Collège d'Etudes de la Philosophie Allemande Classique et Contemporaine


Parutions 



Augustin Dumont, Alexander Schnell (Hg.)

Einbildungskraft und Reflexion. Imagination et réflexion

Pilosophische Untersuchungen zu Novalis. Recherches philosophiques sur Novalis

Reihe: Ideal und Real. Aspekte und Perspektiven des Deutschen Idealismus, Band 5, 2015, broschiert, 312 Seiten

ISBN: 978-3-643-13224-6

 

Im Mittelpunkt dieses zweisprachigen Bandes steht die philosophische Dimension von Novalis' Denken und Werk. Sowohl die philosophischen als auch die literarischen und naturwissenschaftlichen Schriften des romantischen Denkers werden von französischen und deutschen Philosophen unter die Lupe genommen. Anhand dieser Studien wird insbesondere die dezidiert philosophische, reflexive Dimension des Oeuvres herausgearbeitet. 

La dimension philosophique de la pensée et de l'œuvre de Novalis constitue le cœur de cet ouvrage bilingue. Des philosophes examinent sous toutes les coutures, en allemand et en français, les écrits scientifiques, littéraires et philosophiques du penseur romantique, non sans s'appuyer sur la dimension proprement réflexive de cette œuvre.

Prof. Dr. Augustin Dumont ist Professeur adjoint für deutsche Philosophie an der Universität Montr'eal (Kanada). 

Prof. Dr. Alexander Schnell ist Maître de conférence habil. der klassischen deutschen Philosophie und zeitgenössischen Philosophie an der Universität Paris-Sorbonne und verantwortlicher Leiter des Collège d‘études de la philosophie allemande classique et contemporaine.

 



Alexander SCHNELL, La déhiscence du sens, Paris, Hermann, coll. "Le Bel Aujourd'hui", 2015, 274p.



Face à la nécessité de rendre compte du bien-fondé du « corrélationisme » (évoqué par le « réaliste spéculatif » Q. Meillassoux), de la matrice des ontologies en anthropologie (mise en place par lanthropologue P. Descola), ou encore du « problème difficile de la conscience » (énoncé par le cognitiviste D. Chalmers), la phénoménologie se trouve aujourd’hui poussée – d’une certaine façon malgré elle – sur l’avant-scène du débat philosophique. Dans un cercle assez restreint, les recherches phénoménologiques avaient certes connu depuis plus d’un siècle un développement fructueux et quasiment ininterrompu. Mais il fallait ce double défi provenant des sciences cognitives, d’un côté, et témoignant d’un renouveau de la pensée spéculative, de l’autre, pour que l’on s’aperçoive que la phénoménologie occupe un terrain qui pourrait intéresser également ceux qui avaient refusé, jusqu’ici, d’entrer dans ce « nouveau monde » (Husserl) ouvert en vertu de la méthode phénoménologique.

Or, au sein même de la phénoménologie française, plusieurs projets d’une « phénoménologie réaliste » ont déjà vu le jour qui cherchent à se réapproprier des questions et des champs de réflexion pour lesquelles la « phénoménologie orthodoxe » ne semblait plus posséder les compétences requises. Mais ces projets répondent-ils vraiment de manière satisfaisante à ces deux défis ? En particulier, ces derniers ne soulèvent-ils pas des questions – sur le statut de la conscience (et la « corrélation » qu'elle met en oeuvre), la légitimité de la connaissance, le sens de la réalité – que les phénoménologues de la première heure avaient abordées d’une manière qui, pour peu que l’on considère ces problèmes de manière rigoureuse, n’est pas conciliable avec le « réalisme », si toutefois celui-ci désigne l’abandon de l’intentionnalité et du transcendantalisme ?

Cela ne signifie pas que le présent ouvrage propose de réactualiser un idéalisme « classique » (fondationnel) ou un « idéalisme transcendantal » mettant en son centre le « sujet » ou l’« Ego ». Si cet essai n'est certes pas une explication systématique avec le « réalisme spéculatif », il développe néanmoins plusieurs perspectives permettant d'en entrevoir certaines impasses (par exemple concernant le statut de l'« ancestralité »). L’objectif est en effet de montrer que l’on ne peut concevoir la « réalité » qu’à partir d’une prise au sérieux d’une « in-tentionnalité » (en sa triple dimension « immanentisante »« négative » et « générative ») ne se limitant pas à la description d’un rapport extérieur entre la conscience et son objet, mais exhibant les conditions de la légitimation de tout rapport au réel. Cela exige de mettre en évidence, d’une façon inédite, le rôle crucial de l’imagination dans tout rapport intentionnel à l’objet. Il s’agit ainsi de renforcer un « corrélationisme » bien compris, et de relever phénoménologiquement ce multiple défi, omniprésent dans le débat philosophique contemporain. De cette façon, la phénoménologie fait preuve d’un pouvoir spéculatif permettant de dévoiler son destin métaphysique.


