Azul à yinevgi !


Djurdjurie Panoramique


Anciens Dirigeants de l'Algérie

publié le 27 avr. 2012 à 07:22 par Yus Heb   [ mis à jour : 27 avr. 2012 à 07:23 ]

> Rois numides

> - Rois de la Numidie occidentale des Massaessyles : SUIVRE SUR https://sites.google.com/site/djurdjurie/imazighen/histoiredalgerielistedesdirigeantsdelalgerie

ET VINT LE VINGT AVRIL 80

publié le 20 avr. 2012 à 02:28 par Yus Heb   [ mis à jour : 20 avr. 2012 à 02:35 ]

En ce printemps là de l'an 1980, on avait vingt ans... vingt temps, pour entendre, pour lire, pour apprendre, pour comprendre, pour disserter, pour rire, pour aimer, pour espérer, pour rêver un pays de rêve, de science et de savoir, de progrès, de célébrité, de Liberté, En 1962 toutes les filles s'appelaient Houria dans leur pays enfin en Liberté, pays d'Hommes Libres, d'Imazighen, pour tous les ALGÉRIENS... Elles avaient vingt ans, vingt ans! en 1980, Fleur de l'âge pour les fleurs de la Vie. Vingt ans après avril 80 de nos vingt ans, on ne sait plus dire vingt ans. On dit vingt tonnes! Tellement les jeunes années pèsent déjà, et la langue pâteuse lourde à s'exprimer. Et les HOURIA de nos vingt ans sont en passe de devenir des houriates pour les vains temps des hommes à venir... Vingt ans après avril 80 de nos vingt ans, sont toujours là les empêcheurs de vingt temps, les faiseurs de vains temps. BONNE FÊTE AUX HOMMES ET FEMMES LIBRES D'ALGÉRIE!

Amirouche: un Homme, un Héros

publié le 18 déc. 2011 à 23:48 par Yus Heb

Vouloir salir nos héros à tout prix révèle la misère de l’esprit

Par Ouali Aït-Ahmed, ancien officier de l’ALN


Dans ses livraisons du mardi et mercredi 6 et 7 décembre, Le Soir d’Algérie a publié deux articles signés de Mohamed Maarfia et de Chérif Mehdi. Si le second a fait preuve d’une remarquable clarté et d’une logique quasi-parfaite dans ses révélations, bien que des zones d’ombre, notamment la part de responsabilité de Ahmed Ben Bella, alors président de la République, dans l’opération honteuse et avilissante d’exhumation, réinhumation et séquestration «à la sauvette» des corps de deux héros nationaux Si Amirouche et Si El-Houas, le premier – Mohamed Maarfia — par contre, s’est fourvoyé dans des spéculations aussi mensongères que grotesques et des contre-vérités flagrantes et indignes, d’autant plus qu’il se prétend avoir été membre du secrétariat du PC de la Wilaya I historique. 
Aussi, devant toutes ses supputations et insanités qui ne font que salir sa personne, et par devoir de mémoire, je ne saurai Suite Amirouche: Un Homme, un Héros

Amirouche, chef de guerre et homme d’état

publié le 14 déc. 2011 à 05:57 par Yus Heb   [ mis à jour : 18 déc. 2011 à 23:50 ]

Retour sur le parcours du chef de la wilaya III

Amirouche, chef de guerre et homme d’état

Par : Hamou Amirouche (*)

La contribution du frère Si Mohamed Maârafia (Soir d’Algérie des 6 et 7 décembre 2011) tranche singulièrement avec l’esprit partisan et les propos infamants auxquels une meute d’écrivaillons sans relief a eu recours en 2010 pour séquestrer, à défaut des restes, l’âme d’un héros national. Venant d’un frère de combat, universitaire de surcroît et dont la rétrospective n’a apparemment pas faussé l’analyse historique, j’allais l’endosser sans faire la fine bouche. Mais un deuxième essayage m’a quelque peu gêné aux entournures et voici pourquoi.

Je passe sur les sources documentaires ou sur les témoignages où Si Maârafia a puisé ses informations pour éclairer une période claire obscure de la Révolution et que le lecteur aurait voulu identifier. En tant qu’universitaire et maquisard, Si Maârafia, nul doute, sait que le récit des maquisards même s’il  constitue une source indispensable à l'historien qui prend la mesure des enjeux idéologiques, des représentations tronquées ou des mensonges par omission, n'est pas l'Histoire, discipline scientifique qui obéit à des règles rigoureuses d'écriture. 
Je souligne au passage le clin d’œil adressé au pouvoir en place, pouvoir boumedieniste sans Boumediene qui, même craquelé et moribond, “apporte un cinglant démenti à la théorie des dominos”, “alors qu’autour de lui le monde arabe bout”. Après tout, il arrive à tout le monde, à tout régime, de siffloter dans un cimetière et même si les choses ont changé, le changement s’opère dans un monde parallèle. 
Suivre Amirouche, chef de guerre et homme d’état

Amirouche: On ne baîllonne pas l'Histoire...

publié le 8 déc. 2011 à 04:42 par Yus Heb

Actualités : Témoignage
AMIROUCHE ET SI EL HAOUÈS
Comment nous avons retrouvé les dépouilles


Par Chérif Mahdi 
(officier à la retraite et secrétaire général de l’état-major de l’ANP de 1963 à 1967)

Houari Boumediène et Abdelkader Chabou avaient imposé le silence sur la découverte, en décembre 1962, des corps de Amirouche et d’El Haouès. Ces deux responsables du MDN, une fois morts, Cherif Mahdi, ne craignant plus pour sa vie, et après avoir consulté le deuxième homme également au courant, en l’occurrence Abdelhamid Djouadi, et obtenu son plein accord, Cherif Mahdi avait décidé de parler, ce qu’il avait dit avait fait l’effet d’une bombe. Le pouvoir de Chadli avait été remué de fond en comble. Ce qu’avait révélé si Chérif permettra de retrouver les dépouilles mortelles des deux colonels morts au combat en mars 1959, mais ces révélations étaient tellement explosives qu’il n’en sera jamais fait état. Suite  Amirouche: On ne baîllonne pas l'Histoire...

