Amirouche: Vérité du champ d'honneur

publié le 6 déc. 2011 à 23:21 par Yus Heb
Actualités : AMIROUCHE ET SI EL HAOUÈS
Pourquoi Boumediène a séquestré les dépouilles


Par Mohamed Maarfia (moudjahid)
(1re partie)
Quelle meilleure occasion que celle qu’offre l’année du cinquantenaire de l’Indépendance pour évoquer ceux qui l’ont rendue possible. Parmi les chefs de guerre algériens qui ont marqué la fin de la décennie cinquante, Amirouche reste celui qui a inspiré le plus d’écrits : témoignages donnés dans les journaux par des compagnons de lutte et livres riches en détails. Certains sont remarquables par la modération du ton et les précisions historiques, en les lisant, on redécouvre le parcours de cet homme dont les actes ont marqué les mémoires et on revisite, de l’intérieur, une époque exceptionnelle foisonnante d’évènements et de péripéties.
Il faut espérer d’autres écrits pour faire connaître davantage l’homme de fer du Djurdjura, lequel, plus de cinquante ans après sa mort, continue à déchaîner les passions. Il faut continuer à écrire, à évoquer ces grands destins d’Algérie, sans transiger sur la vérité quelle que soit la qualité des censeurs et sans se laisser démonter par le déluge des rhétoriques et les artifices de la désinformation destinés à voiler les éclairages. Les années terribles où Amirouche et les autres responsables de wilaya se sont accomplis, comme chefs de guerre et hommes politiques, restent encore à découvrir. Mohamed Maarfia propose, sous un angle de vision particulier et avec des précisions et des compléments peut-être non encore suffisamment dits, une lecture différente des violences de l’année 1955 et de l’épisode de «la bleuïte». Tout en présentant, du point de vue du moudjahid qu’il est, la personnalité d’Amirouche, il explique dans quelles circonstances le chef de la Wilaya III a dû entreprendre le voyage, en mars 1959, qui lui coûtera la vie. Ce que dit Mohamed Maarfia sur le fonctionnement du pouvoir révolutionnaire d’alors est instructif. Il permet de mieux appréhender certains évènements de notre histoire récente.

La mémoire d’Amirouche  Suite... Amirouche: le champ d'honneur n'est pas un cimetière

Comments