Sommaire

Introduction : Sens et genèse
Phénomène et construction
I. Le phénomène chez Husserl
II. Le phénomène chez Heidegger
III. La construction phénoménologique et ses trois « genres »
IV. Le « phénomène originaire »
L’imagination
I. La phénoménologie husserlienne de l’imagination et de la phantasía
II. Approches transcendantales de l’imagination et de l’image
III. Le statut de l’image dans la phénoménologie générative
IV. La constitution imaginaire du réel
L’inconscient phénoménologique
I. Les différents types de l’« inconscient phénoménologique » (au sens restreint du terme)
II. La question de la « conscience de soi »
III. La pluralité des champs
IV. L’architectonique
V. Conclusion
Le réel
I. Le réel et le transcendantal
II. Les différentes modalités du transcendantal
III. Considérations architectoniques
IV. Les différentes acceptions du réel
V. Conclusion
La vérité
I. L’approche phénoménologique de la vérité
II. La phénoménologie husserlienne de la vérité
III. La phénoménologie heideggerienne de la vérité
IV. Les trois dimensions de la vérité dans la phénoménologie générative
V. Récapitulation
Le temps
I. Un temps pluriel
II. Les différents niveaux constitutifs du temps
III. Conscience du temps et conscience de soi
IV. Approche générative des trois types de temporalités
V. Conclusion
L’espace
I. L’analyse husserlienne de la « kinesthèse »
II. L’analyse heideggerienne de la spatialité
III. La constitution phénoménologique de l’espace chez Richir
IV. Les trois dimensions de la spatialité dans la phénoménologie générative
L’homme
I. Approches contemporaines de l’anthropologie philosophique
II. Homo imaginans
III. La triple fonction imageante caractéristique de l’homo imaginans
Conclusion : Subjectivité et transcendance



Fichte. Introductions berlinoises à la philosophie

Présentation par Max Marcuzzi, traduction par Max Marcuzzi, Ives Radrizzani et Alexander Schnell

Flammarion, Paris, collection GF, mars 2014


Les Introductions berlinoises à la philosophie rassemblent les cours - parfois reconstitués grâce à des notes d'étudiants - que Fichte dispensa à l'université de Berlin de 1809 à 1813. Leur objectif ? Familiariser l'étudiant avec un système de pensée dans le cadre d'une initiation, accessible et précise.

Le produit de ce souci pédagogique forme un ensemble unique de textes qui sont autant d'étapes pour entrer en philosophie. Page après page, l'auteur suit un chemin de technicité croissante, susceptible de permettre à l'apprenti philosophe de passer progressivement de la conscience commune à la conscience philosophique.

Plus qu'une simple préparation à la lecture de La Doctrine de la science (l'oeuvre majeure de Fichte), ce recueil constitue une introduction non seulement à la philosophie transcendantale, mais également à la philosophie en général. Ici, celui qui fut la grande figure de l'idéalisme transcendantal distingue et éclaire la spécificité du discours philosophique en livrant les clés de sa propre méthode.





Patrick Cerutti (éd.)




La philosophie et le sens de son histoire 
Etudes d’histoire de la philosophie autour de Jean-François Marquet et Jean-Luc Marion


Availability: Paperback & Electronic (pdf)
Publication date: October 2013
Size: 13 x 20 cm
Pages: 260
Language: French
ISBN: 978-606-8266-52-7 (paperback) 
ISBN978-606-8266-53-4 (ebook)
Paperback: 22 EUR (shipping not included) eBook for Individuals: 12 EUR
Institutional Online Access: 100 EUR  

C’est à travers son histoire que la philosophie révèle ce qu’elle est. Les différents essais qui composent cet ouvrage ont cette conviction en commun : la philosophie peut seule se faire gardienne de sa propre mémoire et découvrir le fil conducteur qui la guidera dans son propre labyrinthe. Quelle forme peut alors prendre son histoire, au moment où l’on dit que la métaphysique, qui lui imprimait son mouvement, est parvenue à sa fin : exégèse de soi, géographie de concepts, histoire de l’être, récapitulation? À travers l’hommage rendu à deux grands professeurs et authentiques philosophes, on se demandera si la philosophie est quelque chose en dehors des philosophies historiques dans lesquelles elle s’est incarnée.





Du connaître et du sentir de l'âme humaine
Septembre 2013 - prix: 10 €
112 pages
ISBN: 978-2-84485-711-8


Du connaître et du sentir de l'âme humaine

Johann Gottfried Herder

"Regarde la nature dans son ensemble, contemple la grande analogie de la création. Chaque être se sent soi-même ainsi que les êtres qui sont ses semblables, la vie flotte vers la vie. Chaque corde vibre au son qui lui correspond, chaque fibre s'entremêle avec sa camarade de jeu, l'animal sent l'animal ; pourquoi est-ce que l'être humain ne sentirait pas avec l'être humain ?"
Pour la première fois traduit en français, cet ouvrage est souvent désigné comme l'œuvre préférée de son auteur. À l'origine de cet écrit, une question soulevée par l'Académie Royale berlinoise, concernant le lien entre la faculté de connaître et celle de sentir, ainsi que leur proportion réciproque dans la définition du génie humain. Herder démontre d'emblée que notre manière de penser dépend de celle de sentir. Connaissance et sensation vont de pair. Et Herder le fait savoir et ressentir dans son écriture même, en rupture avec la tradition philosophique classique. L'analogie, figure littéraire par excellence, apparaît à Herder voie de connaissance. Elle est argumentation logique autant qu'invention poétique. Pensée et écriture entretiennent une relation organique, à l'image des facultés de connaître et de sentir. Herder opère là une révolution dans la pensée philosophique et dans la manière de la transmettre.
Traduit de l'allemand par Claire Pagès.





