UNE FAMILLE DANS L'AVEYRON SOUS LA RÉVOLUTION, Mes Éphémérides

Amans-Alexis Monteil

Dans ce livre, l’auteur évoque, à travers les souvenirs attachés aux membres de sa famille, le Rouergue de sa jeunesse, à la fin de l’Ancien Régime et sous la Révolution. C’est un écrit intime, émouvant, pudique et dont l’humour n’est jamais absent. C’est également le travail d’un historien convaincu que sa tâche est de relater la vie des anonymes. Il souhaitait, à ce titre, que chaque famille, chaque village ait son historien.
 Dans un style savoureux, Monteil nous fait suivre les destins de son père, « avocat et agriculteur » « paisible et doux » mais qui « avait la voix d’un homme de guerre », son épouse qui « se plaisait à se dresser sur ses pieds, à lire derrière [lui] ce qu’ [il] écrivait » en lui pinçant l’oreille (« elle était là ; elle n’y est plus ! »), son frère Joachim-Alexis, jamais en reste dans les charivaris, sa mère « bonne chrétienne de la vieille roche des premiers siècles », son frère aîné qui a suivi le sillon tracé par le père, son fils Alexis, trop tôt disparu et qui l’assistait dans son travail d’historien, sa sœur Marie-Joséphine mariée à un officier des eaux et forêt, et enfin son frère Joseph-Antoine, celui qui a choisi le mauvais chemin, commençant comme moine buveur et finissant en vagabond mais auquel Monteil accorde une infinie tendresse, lassant toutefois échapper : « Ah ! s’il était à recommencer ! ». Monteil ne s’oublie pas lui-même dans un chapitre sobrement intitulé « Moi » et consacré à ses souvenirs d’écoliers. En toile de fond, la Révolution, avec les bouleversements qu’elle entraîne dans une province encore très en retrait. Espoirs, terreurs et compromissions sont évoqués avec humanité et justesse.

Amans-Alexis Monteil (1769-1850) est l’auteur d’une monumentale Histoire des Français des divers états ou histoire de France aux cinq derniers siècles, parue entre 1827 et 1844 et d’une Description de l’Aveyron (1802). Une postface de David Gaussen présente cet auteur. Monteil est l'inventeur de l'expression « histoire-bataille », à la quelle il veut substituer une histoire « véritablement nationale » : une histoire des métiers, des villages, du commerce, etc. Rejetant également l’histoire narrative, il pose ainsi les bases de l'histoire sociale et de la micro-histoire. 

Paru en septembre 2009
ISBN : 978-2-35698-012-0
150 x 220 mm, 208 pages, broché