Pour la quatrième année, le collège Françoise Dolto maintien son label «refuge LPO» et son adhésion à la charte LPO (Ligue Protectrice des Oiseau.
Notamment absence sur le périmètre, de chasse, d'emploi de désherbants chimiques, d'insecticides, de tonte régulière, et maintien du caractère «sauvage» des lieux.Notamment absence sur le périmètre, de chasse, d'emploi de désherbants chimiques, d'insecticides, de tonte régulière, et maintien du caractère «sauvage» des lieux.


Le projet a été labellisé « Année internationale de la biodiversité 2010 ».
Il est inscrit au programme des manifestations consultables sur le portail internet : http://www.biodiversite2010.fr/

Pour 2011 - 2012

Continuation du projet initial et actuel, depuis trois saisons maintenant, à savoir :

  • Deux axes sont prévus, à commencer, pour une partie plus« technique », l’installation d’une webcam avec vue sur le nichoir qui avait été occupé par un couple de mésanges l’an dernier, afin de proposer, sur le site du collège, dans la rubrique « atelier nichoirs », en direct, la vue sur le nichoir et la possible couvée.
  • Cette possibilité nous semble très attractive pour les élèves que de voir ce qui se passe, sur l’écran, depuis chez eux, même pour ceux qui ne fréquentent pas l’Atelier…
  • Ensuite, quoique ce ne soit pas moins attractif mais plus portée sur le côté « vivant », la fabrication d’une cabane à insectes, voire deux, afin de leur offrir le gîte pour l’hiver 2012 ou les hivers suivants, et d’un – là aussi voire deux – abri à hérissons, pour continuer à étoffer la diversité de l’endroit baptisé « refuge LPO ». L’Atelier avait obtenu le label en « 2010, année de la biodiversité », mais c’est bien loin….
  • Qui dit insectes, dit oiseaux, dit pollinisation, dit hérisson (pour les nocturnes) et chauves-souris…Bref tout un cortège de vie associé à ces possibles cabanes-refuges à insectes.
  • Pour accompagner ces actions, nous pensions, afin d’expliquer aux élèves les enjeux, les pourquoi, tenants et aboutissants – parce que chaque année la continuité de l’Atelier est assurée par des élèves différents – inviter, entre autres ;
    • quelqu’un de la chambre d’agriculture afin de nous présenter les jachères fleuries mises en place par cet organisme auprès des agriculteurs soucieux de maintenir la biodiversité, ou bien un agriculteur qui pratique cela dans ses rotations de culture… et pourquoi pas, tenter d’en installer une ?
    • quelqu’un de la fédération des chasseurs du Nord qui viendrait nous entretenir de la protection des espèces et des espèces d’oiseaux protégées…
    • quelqu’un du Muséum d’Histoire Naturelle de Lille qui viendrait faire une présentation des insectes, de leur intérêt, des oiseaux, de leur utilité…
    • l’équipe de l’Atelier Cap Vie de Marcq en Baroeul afin de permettre aux élèves de construire leur propre nichoir en une demi-journée avec l’aide de travailleurs handicapés et de leur moniteur… ce qui devrait être plus facile que cette année où il a fallu trois séances plus une au-delà des dates pour tenter d’achever quelque chose qui ressemblait, certes, effectivement à un nichoir, mais qui s’est avéré plutôt laborieux et délicat, voire difficile, pour les élèves d’arriver à mener à bien l’opération de A à Z, depuis l’achat des planches, leur découpe et l’assemblage, jusqu’au produit fini.
    • Nous gardons également lien avec l’association « les Blongios » pour une aide possible si la chambre d’agriculture ne pourrait pas répondre favorablement.