Alexander SCHNELL, En voie du réel, Paris, Hermann, coll. "Le Bel Aujourd'hui", 2013, 432p. (32 €)

 

Résumé

La phénoménologie post-husserlienne s’est détournée des orientations fondamentales de son père fondateur pour adopter une position ou bien déconstructiviste ou bien théologisante – sinon ouvertement anti-idéaliste. Restant fidèle à l’attitude phénoménologique qui consiste à mettre hors circuit tout présupposé métaphysique (qu’il soit de nature antisubjectiviste ou dogmatique), le présent ouvrage met en évidence des motifs cherchant à mettre en place une phénoménologie de la connaissance et de la compréhension qui évite à la fois l’écueil d’un scepticisme radical et celui d’une philosophie de la transcendance. À ce dessein, l’essai se divise en trois parties dans lesquelles sont examinés et explicités – conformément à une orientation husserlienne, heideggerienne ou encore propre à la phénoménologie française contemporaine – les concepts fondamentaux d’une phénoménologie transcendantale fondée spéculativement. Dans la mesure où se profile par là une position philosophique qui intègre, par ailleurs, des compréhensions et acquis toujours valables de la philosophie classique allemande, se dessinent les lignes fondamentales d’un « transcendantalisme spéculatif » qui essaie de renforcer la phénoménologie du XXIe siècle naissant au sein du débat contemporain (par exemple face au « réalisme spéculatif »). Il s’agit en particulier de répondre, du côté de la phénoménologie, au rapprochement de la tradition européenne effectué actuellement par la génération la plus jeune des penseurs « analytiques ». Cela rendra peut-être possible d’élever l’échange entre les deux orientations contemporaines à un niveau qui n’était pas accessible au XXe siècle en raison de préjugés et distorsions idéologiques.


Sommaire

 

Préface

Husserl. « Phénoménologie des noyaux » et « phénoménologie constructive »

Chapitre 1 : Esquisses d’une « phénoménologie des noyaux » (Husserl et M. Henry)

Chapitre 2 : « Phénomène » et « construction ». Éléments pour une « phénoménologie constructive » (Husserl et Fichte)

Chapitre 3 : Les différents niveaux constitutifs du temps

Chapitre 4 : La question de l’intersubjectivité

Heidegger. Perspectives transcendantales

Chapitre 5 : Les contributions à la philosophie transcendantale de M. Heidegger

Chapitre 6 : La Temporalité de l’être dans les Problèmes fondamentaux de la phénoménologie

Chapitre 7 : Temps et espace

Chapitre 8 : Vie et animalité. Le statut transcendantal de la « pulsion »

Chapitre 9 : Fondement et transcendance

La « nouvelle phénoménologie ». Approches transcendantales et anthropologiques

Chapitre 10 : Remarques sur le transcendantal chez M. Merleau-Ponty

Chapitre 11 : Du "transcendantal" à la "transcendance" (Levinas et Heidegger)

Chapitre 12 : La refondation de la phénoménologie transcendantale de Richir

Chapitre 13 : La précarité du réel (Fichte et Richir)

Chapitre 14 : Le projet de H. Blumenberg d’une anthropologie phénoménologique et ses limites




MOSAIQUE


Revue de jeunes chercheurs en sciences humaines / Journal of Young Researchers in the Humanities

http://revuemosaique.wordpress.com/2013/06/01/numero-8-dossier-la-philosophie-allemande-dans-tous-ses-eclats-varia-pluridisciplinaires/

Numéro 8 – DOSSIER: "La Philosophie allemande dans tous ses éclats" + VARIA pluridisciplinaires

SOMMAIRE (cliquer sur le titre pour accéder à l’article)

DOSSIER

"La Philosophie allemande dans tous ses éclats"

Coordonné par Augustin Dumont (F.R.S.-FNRS, USL-B)

Introduction - p. 1-3

1. Fabrice DE SALIES (Paris-IV) – p. 4-20

Im Keller. L’émergence de l’ontologie classique et de ses présupposés minimalistes

2. Quentin LANDENNE (F.R.S.-FNRS, ULB) – p. 21-42

Le perspectivisme transcendantal, de la critique sceptique à la fondation spéculative (Kant, Maïmon, Fichte)

