Pourquoi l'initiative "pour le droit au soutien à l'allaitement maternel" ?

 
 
 
 

Pourquoi cette initiative  ?

 
 
      Actuellement, environ 69 % des bébés sont allaités dans les maternités en France. Sur 830.000 naissances, cela fait donc plus de 570.000 femmes allaitantes qui chaque année, sont amenées durant les jours,  les semaines suivant l'accouchement à consulter un professionnel de santé notamment sur le sujet de l'allaitement maternel... (source : étude Epiphane, sept 2012).
 
   Nous souhaitons alerter les instances gouvernementales sur le fait que la plupart des soignants ne reçoivent pas les informations qui leur permettrait de répondre de manière appropriée à une telle demande lors de leur formation initiale.
Les chiffres parlent d'eux-mêmes : une heure de cours sur neuf ans d'études de medecine;  juste quelques heures pour les sages-femmes et les puéricultrices (en fonction des régions)....
Aucun professionnel de santé n'atteint  donc les 20 heures de formation conseillées par l'OMS pour qu'un(e) professionnel(le) puisse être compétent(e) pour aider une mère en difficulté avec son allaitement. Ils sont nombreux à le regretter car se retrouvent souvent démunis face aux questions de leurs patientes.
Les femmes qui font le choix d'allaiter souffrent de ne pas trouver un soutien adapté lorsqu'elles rencontrent des difficultés et n'ont parfois comme seule issue que le sevrage précoce, vécu souvent très douloureusement lorsqu'il n'est pas choisi.
 
   L'ojectif de notre initiative en quelques mots : nous souhaitons que les femmes ayant choisi d'allaiter puissent réussir leur projet sans difficultés et sans être confrontées à des conseils inadaptés ou contradictoires.
 
C'est pourquoi nous avons rédigé le texte d'une pétition à destination du Ministère de la santé pour demander une formation adaptée des professionnels de santé sur le sujet de l'allaitement maternel.
 
 
 

Pourquoi ce site internet  ?

 
    Ce site à donc pour but de collecter vos témoignages concernant les informations que vous avez reçues en tant que parents au sujet de l'allaitement maternel : pour la mise en place dans les premiers jours, la pratique quotidienne les mois suivants ou en cas de difficultés particulières.
 
 Nous collectons également les témoignages de professionnels de la santé sur ce sujet ainsi que les textes ou communiqués  des personnalités ou association qui soutiennent la démarche.
    Ce recensement d'expériences nous permettra ensuite d'appuyer la pétition (Mise en ligne  le 12 février 2013) que nous transmettrons aux autorités compétentes concernées, afin de les alerter sur les difficultés que nous rencontrons parfois lorsque nous consultons un avis médical sur le sujet de la conduite de l'allaitement maternel. Nous proposons également des solutions concrètes pour améliorer la situation.
 
 
     Les témoignages positifs sont bien sûr les bienvenus : il s'agit ici de faire l'état des lieux du vécu des parents lorsqu'ils ont besoin de soutien et de conseils concernant la pratique de l'allaitement maternel.
 
 
 

Texte de la pétition à destination du Ministère des affaires sociales et de la santé 

 
 
 
           A l'école de la République, il nous a été appris que le droit et le devoir de chaque citoyen était de participer à l'amélioration de la vie dans la Cité. Or il y a dans notre société, une situation souvent vécue comme difficile, voire intolérable par beaucoup de femmes. C'est pour cela que nous souhaitons vous alerter.
  Actuellement, en France, environ 69% des nouveau-nés sont allaités à la maternité. Sur 830.000 naissances, cela fait donc plus de 570.000 femmes allaitantes qui, chaque année sont amenées durant les jours,  les semaines suivant l'accouchement à consulter un professionnel de santé notamment sur le sujet de l'allaitement maternel.
 Or, paradoxe devant ce nombre de consultations très élevé, les professionnel(le)s sont souvent démuni(e)s car leur formation initiale en matière d'allaitement maternel est limitée, voire inadaptée pour aider une mère en difficulté.
  Il en résulte de nombreux échecs d'allaitement qui culpabilisent très souvent les jeunes mères.
 
  Notre requête est de faire en sorte que les femmes ayant choisi d'allaiter puissent réussir leur projet sans difficultés et sans être confrontées à des conseils inadaptés.
 
En effet depuis plusieurs années maintenant, la promotion de l'allaitement maternel est l'un des objectifs de notre Plan National Nutrition Santé.
Nous sommes nombreux à avoir été sensibilisés aux bénéfices de l'allaitement  pour la mère et l'enfant grâce aux actions entreprises dans ce cadre et force est de constater que notre société a beaucoup évolué dans le sens de la promotion de l'allaitement.
Cependant lorsque des parents font le choix de l'allaitement maternel pour leur enfant, ils se retrouvent confrontés  à un paradoxe saisissant : il est très difficile d'obtenir des informations cohérentes (et même tout simplement justes) sur le sujet auprès des professionnels de la santé, pourtant premiers référents consultés en cas de questionnement sur la mise en route ou la conduite quotidienne de l'allaitement maternel.
 
 A l'heure actuelle, lorsqu'une mère se trouve confrontée à un problème (sensation de manque de lait, refus de téter du bébé, douleurs pendant l'allaitement, petite prise de poids du bébé...), elle ne parvient que très rarement à obtenir une réponse médicale adéquate et est le plus souvent guidée vers le sevrage, solution parfois vécue comme une grande souffrance.
 
Nous ne cherchons pas à accuser le corps médical de cet état de fait. Lorsque nous les interrogeons sur le sujet, ils avouent n'avoir reçu à leur grand regret,  que quelques heures d'informations succinctes sur l'allaitement maternel en formation initiale (l'allaitement n'étant pas une pathologie, le sujet n'est que survolé et les connaissances transmises se bornent à des généralités). La plupart des professionnels de la santé ne sont donc malheureusement pas en mesure d'aider efficacement les mères allaitantes en difficulté.
 
Nous souhaitons  donc alerter nos représentants élus sur le fait  que les informations transmises en matière d'allaitement maternel par les professionnels de la santé sont souvent contradictoires et ne suivent pas toujours les recommandations officielles validées par le ministère de la santé, pourtant clairement énoncées sur
 le site internet  du PNNS à destination des professionnels  ainsi que dans de nombreux livrets à destination des parents (guide de l'allaitement maternel et Allaitement maternel, les bénéfices pour la santé de l'enfant et de sa mère de l'INPES).
Ces contradictions et la méconnaissance des mécanismes physiologiques propres à l'allaitement maternel  ne permettent pas aux mères qui le souhaitent de mener une pratique sereine de leur allaitement et peuvent même conduire dans certains cas à un sevrage prématuré non désiré.
 
Compte tenu du fait que les professionnels de santé sont les interlocuteurs privilégiés des parents qui souhaitent obtenir des informations sur l'allaitement maternel,  nous souhaitons qu'une harmonisation des connaissances respectueuse des directives de l'INPES soit mise en place lors des formations initiales de tout membre du corps médical susceptible d'être consulté sur l'allaitement maternel.
 
Ces professionnels de santé devraient aussi, le cas échéant, pouvoir orienter les patientes vers des professionnels  consultants en lactation (titulaires de diplômes reconnus comme le IBCLC) les plus proches de chez eux.
 
 
(et n'oubiez pas ensuite de valider votre signature en cliquant sur le lien qui vous sera envoyé)