LE COQ ET LE TAUREAU, Comment le marquis de Baroncelli a inventé la Camargue



Robert Zaretsky

Milieu du XIXe siècle : la Camargue est un marais infesté de moustiques et les courses de taureaux passent pour barbares et séditieuses. 
Aujourd’hui, la sauvegarde de la Camargue « symbole de la France » est un enjeu national et, chaque année, les ferias attirent un public de plus en plus large. Dans le mouvement qui a amené ce changement de perception, Folco de Baroncelli, manadier et poète disciple de Frédéric Mistral, a joué un rôle déterminant.
Le livre explique comment Baroncelli a «  inventé  » la Camargue, n’hésitant pas à créer des traditions « ancestrales », s’inspirant aussi bien de Buffalo Bill, de l’histoire des Amérindiens que de la révolte du Midi de 1907. 
Son évolution politique depuis le fédéralisme (amitié avec Maurras) vers une république à laquelle il s’allie pour préserver la Camargue permet à l’auteur de proposer une vision originale des rapports entre identités locale et nationale au sein du modèle républicain français.

Robert Zaretsky enseigne la culture française à l’Université de Huston (Texas). Il est l’auteur de Nimes at War: Religion, Politics, and Public Opinion in the Gard, 1938-1944 et, en collaboration avec John T. Scott, de The Philosophers' Quarrel, Rousseau, Hume and the limits of Human Understanding ; il a aussi co-dirigé l’ouvrage Vichy at War: Vichy France and the Historians et traduit deux ouvrages de Tzvetan Todorov.

Paru en avril 2008
Traduit de l'Anglais (titre original: Cock and Bull Stories). 150 x 220 mm, 240 p, broché, 35 illustrations in-texte, index, biblio
ISBN : 978-2-356980-00-7

20 €


Acheter ce livre sur la Place des Libraires

Revue de presse de l'ouvrage

Robert Zaretsky a récemment publié dans la presse anglo-saxonne:
http://www.nytimes.com/2010/02/03/opinion/03zaretsky.html?scp=1&sq=zaretsky&st=cse
http://mondediplo.com/2010/01/17camus
http://www.vqronline.org/issues/2010/winter/
http://www.thedrawbridge.org.uk/issue_15/ever_returning_to_the_same_sea/
http://www.nytimes.com/2010/02/03/opinion/03zaretsky.html