3. Louis CARRE (F.R.S.-FNRS, ULB) – p. 43-66

Travail et reconnaissance dans la Phénoménologie de l’esprit de Hegel. Retour sur un épisode de philosophie sociale allemande

4. Quentin PERSON (F.R.S.-FNRS, USL-B) – p. 67-87

Une étrange apparition. L’ambiguïté du Schein dans la Science de la Logique de Hegel

5. Claire PAGES (Paris-IV) – p. 88-113

Logique et mathématiques chez Hegel. Les formalisations de la logique en question

6. Augustin DUMONT (F.R.S.-FNRS, USL-B) – p. 114-142

E.T.A. Hoffmann ou le rêve à la limite. Perspectives frontalières sur la critique

7. Alievtina HERVY (ULg) – p. 143-164

Le souvenir est-il une image ? Réflexions sur la phénoménologie husserlienne de l’imagination

8. Till GROHMANN (Université de Toulouse/Universidade de Sao Paulo) – p. 165-185

Différentes acceptions d’immanence et de transcendance dans la phénoménologie d’Edmund Husserl

9. Florian FORESTIER (Paris-IV) – p. 186-208

La réflexivité et le dégagement du concept de phénomène chez Husserl. Le transcendantal et son usage

10. Chiara PAVAN (Paris-IV) – p. 209-238

Être et apparaître à l’ère technique. Une promenade ontologique avec Günther Anders

11. Edouard JOLLY (Université de Lille 3/ULB) – p. 239-265

Celui qui s’endort. Anders et la présence circadienne

12. Akos HERMAN (USL-B) – p. 266-292

La violence mosaïque. Médiateté et immédiateté dans la philosophie politique de Walter Benjamin

VARIA

13. Tatiana TRANKVILLITSKAIA (Université de Lille 3) – p. 293-310

La notion du code religieux dans l’art et la culture staliniens

14. Mehdi GHASSEMI (Université de Lille 3/KU Leuven) – p. 311-325

Possibility of Self-Representation: the Assimilation of Paul de Man’s Theories in John Banville’s Shroud

15. Cécile GIRAUD (UCL) – p. 326-345

La citoyenneté des migrants dans les villes globales : droit à la ville et identités, vers une nouvelle conception de la citoyenneté


Robert AlexanderPhénoménologie de l’espace-temps chez Marc Richir, Grenoble, Editions Jérôme Millon, collection Krisis, 2013, 392 pages, ISBN : 978-2-84137-288-1, (www.millon.com, Diffusion Harmonia Mundi – 35 euros). Préface d'Alexander Schnell.


 

                                                                      Détails sur le produit



Cet ouvrage est consacré à la refondation richirienne de la phénoménologie à partir du traitement de la question de l’espace/temps phénoménologique archaïque. Par le biais de l’analyse de cette interrogation spatio-temporelle spécifique et de la pertinence qu’elle développe, l’objectif est double. D’une part, arriver à dégager un lieu de compréhensibilitéinéditcommun aux multiples enjeux les plus fondamentaux de la refonte et de la refondation de la phénoménologie transcendantale entreprises par Richir et, d’autre part, dans la foulée, permettre par là même la possibilité de comprendre l’ensemble des textes du corpus. Cette compréhensibilité des mobiles philosophiques les plus importants de la phénoménologie refondue jointe à la possibilité d’une compréhension globale et transversale de la textualité richirienne doit permettre en outre de réfléchir et de fonder la démarche tout entière. C’est ce que l’on tente de démontrer. En accomplissant cette refondation de manière tout à fait originale dans une œuvre commencée en 1968, qui compte en 2012 près de dix mille pages, réparties en vingt ouvrages et près de deux cents articles, Richir poursuit le but et a comme ambition de bouleverser et de changer en profondeur les paramètres essentiels de la phénoménologie. Et, chemin faisant, la philosophie tout entière est à reprendre à nouveaux frais. Le lecteur est convié à pénétrer au cœur de ce nouvel espace/temps richirien, véritable idée directrice de la phénoménologie et d’une philosophie sans précédent.


Annales de Phénoménologie 2013


Numéro contenant (e.a.) un dossier important sur le rapport entre l'idéalisme allemand et la phénoménologie.

Sommaire:

G. van Kerckhoven: La déclaration des choses. Expression évocatrice et lyrisme chez G. Misch
R. Alexander: Phénoménologie de l'implexe valéryen
A. Schnell: Eléments pour un transcendantalisme spéculatif
M. Richir: De la négativité en phénoménologie
G. Chernavin: La doctrine phénoménologique de l'attitude et le mode d'accomplissement de la mise-en-flottement
S. Finetti: La réduction de la langue chez Eugen Fink
P. Posada Varela: Introduction à la réduction méréologique
F. Forestier: Variation sur la poussée et la pulsion. L'action, le soi et l'implication
L. Angelino: L'entrelacs de la vision et du mouvement. A la naissance d'un soi et de son activité consciente chez Merleau-Ponty et Patocka
Y. Murakami: Le passé imaginaire pour un bébé avorté et l'appel chez Maldiney
T. Sawada: Dessin et cure de l'enfant névrosé
C. Dahlhaus: Sur la phénoménologie de la musique (tr. fr. par P. Lang)
D. Cohen-Levinas: Le temps du son. De l'idéalisme musical allemand à la phénoménologie de la perception musicale
R. Sanchez Ortiz de Urbina: Le principe de correspondance



