Catalogue‎ > ‎Hors Collection‎ > ‎

Littérature et publicité


Sous la direction de Laurence Guellec et Françoise Hache-Bissette

• En postface : un entretien inédit avec Frédéric Beigbeder

« La publicité est l’une des plus grandes catastrophes des deux mille dernières années pour ceux qui aiment la littérature », d’après Frédéric Beigbeder. Son roman, 99 francs, comme l’essai de Naomi Klein, No logo, contre la tyrannie des marques, ont redéfini dans les années 2000 les termes d’un conflit qui oppose, depuis le XIXe siècle, les défenseurs de la culture lettrée, classique, humaniste, aux puissantes industries culturelles et à leur « propagande ».
Mais la publicité hante la littérature autrement que sur un mode polémique. Des « cris » des vendeurs ambulants, dont les échos résonnent encore dans le roman proustien, aux personnages publicitaires (Bébé Cadum, bonhomme Bibendum, dames du papier à cigarette Job), la réclame a longtemps fasciné les écrivains. Balzac, Zola, Mallarmé, Desnos ont écrit sur les stratagèmes rhétoriques du slogan, les beautés de l’affiche, le grand barnum commercial. «Pilules PINK pour personnes pâles », ces allitérations d’un rédacteur anonyme ont enchanté Dada et les surréalistes tandis que Cendrars, en quête du lyrisme moderne, a osé dire : « Publicité = Poésie ».
Victor Hugo a associé sa signature à l’Encre Triple Noir, Jules Verne aux plumes portant son noms Edmond Rostand, Anatole France, au vin tonique Mariani, Colette, Paul Valéry ont fait l’éloge de « l’eau de Perrier », Cocteau a rimé des accroches pour les bas Kayzer…


L’originalité de cet ouvrage

• Un sujet inédit : c’est la première fois que la publicité est envisagée sous l’angle de ses relations avec la littérature. Deux univers pourtant souvent jugés antinomiques mais aux liens multiples et variés.
• Des auteurs qui font référence : 30 chercheurs et universitaires français et étrangers de renom ont accepté d’apporter leur concours à cet ouvrage.
• Un éclairage anglophone : l’oeuvre, très controversée de l’écrivain américain, Bret Easton Ellis, est analysée ici. Le marketing littéraire en Grande-Bretagne est aussi décrypté à la lumière d’un exemple particulièrement significatif.
• Des thématiques originales : les cris de Paris au Moyen Âge comme ancêtres de nos actuels slogans publicitaires, de grands écrivains qui ne rechignent pas à prêter leur nom, leur image et même leur plume à la réclame, la publicité devenue objet littéraire, les nouveaux médias au service de la promotion de la littérature etc.

Co-édité avec l’université Paris Descartes et l’université Versailles- Saint-Quentin

Les auteurs
Laurence GUELLEC est maître de conférences en littérature française à l’Université Paris Descartes, membre junior de l’Institut universitaire de France et chercheur dans l’équipe « Écritures de la modernité, littérature et sciences humaines ». 
Françoise HACHE-BISSETTE est maître de conférences habilitée en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris Descartes et chercheur au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines. 


Prix : 28 euros TTC
448 pages, + 16 pages couleurs
Impression : noir + cahier de 32 pages quadri.
Façonnage : broché dos carré collé
Format : 160 x 240 mm
ISBN : 978-2-35698-054-0
Mise en vente : novembre 2012

Acheter ce livre sur la Place des Libraires