Rappel de l'action 2010-2011

  • Pose de nichoirs au printemps après avoir pris en considération les caractéristiques biologiques et autres du lieu, le site, et les oiseaux pouvant y séjourner. 4 nichoirs maximum pour des raisons de territorialité compte tenu de la taille du site.
  • Etude des régimes alimentaires des oiseaux recensés comme «possibles», conception et fabrication de boules de graisse, conception et fabrication de mangeoires de différents modèles, et définition d'une aire de nourrissage accessible sur le site. Pose des mangeoires.
  • Maintien de la haie champêtre et bocagère en place, renforcement de son caractère bio diversifié par la plantation, comme l'année précédente d'espèces fructifères susceptibles d'offrir davantage de «baies» aux oiseaux, mais également en amont, de fleurs aux insectes pollinisateurs. L'aide matérielle et professionnelle de Monsieur Ernould nous a été très précieuse pour apprendre aux élèves à planter de façon raisonnée, apprendre à gérer l'espace de façon différenciée...
  • Création d'abris simples pour les micromammifères, les hérissons, à même le sol dans la haie, mais également confection et pose de gîtes hivernaux pour les insectes, dans la haie.
  • Maintien du label «refuge LPO» et de l'adhésion à la charte LPO (Ligue Protectrice des Oiseaux) pour le collège (notamment absence sur le périmètre, de chasse, d'emploi de désherbants chimiques, d'insecticides, de tonte régulière, et maintien du caractère «sauvage» des lieux)
Voici présentées les grandes lignes ou étapes du projet. Si les échéances d'avant l'hiver ou de début de printemps seraient amenées à ne pas pouvoir être respectées, l'implantation d'«équipements» pour les êtres vivants est sans limites de temps, et leur présence pourra être fructueuse un jour. L'essentiel étant d'aller vers la biodiversité et la durabilité dans le développement de l'action menée sous l'appellation «nichoirs».
Deux autres actions vont venir s'accoler au projet, pour ouvrir les portes de l'Atelier, et en conséquence, du collège, sur l'extérieur ;

Une journée avec l'Atelier Cap Vie de Marcq en Baroeul.

  • Cet atelier de travailleurs handicapés viendra dans nos locaux avec sa logistique et prendra en charge les élèves de l'Atelier nichoirs, pour leur apprendre à concevoir et fabriquer leur propre nichoir. Mais aussi dans une autre perspective les élèves de l'option DP3 (3 heures de Découverte Professionnelle) afin de faire découvrir les métiers liés au handicap et autres voies professionnelles de ce domaine.
L'atelier «Cap Vie» vient gracieusement.
 

Une action avec l'association « les Blongios - la Nature en chantiers» développée sur trois axes :

  • Recépage (abattage) des saules colonisateurs de l'étang en face de la salle de restaurant. A terme, les saules envahissent tout l'espace disponible et finissent par constituer un endroit sec, arboré, certes, mais sans aucune valeur biologique ni aucun intérêt paysager. L'abattage - pour nettoyage - des saules se fait sans aucun outil thermique. De plus, les gaules en résultant pourraient être utilisées pour la confection d'abris à micromammifères et à hérissons, de même que, une fois percées, pour les gîtes hivernaux des insectes. Le surplus pourrait être également cédé à l'atelier "jardin paysager" pour la confection des structures tressées pour les sculptures végétales
  • Façonnage de la berge du petit étang (côté sortie du restaurant) en pente douce de manière à obtenir à terme une zonation de la flore aquatique et terrestre sur cette pente, qui n'existe pas actuellement. Au-delà de l'intérêt biologique d'avoir là également différentes espèces végétales - et animales par «cortège» - ce qui irait dans le sens de la biodiversité... Une telle zonation aurait également un intérêt pédagogique en parfaite adéquation avec le programme de sixième (partie 1 : environnement, partie 2 : variation du peuplement) de SVT. Là encore les travaux se font sans intervention mécanique. Cette action pourrait s'accompagner de plantation de plantes épuratrices des eaux (programme de Physique-Chimie Sème : épuration des eaux) qui serviraient également de pondoirs possibles pour les êtres vivants colonisateurs (libellules, tritons... )
  • Création d'une pelouse de petite dimension sur terrain aéré (non tassé), pelouse fleurie et mellifère. Complémentaire de la haie champêtre, cette pelouse viendrait renforcer le caractère biodiversifié du lieu d'action de l'Atelier Nichoirs. L'intérêt paysager et biologique reste incontestable : les floraisons attirent les oiseaux (le cardère, le chardonneret par exemple... ) et les insectes pollinisateurs, les insectes les oiseaux, les plantes luttent d'influence pour «exister» au mieux sur cet espace, les fructifications... Plusieurs entrées dans le programme de sixième de SVT (partie 1 : environnement, partie 2 : colonisation, envahissement d'un milieu, de la fleur au fruit, action de l'Homme sur la biodiversité... )

L'organisation sera établie comme suit :

  • une heure d'Atelier nichoirs pour expliquer le pourquoi des actions, la pédagogie à travers les travaux à entreprendre
  • une demi-journée pour le démarrage des "chantiers" qui seraient de petite dimension (avec continuation possible par groupes d'élèves pendant les heures d'atelier, à façon... )
  • une heure vers la fin d'année, sur les créneaux de l'Atelier nichoirs pour constat, évaluation et bilan du chantier.

    L'association « les Blongios» soumet sa prestation à devis



Sous-pages (1) : webcam
Comments