ARCHIVES DE PHILOSOPHIE: L'image de l'infini
Tome 76 - Cahier 1, Janvier-Mars 2013

A. Schnell (coord.)



Sommaire:

A. Schnell: Présentation: L'image de l'infini. Sources spéculatives de l'idéalisme allemand

R. Dufêtre: Proximités des théories de l'image chez Maître Eckhart et Fichte
J.-C. Lemaitre: Figures de l'unité. Schelling et Nicolas de Cues
F. Vengeon: Infini et logique spéculative. Deux philosophes de l'absolu: Nicolas de Cues et Hegel
C. Théret: Deux métaphysiques de la mobilité. Giordano Bruno ou Schelling

***
G. Schmezer: Wittgenstein, lecteur de la Bible

Bulletin cartésien XLII



F.W.J. Schelling: Les âges du monde (1815), Paris, Vrin, 2012

Introduit, traduit et annoté par Patrick Cerutti







J.G. Fichte: L'initiation à la vie bienheureuse, Paris, Vrin, 2012

Traduit par Patrick Cerutti, Jean-Christophe Lemaitre, Alexander Schnell, Frédéric Seyler, sous la direction de Patrick Cerutti
Présentation par Alexander Schnell




Bourses


Appels à contribution ou à participation




philosophy-summerschool



Fourth Annual International Summer School in German Philosophy (2014)
Hegel’s Philosophy of Spirit
(July 21 – August 3 2014)
http://www.philosophy-summerschool.uni-bonn.de/


Hegel et le mouvement phénoménologique

Université de Pise (10-13 juin 2014)



Call for paper


Supervision: Prof. Dr. Alfredo Ferrarin

Organisateurs: Dr. Danilo Manca, Dr. Elisa Magrì


Hegel a été un point de référence constant pour Heidegger, souvent et aussi en opposition à l’idéalisme phénoménologique de Husserl. Dans son dialogue avec Husserl, Fink a cherché à son tour à introduire dans la phénoménologie des « motifs hégéliens », alors que l’intérêt pour la phénoménologie s’est développé en France parallèlement à la renaissance des études hégéliennes.

Le colloque entend explorer les rapports théorétiques et historico-philosophiques entre la pensée phénoménologique et systématique de Hegel et tous ceux qui peuvent être reconnus, avec les différences qui s’imposent, comme les représentants du mouvement phénoménologique du XXème siècle (Husserl, Heidegger, Fink, Ingarden, Lévinas, Merleau-Ponty, Patočka, Ricoeur, Scheler, Schütz, Sartre, Stein, etc.), ou comme leur critiques (Heidegger même, Adorno, Derrida, Hypolite).


Liste non exhaustive de thèmes possibles: le rapport entre l’idée de “phénoménologie de l’esprit” et la méthode de la phénoménologie du XXème siècle ; la logique de l’essence et de l’apparence ; la doctrine de l’être et la théorie de l’eidos ; l’intuition et le concept; la passivité et l’activité; la théorie de la perception, de l’imagination, du souvenir et de la phantasia ; la philosophie du langage et l’idée de la raison ; l’ontologie et le problème de la constitution ; le monde de la vie et la téléologie de l’histoire ; l’intersubjectivité et la conscience de soi ; le problème de la corporéité ; la théorie du transcendantal et du spéculatif ; l’esthétique, la théorie de l’art et la phénoménologie de l’œuvre d’art.


Langues: anglais, allemand, français ou italien


Les demandes de participation au colloque devront être envoyées au plus tard le 15 juin 2013 à l’adresse e-mail mentionnée ci-dessus, avec l’indication du thème et/ou du titre de l'intervention.

Les interventions ne devront pas dépasser environ 25 minutes et seront à envoyer au plus tard le 15 mars 2014 à l’adresse e-mail mentionnée ci-dessous, au format pdf et dans leur version définitive.

Contact: danilomanca30@gmail.com


Colloques




Liens utiles

Internationales Forschungsnetzwerk Transzendentalphilosophie / Deutscher Idealismus

Société Hégélienne Francophone


 Présentation du CEPACC

 Créé en 2012 sous le nom de "CEPCAP", et rebaptisé en 2016, le Collège d’études de la philosophie allemande classique et contemporaine (CEPACC) se propose de fédérer les recherches dans le domaine de la philosophie allemande, notamment dans le domaine de la philosophie allemande classique et de la phénoménologie. Ses activités se déclinent selon les axes suivants :

 1/ Études de la philosophie classique allemande (Kant, Fichte, Schelling, Hegel) ; constitution d’un vrai débat entre les protagonistes de cette tradition (ne se limitant pas à une répétition des doctrines des maîtres par leurs épigones) ; le travail sera axé sur des thèmes (« fondation », « conscience » et « conscience de soi », « mythologie », etc.) ; l’accent sera mis en particulier sur le débat Hegel/dernier Fichte/dernier Schelling.

