Pédagogie‎ > ‎

L'école Muso Shinden Ryu

L'école de sabre Muso Shinden Ryu trouve ses origines après le XVè siècle au Japon. mu () peut se traduire par rêve, mais signifie aussi la vacuité ; () signifie la pensée ; shin () signifie le divin ; den () signifie la racine ; et ryū () signifie l'école. Musō shinden ryū signifie donc une école développée selon une vision, ou une inspiration, divine, supérieure, élevée, apparue lors d'un rêve.

Trois séries de Kata (communément appelés « formes », mais au sujet desquels je préfère utiliser l’appellation de « stratégies en mouvement ») composent le programme de notre école de sabre.

La série SHŌDEN est la première étudiée, en parallèle avec la série Seitei Iai (codification de katas harmonisés établie en 1969 par la ZNKR, qui est un standard moderne de référence d'examen). Les katas de la série SHŌDEN proviennent de OMORI Masamitsu, un professeur de Ken Jutsu de l’école Shinkagé Ryū Ken Jutsu et ont été codifiés par celui ci vers 1750 soit un siècle et demi après la création de l’école originale (Ryū Ha) Shinmei Musō Ryū Batto Jutsu qui fut créée par Hayashizaki Jinsuké SHIGENOBU (林崎 重信) vers 1598, et en tous cas au tournant du XVIè siècle.


Hayashizaki Jinsuké SHIGENOBU

Omori Masamitsu devint un disciple de Haségawa EISHIN septième Soké (responsable de l’école Musō Jiki Den Ryū en titre, au Japon) après avoir créé et codifié onze katas (dix katas pratiqué au sol, à genoux –suwari kata, aussi dénommés seiza no bu-, et un pratiqué debout – tatchi kata, aussi dénommés tatchi no bu-).

Omori fut l’un des premiers à incorporer une étiquette (Reishiki) dans la pratique du Iaidō. Il s’inspira de l’étiquette pratiquée dans l’une des plus anciennes écoles de l’art du tir à l’arc (Kyu Jutsu ou Kyudo) : Ogasawara Ryū Kyu Jutsu.

Avant de quitter l’école Shinkagé Ryū, Omori enseigna et transmit ces katas à HAYASHI Morimasa qui devint le neuvième Soké, et les transmit à son tour à son fils Hayashi Seisho qui devint le dixième Soké. C’est à partir de cette époque (fin du XVIIIè siècle) que la dénomination Musō Shinden Ryū Iaidō fut appliquée à l’ « école de référence », au niveau national du Japon.

A partir de la succession de Hayashi Seisho, l'école se divisa en deux groupes. Le premier, groupe principal, qui est aujourd'hui désigné sous le nom de SHIMOMURA HA, conserva le programme complet de l'école Musō Shinden tel que développé depuis l'école originale (le programme que nous étudions et pratiquons au Dōjō). Le second, dit groupe " secondaire ", aujourd'hui désigné sous le nom de TANIMURA HA, se concentra depuis exclusivement sur le programme de l’école Musō Jiki Den Ryū.

Durant la première moitié du XXè siècle, Nakayama HAKUDO, seizième Soké de l’école Musō Shinden Ryū élabora un certain nombre d’aménagements aux katas de la série Shōden, et créa le kata Inyoshintai.

Nakayama HAKUDO

Morihiro OKADA (1893-1984) fut le Déshi (disciple) de Nakayama Hakudo, puis devint l’un de ses assistants. Okada fut instructeur principal de kendō et de iaidō au palais impérial de Tokyo jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale, puis il devint l’instructeur principal du Dōjō de kendō de la Police de Tokyo pendant les trente années suivantes. Il enseigna aussi le kendō et le iaidō dans son Dōjō familial dans le quartier de Shimotokaido à Tokyo.


Morohiro OKADA

Les katas de SHŌDEN que nous étudions et pratiquons au Dojo représentent ainsi la synthèse des «re-masterisations» de la codification originale du IAIDŌ telles qu’elles furent réalisées par Nakayama Hakudo et Morihiro Okada, et en prenant en compte de nombreuses références provenant de la discipline du Ken-Jutsu, et doivent ainsi, a priori, être désignés en termes de style par la dénomination Musō Shinden Ryū Nakayama-Okada Ha ("selon les professeurs Nakayama et Okada").

Pierre DELORME, Hanshi (professeur du 3è degré -le plus haut niveau- accrédité par la FIAMT), m'a transmis la connaissance de cette première série de kata, de 1981 à 1987, selon les enseignements qu'il a lui même reçu directement de Morihiro Okada, au Japon.


Pierre DELORME

En ce qui concerne les secondes et troisièmes séries de kata (Chuden et Okuden), nous étudions et pratiquons celles ci dans leur forme connue et transmise de génération en génération depuis la fondation, au XVIIè siècle de l'école de sabre originale (Ryū Ha) Shinmei Musō Ryū Batto Jutsu.

Mike (Mitsuru) ASAOKA, Hanshi (professeur du 3è degré -le plus haut niveau- accrédité par la ZNKR), m'a transmis la connaissance de ces deux dernières séries de kata, à partir de 1987 et au cours des plusieurs années durant lesquelles je fus son élève, au Sunrise Dōjō à Vancouver au Canada.

Mitsuru ASAOKA

La série CHUDEN, constituée de 10 katas, est identique à celle pratiquée par les adeptes de l'école Musō Jiki Den Ryū actuelle. La série OKUDEN, est décomposée en trois sous-ensembles : 10 katas exécutés à partir de la position debout musubi dachi (Tatchi No Bu), 8 exécutés à partir de la position assise taté iza (Taté Iza No Bu), et 3 exécutés à partir de la position à genoux seiza (Seiza No Bu). Ces deux séries de katas intermédiaires et avancés que nous étudions et pratiquons doivent ainsi, a priori, être désignés en termes de style par la dénomination Musō Shinden Ryū Asaoka Ha ("selon le professeur Asaoka").

Aujourd'hui, Pierre DELORME, mon premier Sensei dans la discipline du iaido, supervise les enseignements que je dispense au Dojo Itekiken, et nous rend visite tous les deux mois aux fins de superviser une session d'entraînement.

LE DOJO ITEKIKEN A CALGARY CANADA - 2005-2010


SelectionFile type iconFile nameDescriptionSizeRevisionTimeUser
Comments