Catherine Repussard - Les animaux peuvent-ils parler ?

Colloque Interdisciplinaire Et International 2017 - Les Etudes Animales Sont-Elles Bonnes A Penser ? 8-10 nov 2017


Catherine Repussard, Maître de conférences à l'Université de Strasbourg, 

Titre : « Can the animal speak ? » Des théories postcoloniales aux études animales. Implications biopolitiques.

Résumé : Les théories postcoloniales qui se sont affirmées dans le domaine académique à partir des années 1980 ont largement contribué au décentrement culturel des regards dits « hégémoniques » et ont, en ce sens, ouvert la voie à l’intégration de l’altérité et d’une parole « autre », celle des subalternes, jusque là largement confisquée. Il est dès lors légitime de placer notre contribution dans le sillage d’un article majeur de G. Spivak (« Can the subaltern speak ?», 1988) et de nous demander si les animaux peuvent parler tout en accordant du crédit à la réponse positive que cette dernière apporte à la question posée, à condition que l’on veuille bien les entendre. Et, pourrions-nous ajouter avec Frans de Waal, que nous soyons assez intelligent pour comprendre l’intelligence des animaux.

Ainsi, les théories postcoloniales ont, semblerait-il, nettement infléchi les études animales, notamment par l’importance accordée aux notions d’hybridité, de mimicry et de coagency.  À leur instar, les études animales visent à interpeller le fonds de pensée occidental – en remettant en question la place centrale de l’humanisme par exemple – et peuvent de ce fait être saisies comme un combat politique. Dénier la place centrale à l’humain et le considérer comme simple partie du grand Tout du vivant implique un questionnement quant à l’impact biopolitique d’une telle entreprise, destinée à établir de « nouvelles règles pour le parc humain » (Sloterdjik).

Comments