 2/ Valorisation des interlocuteurs contemporains des philosophes classiques allemands (Maimon, Novalis, Reinhold, Hölderlin, Jacobi, Beck, Schulze-Enésidème, Bardili, etc.).

 3/ Actualités, liens, influences et impacts de la philosophie classique allemande sur ce qui sera sa propre postérité (les « jeunes hégéliens », Schopenhauer et Nietzsche, la tradition néo-kantienne, la philosophie « austro-hongroise », la phénoménologie ainsi que l’École de Francfort et la « pragmatique universelle » etc.).


Organigramme

Responsable :

Alexander Schnell (Paris-Sorbonne)

 

Membres statutaires :


Membres associés :

  • Gilles Marmasse (Professeur, Université de Poitiers)
  • Mildred Galland-Szymkowiak (CR1, CNRS)
  • Antoine Grandjean (MCF, Université de Nantes)
  • Max Marcuzzi (MCF, Université d’Aix-Marseille)
  • Claudia Serban (MCF, Université de Toulouse Jean Jaurès)
  • Grégori Jean (MCF, Université de Nice)
  • Patrick Cerutti (prof. CPGE)
  • Paul Slama (ATER, Paris-Sorbonne)
  • Sylvaine Gourdain (ATER, Université de Strasbourg)
  • Isabel Weiss (prof. CPGE)
  • Maxime Chédin (prof. lycée)
  • Jean-Christophe Lemaitre (prof. lycée)
  • Florian Forestier (docteur de philosophie)
  • Sacha Carlson (docteur de philosophie)
  • Robert Alexander (docteur de philosophie)
  • Stéphane Finetti (docteur de philosophie)
  • Stanislas Jullien (docteur de philosophie)
  • Agnès Bayrou (docteur de philosophie)
  • Pierre-Jean Renaudie (docteur de philosophie)
  • Laurent Villevieille (docteur de philosophie)
  • Claire Pagès (prof. lycée)
  • Laurent Guyot (prof. lycée)


Conseil Scientifique :

  • Christoph Asmuth (TU Berlin)
  • Raphaël Ehrsam (Paris-Sorbonne)
  • Markus Gabriel (Université de Bonn)
  • Alexander Schnell (Paris-Sorbonne)
  • László Tengelyi † (Bergische Universität Wuppertal)

 

Bureau exécutif :

  • Agnès Bayrou (philosophie politique)
  • Patrick Cerutti (philosophie classique allemande)
  • Augustin Dumont (coord. Belgique)
  • Raphaël Ehrsam (philosophie classique allemande et sa postérité)
  • Mildred Galland-Szymkowiak (philosophie classique allemande & esthétique)
  • Jens Rometsch (coord. Allemagne)
  • Alexander Schnell (philosophie classique allemande et sa postérité)

 

Partenaires internationaux :

  • Centre Prospéro – Langage, image et connaissance, basé à l'Université Saint-Louis - Bruxelles (Prof. Laurent van Eynde (dir.))
  • Zentrum für Internationale Philosophie (dir. Prof. Markus Gabriel, Univ. Bonn)
  • Institut für phänomenologische Forschung (Prof. László Tengelyi, Univ. Wuppertal)
  • Forschungsnetzwerk « Transzendentalphilosophie/Deutscher Idealismus » (Dir. Prof. Christoph Asmuth, TU Berlin)
  • Prof. Augustin Dumont (Université de Montréal)
  • Prof. Lore Hühn (Présidente de l’Internationale Schelling-Gesellschaft, Univ. Freiburg-im-Breisgau)
  • Prof. Marco Ivaldo (Università degli studi di Napoli Federico II, Dipartimento di Filosofia A. Aliotta)
  • Prof. Takashi Kakuni (Ritsumeikan University Kyoto, Président de l’Association Schellingienne au Japon)
  • Prof. Guy van Kerckhoven (Faculté associée d’Architecture et des Arts de l’Université catholique de Louvain (Bruxelles/Gand))
  • Prof. Alfredo Ferrarin (Université de Pise)
  • Prof. Antonino Mazzù (Université libre de Bruxelles)
  • Prof. Markus Enders (Univ. Freiburg-im-Breisgau)
  • Dr. Rolf Kühn (Univ. Freiburg-im-Breisgau)
  • Prof. Karel Novotny (Institut philosophique de l’Académie des Sciences de la République Tchèque, Department of Contemporary Continental Philosophy, Central-European Institute of Philosophy, Univ Charles de Prague)
  • Prof. Hans-Rainer Sepp (Univ. Charles de Prague, Central-European Institute of Philosophy)
  • Prof. Julia Jansen (KU Leuven)
  • Prof. Dr. Sonja Rinofner-Kreidl (Karl-Franzens-University Graz, Autriche, Department of Philosophy)
  • Prof. Dr. Dimitar Sashev (Univ. Sofia, Bulgarie, Atelier phénoménologique)
  • Prof. Dr. Mikkel Tin (Collège Universitaire de Telemark, Norvège)
  • Ass. Prof. Dr. Georgy Chernavin (National Research University Higher School of Economics, Moscou, Russie)
  • Dr. Alessandro Bertinetto (Univ. Udine, Italie)
  • Dr. Michael Staudigl (Univ. Vienne, Autriche)
  • Dr. Jens Rometsch (Univ. Bonn, Allemagne)
  • Dr. David W. Wood (Univ. Munich, Allemagne)
  • Dr. Faustino Fabbianelli (Univ. Parme, Italie)
  • Dr. Luca Vanzago (Univ. Pavie, Italie)
  • Dr. Ivan Vukovič (Univ. Belgrade, Serbie)
  • Dr. Tobias Keiling (Univ. Freiburg)
  • Dr. Nikola Mirkovic (Univ. Freiburg)
  • Dr. Quentin Landenne (FNRS, CTP (Université libre de Bruxelles)

