Historique

Chronologiquement l'édifice nous livre trois étapes principales de construction.



SAINT-SAUVEUR


En 1004 l'abbaye de Psalmodi (proche d'Aigues Mortes) reçoit en don un territoire désert du sud Luberon appelé "Val lis Amata", et y crée un monastère. Son existence est prouvée en 1099, mais la date de cette installation et de la construction de la chapelle "Saint Sauveur" n'a pu être précisée. L'abside en cul de four de l'église, inscrite dans un massif carré, ainsi que l'absidiole sud seraient les seuls restes de la chapelle de cette petite communauté. L'absidiole est actuellement sans toit et bouchée par les constructions ultérieures. Mais de l'extérieur on voit une jolie fenêtre étroite obstruée par une pierre avec archère.

La chapelle sud-est actuelle comprend aussi une partie très ancienne. Ce bâtiment, à fonction profane était appuyé sur le flanc sud de l'église primitive avec lequel il devait communiquer; il pourrait avoir été la salle conventuelle du monastère.




SAINT-PIERRE

Au cours du XIIlème siècle, sans que la date puisse être précisée, le monastère est abandonné, mais, par contre le village de Vaugines qui a pris naissance, construit son église sur ce qui reste de la chapelle. Elle comprend alors une nef voûtée de trois travées fermèes par la partie centrale de la façade actuelle. Elle repose sur des murs constitués par des grands arcs de décharge formant à l'origine des arcatures aveugles. Ces arcs obstruent les absidioles du mur de l'est. Il est probable que seule l'arcature sud-est a été laissée ouverte pour former avec le bâtiment décrit plus haut une chapelle latérale.


Cette construction devient paroisse sous le titre de Saint-Pierre. Son existence est prouvée en 1274, mais les spécialistes la date de la première moitié du siècle.

En gros de 1350 à 1450, période de peste, de guerres et de disette, où la population française diminue de moitié, le village de Vaugines et son église sont abandonnés.



SAINT-BARTHELEMY


Il faudra attendre 1470 pour voir la restauration du village et de son église qui devient Saint Barthélemy. En 1556, on note la réparation de la toiture et des enduits extérieurs, puis à partir de 1630 et pendant cent ans, cinq chapelles latérales sont successivement construites, donnant ainsi à l'église sa structure actuelle. Depuis 2000, l'église Saint Bartbé1émy ainsi que l'ancien cimetière attenant sont classés monuments historiques.



CHAPELLES ANNEXES


Mais leur église terminée, les habitants de Vaugines la trouvent trop excentrée et incommode, et au début du XVlllème siècle ils construisent sur la place, pour le service quotidien, une chapelle Saint-Joseph (emplacement de l'actuelle mairie). Cette chapelle sera probablement désaffectée et vendue pendant la Révolution, puis démolie. En 1851, toujours pour la même raison, le conseil municipal décide de démolir l'église et d'en rebâtir une nouvelle sur la place. Le coût élevé du projet empêcha seul son exécution. Vers 1870, un généreux Vauginois donna une maison permettant d'édifier, au centre du village, une nouvelle chapelle, Saint-Joseph, qui sert aujourd'hui de bibliothèque.




OBJETS D'ART ET CURIOSITES

Retable ( première chapelle droite ). Premier tiers XVIIème. Saint Joseph portant l'enfant, saint Sébastien et saint Roch.
Restauré en 1985.

Tableau XVIIlème. (première chapelle gauche). Le baptême du Christ.



Tableau XVIIIeme (deuxième chapelle gauche). La sainte Famille. Porte la date de 1704 et la signature de Jean-Antoine Coucelles.

Peintures murales.(côté droit de l'abside). Des vestiges de fresque ont pu être conservés lors du décapage des murs de l'abside. On distingue deux têtes qui sont probablement le reste d'un ensemble représentant les douze apôtres.

Buste reliquaire (deuxième chapelle gauche). Saint martyr d'origine royale (?). XVllème (?). Bois.
 
Statue (abside). Saint Barthélemy. XIXème. Carton-pâte. Debout, l'avant-bras droit écorché, un scalpel dans la main.

Statue (abside). Saint Louis rendant la justice. XIXème. Carton-pâte.


Groupe (deuxième chapelle gauche). Saint Joseph et l'Enfant.
Début XIXème. Bois.


CURIOSITES


Table d'autel (entrée de la troisième chapelle droite ). Réplique d'une table d'autel du Vème ou Vlème en marbre blanc. L'original était employé comme pierre d'évier dans une maison du village, et est actuellement au musée Calvet dlAvignon.

Le mur de la troisième chapelle gauche a une fente qui provient du tremblement de terre de 1909.


Sur la place, devant l'entrée de l'ancien cimetière, se trouve un banc de pierre, sur lequel Yves Montand était assis pour tourner la scène où " Papé " apprend qu'il est le père du bossu. Dans le film" Manon des sources"


Vous pouvez télécharger le document en pièce jointe, "Vaugines de la naissance à la renaissance", conférence faite par Françoise SAGE, le 31 juillet 2010
ĉ
Saint St Barthélemy,
13 févr. 2011 à 10:41
Comments