Nos trois religieuses restèrent. Elles ne se bornèrent pas à accueillir des orphelines puisqu’elles reçurent des vieillards et des infirmes. Très vite la maison se trouva trop petite et l’idée d’une construction germa dans les esprits, et notamment dans l’esprit fertile du maire, Monsieur MARTIN.

Il avait déjà pensé à la future implantation : la Place Notre Dame (le quartier de la Mothe). A Cunlhat, on ne parlait plus que de l’Hospice. Les partisans et les opposants au projet multipliaient les altercations et les pétitions. On attendait dans l’expectative la venue du représentant de l’ Etat.

Enfin le préfet visita la place au mois de janvier 1866. Le 31 mars, Monsieur MARTIN qui avait mis son mandat dans la balance, prit connaissance de l’autorisation présidentielle de création de l’Hospice. La construction fut aussitôt entreprise et l’inauguration eut lieu en 1867.




LES PREMIERS PAS DE L’INSTITUTION : LA FIN D’UN SIECLE. 



Juridiquement, l’Hospice devint un établissement communal. En temps que tel, il était dirigé par une commission administrative composée de cinq membres qui avaient été désignés par le Ministre de l’Intérieur et qui furent les premiers administrateurs de l’établissement :

                                                                                    - Monsieur BATISSE Alfred, propriétaire à Cunlhat

                                                                                    - Monsieur Bastien du THIOLLER, propriétaire

                                                                                    - Monsieur GUYOT DESAIGNE, avocat général

                                                                                    - Monsieur Louis HIVER MORY, propriétaire

                                                                                    - Monsieur ROCHON, juge de paix

                                                                                    - Monsieur FUSTIER, nouveau maire de Cunlhat, présidait la commission avec l’assistance du curé, ceci                                                                                                       conformément à la loi.

L’une des premières décisions de cette commission fut de confier aux sœurs de Saint Vincent de Paul le soin de diriger l’établissement, à la Sœur Supérieure les fonctions d’économe. Le maire fut chargé des fonctions d’ordonnateur.

Les ressources essentielles de l’établissement consistaient dans les frais de pension acquittés par le département pour les vieillards placés à l’Hospice par mesure d ‘assistance.

Progressivement une distinction fut faite entre :

                        - l’Hospice ayant pour vocation principale l’hébergement des vieillards

                        - l’orphelinat, activité annexe.

Un bâtiment fut d’ailleurs spécialement construit pour héberger les orphelines. C’est en 1966 que fut accueillie la dernière orpheline qui avait alors quinze ans.



Revenons au début du siècle. En 1905, la loi instaurant la séparation entre l’ Eglise et l’Etat fut votée. La composition de la commission administrative de l’Hospice de Cunlhat fut modifiée. L’ Eglise cessa d’être une institution officielle.

Le maire resta président de droit. Deux membres étaient élus par le Conseil Municipal.

Quatre membres étaient désignés par le préfet. Un règlement intérieur fut adopté.

L’encadrement du personnel prit un caractère plus administratif, plus médical :

                                                                        - Econome : sœur supérieure

                                                                        - Receveur

                                                                        - Médecin

                                                                        - Pharmacien

                                                                        - Infirmier

Après la deuxième guerre, les effectifs avaient légèrement augmenté. Pour soixante quinze pensionnaires , la maison comptait cinq employés, logés et nourris, et quatre religieuses.

En 1962, la toiture présentait de réels signes de faiblesse, il était urgent d’agir. Le comité d’administration en profita pour :

                                                                        - surélever le bâtiment

                                                                        - construire un logement de fonction pour le directeur

                                                                        - modifier l’implantation de la chaufferie.

Une chaudière au fuel remplaça la chaudière à charbon qui servait pour la blanchisserie et les bains douches.

En 1962, le prix d’une douche était de 0,60 N.F. et celui d’un bain de 1,00 N.F.

En 1967, l’installation ne fonctionnant plus, les bains douches furent définitivement supprimés.



LES CHANGEMENTS DE DIRECTION 



Le poste de directeur fut créé beaucoup plus tard sur injonction du représentant de l’Etat, le 17 novembre 1961.

La première candidature fut reçue le 30 octobre 1963 et rejetée car l’Hospice ne disposait alors ni de ressources suffisantes, ni du logement de fonction exigé.

Jusqu’en 1964, les religieuses étaient au four et au moulin, tout à la fois cuisinières, infirmières, buandières. Cette année-là, les effectifs du personnel civil furent nettement renforcés par la création :

                                                                - d’un poste de lingère

                                                                - d’un poste de cuisinier

                                                                - d’un poste de jardinier

                                                                - d’un poste de veilleuse de nuit

                                                                - d’un demi-poste d’agent de bureau.

Le 13 mai 1964, Mademoiselle BILLORE Françoise fut nommée directrice économe.

Elle ne détenait pas le pouvoir d’ordonnancement. En 1965, les Filles de la Charité écrivirent au préfet pour l’informer de leur retrait. Pour les remplacer, la commission recherche alors des infirmières et des aides-soignantes. A la fin de l’année, il y avait quinze salariés dans l’établissement.

Le 1er novembre 1965, Monsieur COLOMBIER remplaça mademoiselle BILLORE.

Le 16 juillet 1977, Monsieur BROUSSE fut nommé directeur. Il réalisa l’agrandissement, la rénovation et d’importants travaux d’humanisation.

Le 1er janvier 1990, Monsieur BERTRAND prit la direction de l’établissement jusqu’en février 1997.

Monsieur FLAUX fut directeur de janvier 1998 à juillet 1999.

L’actuel directeur, Monsieur SAINTRAPT a été nommé le 16 août 2000.

A ce jour 49 agents titulaires travaillent à la Maison de Retraite. Quelques contrats à durée déterminée assurent les remplacements des absences pour maladie et congés annuels.

L’établissement est aussi doté de 4 contrats emplois solidarité, 6 contrats emplois consolidés (dont 1 affecté à l’animation) ainsi que 2 contrats emplois jeunes.



LES ETAPES DE LA TRANSFORMATION 



                                                    1982-1983 : Travaux d’humanisation des bâtiments. Rénovation. Agrandissement.

                                               09 août 1982 : Transformation juridique de l’Hospice en Maison de Retraite.

                                    13 septembre 1982 : Création de 60 lits de Cure Médicale.

                                           31 janvier 1983 : Création d’un S.S.I.A.D. de 15 places.

                                                  16 mai 1986 : Inauguration des nouveaux bâtiments.

                                                11 août 1986 : Habilitation à recevoir des bénéficiaires de l’aide sociale.

                                        22 octobre 1986 : Capacité de l’établissement fixée à 105 lits.

                                              28 août 1987 : Extension de la Cure Médicale de 60 à 70 lits.

                                                12 juin 1989 : Extension du S.S.I.A.D. à 20 places.

                                 05 novembre 1990 : Création d’un service d’ Aides ménagères.

                                        01 janvier 1993 : Constructions de trois foyers logements.

                                        01 janvier 1994 : Création d’un service de Repas à Domicile.

                                  20 décembre 1994 : Extension de la capacité de l ’établissement à 107 lits.

                                  31 décembre 1994 : Construction de la chambre mortuaire.

                                            01 avril 1995 : Construction de deux salons pour les services de Cure Médicale.

                                            03 avril 1996 : Création de l’association des Tilleuls de la Mothe.

                                             15 mai 2000 : Extension du S.S.I.A.D. à 25 places.