Catalogue‎ > ‎Hors Collection‎ > ‎

BAGNE


Guyane, Nouvelle-Calédonie – 1854-1952

Stephen Toth



Incarcérer de plus en plus de criminels et fournir de la main-d’oeuvre pour des colonies en plein développement: tels étaient les deux objectifs des autorités françaises en créant en 1854 les colonies pénitentiaires de Guyane et de Nouvelle-Calédonie.
Mais cela n’était-il pas contradictoire ? La finalité première de ces colonies pénitentiaires était-elle de punir ou de coloniser ?
Dans les bagnes, les prisonniers sont improductifs et indisciplinés, les gardes subissent de mauvaise grâce un mode d’existence militaire et les chefs de camp sont en conflit permanent avec les médecins; en métropole, enfin, la presse régalent le public de récits où se mêlent horreur et exotisme.
L’ouvrage de Stephen Toth examine cette institution, qui a existé pendant un siècle et a emprisonné plus de 100.000 hommes. À travers une analyse minutieuse des dossiers criminels, des archives administratives, et des biographies de prisonniers, il reconstitue la vie dans les colonies pénitentiaires et observe comment, à l’époque, la criminologie, la médecine tropicale et la presse à sensation en rendaient compte.

Par sa dimension historique et par la précision de sa documentation sur les controverses philosophiques, les débats parlementaires, les querelles administratives, les problèmes de santé publique, le rôle de la presse et de la littérature… cet ouvrage éclaire de façon passionnante
 les débats actuels sur la politique sécuritaire.


Stephen Toth est historien, spécialiste du crime et du châtiment dans l’Europe moderne. Professeur associé d’histoire moderne européenne, il enseigne à l’University d’Arizona. Il travaille actuellement sur la colonie pénitentiaire de Mettray.


Illustration de couverture: Léo Quiévreux

Mise en vente : Février 2011
ISBN : 978-2-35698-027-4
Format : 150 x 220 mm, 224 pages, broché

22 €

Acheter ce livre sur la Place des Libraires