› Mato

 Auteur/réalisateur : Edmond Carrère
Production : Pyramide production
 Durée : 53 minutes

En Guyane française, je filme des descendants d’esclaves africains évadés : Les Boni*. Face à une crise identitaire sans précédent, chacun se raccroche à une « fiction » pour survivre dans un monde en proie à de nouvelle règles. Aujourd’hui, avec la francisation, leur culture termine sa mutation. Alors que les anciens ne trouvent plus d’oreilles réceptives pour transmettre leur savoir, les jeunes quittent les villages dans l’espoir de trouver du travail en métropole.

*Boni (ou Aluku) Il y a près de trois siècles, des hommes exilés du continent africain et ne parlant pas tous la même langue ont su s’organiser, s’allier et fuir le joug des colonies hollandaises. Ils ont trouvé refuge dans l’immense forêt amazonienne. Ils se sont regroupés et constitués en « nations », inventant leurs religions, croyances, histoires, langues, cultures et organisations sociales. Ces hommes forment un groupe hétérogène désigné par le terme de Marrons ou Bushinengués (les hommes du bois). Il comprend six tribus distinctes : les Aluku ou Boni, les Ndyuka, les Paramaka, les Saramaka, les Matawai et les Kwinti. Leurs organisations sociales sont marquées par l’influence des cultures africaine, amérindienne et européenne. Parmi eux, les Boni sont majoritairement installée en France (Guyane française).