 

 Doctorants :

1. Fabrice Callies de Salies (dir. A. Schnell, co-tutelle avec la FU Berlin, Allemagne) : Être(s) et Subjectivité. Enquête préparatoire en vue d’une tentative de saisie de la dispersion essentielle de soi comme indice d’une appréciation pluraliste des sens de l’être

2. Veronica Cibotaru (dir. A. Schnell, co-tutelle avec l’Université de Wuppertal, Allemagne) : Le problème de la signification dans la philosophie de Kant et de Husserl

3. Romain Dufêtre (dir. A. Schnell) : Pour une phénoménologie du concept d’ensemble chez Husserl et au-delà de Husserl

4. Patrizia Hausheer (dir. A. Schnell, co-tutelle avec l’Université de Wuppertal) : Vers une phénoménologie de l’apparaître de l’image (Husserl et Heidegger)

5. Abbed Kanoor (dir. A. Schnell, co-tutelle avec l'Université de Wuppertal) : Le temps du monde. La fondation phénoménologique de la temporalité objective chez Husserl, Merleau-Ponty et Blumenberg

6. Maia Nahele Huff-Owen (dir. A. Schnell) : Le langage de l’absolu. Vers une histoire d’une "phénoménologie spéculative" (Phénoménologie transcendantale vs. réalisme spéculatif)

7. Alejandra Mérino (UNAM, Mexique) : Le statut ontologique de l’événement chez Heidegger et Deleuze

8. William Neria (dir. A. Schnell, co-tutelle avec l’Université Laval, Québec) : Heidegger et le néoplatonisme. Être et connaissance : l’enjeu de la transcendance chez Heidegger et dans le néoplatonisme

9. Chiara Pavan (dir. A. Schnell) : Levinas et l’ipséité entre éthique et ontologie

10. Rita Peritore (dir. A. Schnell) : L'apparaître et le soi. Transcendance de l'image et subjectivation chez Merleau-Ponty. Éléments  pour une esthétique phénoménologique

11. Quentin Person (dir. L. van Eynde) : L’ontologie de la négativité dans la Wissenschaft der Logik de Hegel

12. Pablo Posada Varela (dir. A. Schnell, co-tutelle avec l’Université de Wuppertal) : Phénomène et concrétude. Pour une approche méréologique de la phénoménologie

13. Paul Slama (dir. J.-L. Chrétien, Paris IV) : Fondement et transcendance chez Heidegger

14. Charles Théret (dir. A. Schnell) : L’effectivité et le monde chez le dernier Schelling


Programme

Colloques et journées d’études

- Table ronde sur l'ouvrage d'Olivier Tinland L'idéalisme hégélien (28 mars 2014, 14h-16h, salle  F 040)

- Colloque international "Hegel et le mouvement phénoménologique", Université de Pise (10-13 juin 2014)
Supervision: Prof. Dr. Alfredo Ferrarin; Organisateurs: Dr. Danilo Manca, Dr. Elisa Magrì en co-organisation avec le CEPCAP

- Journée d'études « A dire vrai : la vérité en phénoménologie », 20 juin 2014 (org. par R. Dufêtre)

Séminaires de recherche

2013/2014

- Le transcendantal II (sous la responsabilité d’A. Grandjean et A. Schnell) (Sorbonne, salle F 040)

1er semestre (14h-17h)

11 octobre 2013 Q. Landenne : Fichte et le perspectivisme transcendantal

25 octobre 2013 C. Layet : Hölderlin et la « sensation transcendantale »

15 novembre 2013 A. Kanoor : Phénoménologie de la phénoménologie, les contributions de Merleau-Ponty et Blumenberg à la possibilité et la modalité de l’expérience transcendantale du temps

29 novembre 2013 S. Finetti : La transformation finkienne du transcendantal et ses difficultés méthodologiques

