Astrid Guillaume - Humanimalisme et lexicologie : les mots de la souffrance animale

Colloque Interdisciplinaire Et International 2017 - Les Etudes Animales Sont-Elles Bonnes A Penser ? 8-10 nov 2017


Astrid Guillaume, sémioticienne, maître de conférences à l'Université Paris Sorbonne, membre du conseil scientifique de la LFDA

Titre: Humanimalisme et lexicologie : les mots de la souffrance animale

Résumé: L'humanimalisme, humanisme respectueux de l’animal, s'inscrit aussi et d’abord dans une terminologie précise qui permet de dépasser les schémas de pensée et les mots employés depuis des siècles. La protection des animaux passe par de gros progrès scientifiques établis depuis 50 ans à mieux faire connaître au plus grand nombre et par des lois à faire respecter au sein d'une société en pleine mutation, mais elle passe également et avant tout par les langues et les mots qu'utilisent les scientifiques, les juristes et la société civile dans son ensemble. Ces langues et ces mots, profondément culturels, s’inscrivent dans des us et coutumes, ancrées dans nos réflexes langagiers et habitudes. Au regard des progrès scientifiques, ces mots sont employés à juste titre ou non, ces pratiques encore justifiées ou non. Dans tous les domaines professionnels, il y a des langues de spécialité avec un lexique défini à maîtriser. Les sphères où les animaux évoluent ne font pas exception à la règle. Dans ces contextes, l'utilisation des mots révèle des implicites et des non-dits sur ce qui est montré ou au contraire caché au public. Mal employés, détournés de leur sens premier, contournés, surexploités, sursémantisés ou soussémantisés, les mots employés contribuent à générer des souffrances à l'animal. De même, les proverbes et expressions qui datent d’un autre temps peuvent influer sur l’imaginaire des citoyens. Cette intervention donnera un petit aperçu de plusieurs univers où l'animal est présent (cirques, centres équestres, abattoirs, etc) et où l'utilisation de certains mots vise à masquer ou à amoindrir des situations de souffrance. 

Comments