09. Orzammar‎ > ‎

04. Les Tréfonds

En attendant

Après une longue discussion animée sur quoi faire de leur pactole, les Gardes des ombres décident d'acheter l'anneau magique Clé de la cité (pour 100 PO) et que Tatsopa l'utilisera. Morrigan s'achète un joli et vieux miroir en or et Tatsopa lui demande quelles sont ses propriétés magiques. Quand elle lui répond qu'il n'en a aucune, il l'a traite de menteuse.

En attendant que l'Assemblée prenne en compte les nouveaux événements et se décide sur le nouveau roi, ils s'occupent. Oswyn se fait adapter l'armure naine d'un lieutenant de Jarvia et passe donc beaucoup de temps dans une forge. Gorim l'accompagne car il craint du grabuge et se renseigne sur les Tréfonds. Felgar va saluer d'anciens amis et se renseigne sur Branka et Caridin. Roswyn s'intéresse au commerce et échappe à un groupe de nains voulant lui faire la peau à cause de sa prise de parti pour Harrowmont. Quay'Duss étudie les écrits de Dagna sur le lyrium. Tatsopa passe du temps dans la Lice et est tenté de participer à des combats clandestins à mort mais n'en fait rien. Morrigan étudie le livre trouvé dans la Tour du Cercle.

Après une semaine, Harrowmont les reçoit pour leur dire que les choses n'avancent pas et qu'un roi n'est pas près d'être élu à moins d'une véritable action d'éclat. Il pense que retrouver Branka ou la forge du destin (où Caridin forgeait les golems) qu'elle cherchait serait une action d'éclat suffisante. Et si en plus, Branka forgeait une couronne pour désigner le roi , l'Assemblée n'aurait d'autre choix que d'accepter ce dernier. De plus, cela permettrait à l'armée naine d'avoir des renforts golems et elle serait donc ainsi plus efficace contre l'enclin. Gorim veut bien mais seulement si Harrowmont participe à l'effort de guerre en équipant les Gardes des ombres de runes de compagnon, à leur retour. Harrowmont, nullement surpris de la cupidité d'un ancien paria, accepte. Les autres s'enquièrent de l'organisation de l'expédition. Harrowmont dit qu'il y a un volontaire pour servir de guide : Oghren, le mari de Branka. Harrowmont a déjà commencé à préparer des vivres et ils auront un bronto pour les porter.
En interrogeant la dernière expédition, ils apprennent qu'elle a du rebrousser chemin face à des hordes d'engeances.
Le bruit de leur départ ayant rapidement fait le tour d'Orzammar, de nombreux curieux attendent aux portes des Tréfonds. Parmis eux, Filda leur donne un portrait de son fils disparu lors de la dernière expédition devant retrouver Branka. Orta, leur promet une forte récompense s'ils peuvent trouver des archives prouvant que sa famille descend bien de Kelana Ortan.

Tréfonds - Deep roads

Le thaig Aeducan

Sur la route ils trouvent quelques cadavres d'engeances, restes des expéditions précédentes. Cela pourrait être monotone s'il n'y avait pas Oghren et Morrigan.

Morrigan à Oghren : Touchez moi encore une fois, nain, et ce sera votre dernier acte ici-bas.
Oghren : Ahhh... Faut pas le prendre comme ça. J'ai trébuché sur un caillou ! Vous ne voulez quand même pas que je me brise la nuque en tombant ?
Morrigan : Cette perspective ne m'émeut pas outre mesure.
Oghren : Hmph... C'est du Branka tout craché ça.
Morrigan : Alors je loue son bon sens. Mais c'est mon dernier avertissement. Je ne veux plus que vous me touchiez.
Oghren : Huh... Ça aussi, Branka me le disait...

Oghren à Morrigan : Sans blague. Je pourrais vous faire de ces trucs.
Morrigan : Ugh... Le nain me lance à nouveau des regards lubriques...
Oghren : Oh... J'ai parlé à voix haute ?

Après une longue "journée" de marche il installent leur campement dans le Thaig Aeducan. Pendant le tour de garde d'Oghren et Tatsopa, des chattemites attaquent. Elles sont nombreuses et commandées par une matriarche. Leurs crachats acides et leur nombre font mal mais elles finissent en pâté pour mabari.

Le thaig Ortan

Alors qu'ils progressent dans les Tréfonds guidés par Oghren et affaiblis par les attaques d'engeances, les personnages aperçoivent au bout du tunnel une araignée grosse comme un homme. Elle les repère et s'enfuit. Alors qu'ils continue leur progression, les toiles d'araignées se font de plus en plus présentes et de plus en plus grosses. Finalement ils débouche dans les ruines du thaig Ortan. Non loin, ils aperçoivent un nain penché sur un cadavre d'engeance. Il semble le manger. Alors qu'ils se dirigent vers lui, un groupe d'araignées géantes tente de les encercler. Le combat s'engage et leur poison ralenti principalement ceux qui se déplacent lentement et que les toiles en emprisonnent d'autres. Il en vient de tous les côtés, même du plafond, chaque araignée tuée est remplacée par une autre. Une araignée plus grosse que les autres entre dans la bataille et le combat se durci. À force de coups et de sorts puissants, les araignées sont mises en déroute et leur reine tuée. Les Gardes des ombres se dirigent alors vers le nain qu'ils ont aperçu plus tôt. Ils apprennent qu'il s'appelle Ruck et est le fils de Filda mais il ne veut pas que cette dernière soit au courant de ce qu'il est devenu. Ils décident donc de dire à Filda que son fils est mort et lui amèneront son bouclier brisé. Gorim et Felgar laissent des provisions à Ruck qui les remercie chaleureusement. Il se propose de les accompagner jusqu'à l'antre de la reine araignée, le seul lieu qui n'a pas été complètement pillé, et jusqu'au journal de Brenka. Ils y trouvent des archivent montrant qu'Orta est bien membre de la famille Ortan, la hache de bataille Trait de sang et des gants en fils de soie.