13 décembre 2013 V. Cibotaru : Pourquoi le transcendantal ? Genèse du thème du transcendantal chez Kant et sa reprise par Husserl

17 janvier 2014 F. Forestier : Le transcendantal au service du phénomène

------

2nd semestre (15h-18h)

14 février 2014 P. Slama : Heidegger, double transcendance et transcendantal

7 mars 2014 R. Peritore : Le transcendantal chez le dernier Merleau-Ponty et chez Richir

21 mars 2014 P.-J. Renaudie : La vocation transcendantale du discours phénoménologique en question

11 avril 2014 C. Pavan : Le transcendantal et la réduction phénoménologique chez Levinas

25 avril 2014 S. Jullien : Levinas et Derrida autour de la finitude originaire : la contestation de l'éthique par le deuil (11h à 13h)



- Séminaire Hegel (sous la responsabilité de G. Marmasse (Paris-Sorbonne), Bruno Haas (TU Dresden) et Bernard Mabille (Poitiers))

Les séminaires ont lieu dans la salle de Nosophi à la Sorbonne, au deuxième étage de l’escalier K, le samedi de 10h30 à 12h30. Il est soutenu par l’équipe « Métaphysique : histoires, transformations, actualité » (EA 3552, Paris IV), « Nosophi » (EA 3562, Paris I), et l’équipe « Métaphysiques allemandes et philosophie pratique » (EA 2626, Poitiers).

Les séances ont lieu dans la salle Nosophi à la Sorbonne, au deuxième étage de l'escalier K, le samedi de 10h30 à 12h30.

Ce séminaire relève de l'équipe d'accueil « Nosophi » (EA 3562, Paris I), de l'équipe d'accueil « Métaphysique : histoires, transformations, actualité » (EA 3552, Paris IV) et du Centre de recherche sur Hegel et l'idéalisme allemand (EA 2626, univ. de Poitiers).

Renseignements : gilles.marmasse@paris-sorbonne.fr


Samedi 19 octobre 2013 : Bruno HAAS (Technische Universität Dresden) : « Questions sur la vie »

Samedi 23 novembre 2013 : Felix DUQUE (Universidad Autónoma de Madrid) : « Terreur et beauté chez Hegel »

Samedi 14 décembre 2013 : Gilbert GÉRARD (Université catholique de Louvain) : Titre à préciser

Samedi 25 janvier 2014 : Louis CARRÉ (Université libre de Bruxelles) : « L'esprit objectif est-il un fait social ? Hegel et Durkheim »

Samedi 22 mars 2014 : Florian NICODÈME (École Normale Supérieure) : Titre à préciser


- Séminaire de master et doctoral 2013-2014: "Lectures lévinassiennes: Une autre voie phénoménologique" (ENS (Ulm), Salle Beckett, 11h-13h)

Organisé par D. Cohen-Levinas et A. Schnell (Archives Husserl/ENS, Le département de philosophie de l’Ecole Normale Supérieure de Paris et le Collège des études juives et de philosophie contemporaine de l’Université Paris IV Sorbonne/Centre Emmanuel Levinas)

11 octobre 2013 : R. Calin : « Quelques remarques sur la transcendance et la connaissance chez Bachelard et Levinas » (Cette séance aura exceptionnellement lieu au Salon.)

8 novembre 2013 : J. Greisch : « De la conscience au psychisme: la “psychologie“ de Levinas »

15 novembre 2013 : E. Tardivel : « L’éthique : une épochè sans réduction ? Remarques sur la méthode phénoménologique dans Totalité et infini »

6 décembre 2013 : J.-F. Lavigne : « Le statut lévinassien du métaphysique »

24 janvier 2014 : L. Tengelyi : « La singularité du Soi selon Levinas »

14 février 2014 : J.-L. Nancy & D. Cohen-Levinas : « Littérature et philosophie »

21 février 2014 : C. Meazza : « L’événement exposé à partir d’Emmanuel Levinas »

14 mars 2014 : D. Brézis : « Priorité de l’Autre et don sans limite »

28 mars 2014 : C. Romano : « ‘Autrui m’appelle à la responsabilité’ : Réflexions autour d’un thème lévinassien »

4 avril 2014 : D. Arbib : « Qui est Dieu (selon Levinas) ? »

11 avril 2014 : K. Novotny : « Corporéité du sujet selon Levinas »

25 avril 2014 : S. Jullien : « Levinas et Derrida autour de la finitude originaire : la contestation de l'éthique par le deuil »



 

Séminaires de traduction

2013/2014

1/ Die Wissenschaftslehre 1804/2 de Fichte (sous la resp. de M. Marcuzzi et A. Schnell) : 4 octobre 2013 ; 6 décembre 2013 ; 10 janvier 2014; 14 mars 2014 ; 25 avril 2014 (respectivement de 14h à 18h) (Sorbonne, salle F 040)


Journées doctorales

20 décembre 2013 (14h-18h)


Archives

Archives 2012/2014