L'église Notre Dame

SAUVEGARDER ET TRANSMETTRE LE PATRIMOINE QUE NOUS AVONS REÇU

Premier phare du port de Granville, bastion marial de la baie du Mont Saint Michel, l’église Notre-Dame du « Cap-Lihou » est à l’origine de l’histoire de la ville et du port de pêche de Granville Elle est située à l’intérieur des remparts de « la Haute Ville ». 


Ce robuste édifice est surmonté d’un clocher de granite enceint d’une balustrade sculptée. La chapelle Sud qui domine le port est dédiée à Saint Clément, pape et martyre, patron des marins pêcheurs et patron de la paroisse.  La chapelle Nord est dédiée à Notre-Dame et abrite sa statue qui date du XVe siècle.

Son exceptionnel ensemble de vitraux contemporains, œuvre du peintre et maître verrier : Jacques Le Chevallier, sélectionné par Y. M. Froidevaux, architecte en chef des MH, fut mis à l’honneur lors d’une exposition venue de Paris l’été 2010 dans le département de la Manche.

Ses grandes orgues furent installées par R.Ingoult en 1660 et classées aux M H en 1989. Son mobilier, sa statuaire avec le remarquable aigle Lutrin polychrome classé, ses tableaux classés sont d’un grand intérêt artistique et sacré.

Mais, ce majestueux vaisseau de granite exposé à tous vents est malmené par les intempéries.
- Les pierres de granit sont attaquées par le sel et les lichens sur les façades, le long des pans son clocher et de la jolie balustrade de circulation qui le pare
- Les pierres qui encadrent les fenêtres des vitraux sont éclatées, celles des colonnes du portail tombent et risquent d’entraîner dans leur chute la colonne entière ou de blesser un passant.

A l’intérieur, - des pierres d’angles de chapiteaux de colonnes sont tombées, d’autres menacent ;- des fissures sur les voûtes des chapelles qui datent de plusieurs dizaines d’années attendent toujours d’être colmatées. Les enduits se détachent des voûtes.

Des taches d’humidité apparaissent au pied de certaines colonnes avec mousse ou champignons.

Les vitraux sont eux aussi attaqués et d’autant plus vulnérables que nombre de leurs supports métalliques rouillés (barlotières) sont rompus . Le vitrail correspondant menace donc de s’effondrer et de causer des dommages irréparables ou très coûteux car ces vitraux furent exécutés avec la même technique à l’ancienne que ceux de la Cathédrale de Chartres.

Il pleut dans l’église par les fenêtres hautes de la nef et l’eau coule sur les fidèles,sur les stalles classées ou sur les estrades sous lesquelles passe le chauffage électrique !

Le coût 
est estimé à environ un million d’euros, pour la révision - des pierres éclatées - des vitraux – des boiseries intérieures- de l’électricité… 

Un D.O.B: Débat d’orientation budgétaire est prévu pour un diagnostic (coût :15.000e)

L’Association des Amis de l’église Notre-Dame de Granville, créée en 2003 pour mettre en valeur l’édifice par ses animations et une action culturelle soutenue par les élus de la municipalité, a permis de faire prendre conscience aux granvillais et aux milliers de visiteurs venus d’Europe et de tous les continents la valeur de ce patrimoine.

Responsables de cet édifice, orgueil du patrimoine granvillais, nous avons besoin de votre soutien et de votre aide pour le restaurer et le remettre en état pour les générations futures.

             



  Si vous voulez en savoir plus sur l'histoire de l'église cliquez sur Historique