Le journal de Branka

Nous avons constaté aujourd’hui que l’Enclume du néant n’a pas été construite dans le Thaig Ortan. Nous irons vers le sud, par les tranchées des morts. L’enclume est quelque part au-delà. Mes soldats me disent que je suis folle, que les tranchées des morts sont infestés d’engeances, que nous allons sûrement mourir avant de trouver l’Enclume… Si nous la trouvons. Je laisse ce témoignage ici au cas où, si je meurs dans les tranchées, quelqu’un pourra peut-être encore passer devant mon cadavre et récupérer l’enclume. Car, si elle reste perdu, nous tomberont tous. Si je ne suis pas revenu et qu’Oghren vit encore, dites-lui… Non, ce que j’ai à dire doit être pour ses oreilles seules. Ceci est mon testament.
Oghren est ravi, sa Branka pense à lui.

La croisée de Caridin et la Légion des morts

La route se poursuit jusqu'à la croisée de Caridin où de nombreuses engeances se sont installées. Le combat est rude mais elles n'avaient aucune chance. Oghren y trouve des marques laissées par Brenka.

Alors que leur route s'approche d'une immense faille qui semble éclairée par le fond, tous ressentent la même présence apaisante qu'ils font dans leurs cauchemars. Et tous, sauf Qay'Duss, se sentent attirés vers elle, et souillés par elle à la fois. C'est alors qu'ils peuvent voir un immense dragon corrompu passer en volant au dessus de la faille, l'archidémon. une fois qu'ils ne ressentent plus sa présence, il s'approchent de la faille et peuvent y voir un flot ininterrompu d'engeances. Au loin, un pont surplombant les abîmes semble le théâtre d'une bataille. Ils s'en approchent et découvrent une petite troupe de nains faisant face à une colonne d'engeance désireuse d'arriver de l'autre côté du pont. Après un long combat, le flot d'engeances se tarit et ils peuvent faire connaissance avec la Légion des morts menée par Kardol. La Légion est composée de nains "morts" (ils ont assisté à leur propre enterrement) dont la seule occupation est de tuer un maximum d'engeances. Ils échangent des nouvelles et se reposent à leur camp.

Une fois le pont franchi, leur progression est ralentie par d'incessants combats contre des engeances. Ils remarquent en cours de route une armure intacte, que ni le temps ni les coups n'ont affectée. Elle porte le symbole de la Légion des morts et est en os de dragon. Gorim la porte désormais, et se demande si ça serait bien de la rendre à la Légion.

Désormais, les tunnels et couloirs sont de plus en plus couvert d'une matière organique rosâtre, voir rouge. À un moment il leur semble entendre une voix féminine chantonner. Ils prennent le temps d'écouter attentivement pour comprendre cette litanie récitée en nain et constamment répétée :
Au premier jour, elles viennent et nous attrapent tous.
Au deuxième jour, elles nous rossent et dévorent par gourmandise.
Au troisième jour, de notre chair elles se repaissent encore.
Au quatrième jour, nous tremblons et attendons la fin.
Au cinquième jour, elles reviennent et c’est le tour d’une autre.
Au sixième jour, ses hurlements emplissent nos rêves.
Au septième jour, elle prospère tandis qu’elles la sustentent.
Au huitième jour, elles la violent et la haine nous accable.
Au neuvième jour, elle gronde et bâfre ses semblables.
À présent elle est la bête, et de la vie elle se délecte.

Des départs inattendus

Alors qu'ils essaient de trouver d'où provient cette comptine, ils subissent une attaque des engeances. Le combat est rude et les vivres et mules se révèlent être la principale cible des assaillants. Une fois les engeances repoussées, il leur reste à peine de quoi revenir à Orzammar. Les Gardes des ombres décident alors de rentrer se réapprovisionner car leur quête peut durer encore de nombreux jours. Une fois dans la cité, ils sont prévenus qu'un messager les attends aux portes de la ville. Il s'agit d'un chevalier de Golefalois qui souhaite s'entretenir avec Oswyn. Après un long entretient, Oswyn revient tout penaud vers ses compagnons. Il leur annonce qu'il est le fils illégitime de Maric Theirin, et donc du roi mort à Ostagar, Cailan Theirin. Des alliances politiques sont en train de se mettre en place et cela semble plus préoccuper Loghain que l'Enclin. De plus, des rumeurs disent que Loghain aurait mis à prix la tête des Gardes des ombres de Férelden. Il pense être plus utile à leur cause en allant à Golefalois mais que ce choix est déchirant pour lui, surtout qu'il n'a pas très envie d'être roi. Roswyn annonce alors qu'il ne laissera pas son ami seul, surtout qu'il risque de croiser des assassins sur la route. Les deux nobles humains partent donc pour Golefalois et laissent leurs compagnons à la recherche d'un roi pour Orzammar.


Comments