Amirouche: Vérité du champ d'honneur

publié le 6 déc. 2011 à 23:21 par Yus Heb

Actualités : AMIROUCHE ET SI EL HAOUÈS
Pourquoi Boumediène a séquestré les dépouilles


Par Mohamed Maarfia (moudjahid)
(1re partie)
Quelle meilleure occasion que celle qu’offre l’année du cinquantenaire de l’Indépendance pour évoquer ceux qui l’ont rendue possible. Parmi les chefs de guerre algériens qui ont marqué la fin de la décennie cinquante, Amirouche reste celui qui a inspiré le plus d’écrits : témoignages donnés dans les journaux par des compagnons de lutte et livres riches en détails. Certains sont remarquables par la modération du ton et les précisions historiques, en les lisant, on redécouvre le parcours de cet homme dont les actes ont marqué les mémoires et on revisite, de l’intérieur, une époque exceptionnelle foisonnante d’évènements et de péripéties.
Il faut espérer d’autres écrits pour faire connaître davantage l’homme de fer du Djurdjura, lequel, plus de cinquante ans après sa mort, continue à déchaîner les passions. Il faut continuer à écrire, à évoquer ces grands destins d’Algérie, sans transiger sur la vérité quelle que soit la qualité des censeurs et sans se laisser démonter par le déluge des rhétoriques et les artifices de la désinformation destinés à voiler les éclairages. Les années terribles où Amirouche et les autres responsables de wilaya se sont accomplis, comme chefs de guerre et hommes politiques, restent encore à découvrir. Mohamed Maarfia propose, sous un angle de vision particulier et avec des précisions et des compléments peut-être non encore suffisamment dits, une lecture différente des violences de l’année 1955 et de l’épisode de «la bleuïte». Tout en présentant, du point de vue du moudjahid qu’il est, la personnalité d’Amirouche, il explique dans quelles circonstances le chef de la Wilaya III a dû entreprendre le voyage, en mars 1959, qui lui coûtera la vie. Ce que dit Mohamed Maarfia sur le fonctionnement du pouvoir révolutionnaire d’alors est instructif. Il permet de mieux appréhender certains évènements de notre histoire récente.

La mémoire d’Amirouche  Suite... Amirouche: le champ d'honneur n'est pas un cimetière

Sept Imazighen, Empereurs de Rome Antique

publié le 25 nov. 2011 à 14:31 par Yus Heb   [ mis à jour : 18 déc. 2011 à 23:53 ]

Source: Wikipédia

Après avoir été des Pharaons de l'Egypte Copte, Imazighen ont été des Empereurs...
PortraitNomNaissanceMagistratures et titresRègneSuccessionMortNotes
Septimius Severus busto-Musei Capitolini.jpgSeptime Sévère
CAESAR LVCIVSSEPTIMIVS SEVERVSPERTINAX AVGVSTVS
11 avril 145
Leptis Magna,Afrique
Tribun (à p. 174)
Consul (à p. 190)
Pater patriae (193)
Pontifex maximus(193)
Imperator (à p. 193)
9 avril 193 – 4 février 211
(17 ans)
Prend le pouvoir avec le soutien des légions dePannonie4 février 211 (à 65 ans)
Causes naturelles
F 1

MACRIN, Empereur Amazigh de Rome Antique

publié le 25 nov. 2011 à 14:14 par Yus Heb

Image illustrative de l'article Macrin

Macrin (Marcus Opellius Macrinus) (v. 165 - 218) est un empereur romain qui régna de217 à 218. Macrin est le premier empereur romain à être issu directement de l'ordre équestre. Il était originaire de Maurétanie césarienne1,2 .

Macrin est né vers 165 à Césarée (Cherchell) en Maurétanie césarienne (actuelleAlgérie). Avocat de formation, il gravit petit à petit les échelons de l'administration fiscale, avant d'entrer dans le cercle des plus riches sénateurs de l'époque... Suite MACRIN, Empereur Amazigh de Rome Antique

Imdghasen, le plus ancien mausolée des Imazighen

publié le 12 nov. 2011 à 00:24 par Yus Heb

Les travaux de restauration du mausolée d’Imedghassen, situé dans la commune de Boumia (Batna), considéré comme le plus vieux tombeau berbère, seront entamés au début de 2012, a indiqué vendredi le directeur de la culture M. Noureddine Bougandoura, qui s’exprimait en marge d’une visite guidée sur le site du mausolée, organisée par l’association des " Amis d’Imedghassen " et à laquelle ont participé des représentants du ministère de la Culture, des chercheurs, des archéologues et des étudiants, a ajouté que la première des trois phases de l’étude préalable à cette restauration, entamée en 2006 pour un coût de 10 millions de dinars, est aujourd’hui " finalisée ".

Les travaux qui porteront sur la réhabilitation du tombeau, mais également sur le traitement de son environnement, moyennant une enveloppe de 40 millions de dinars, seront lancés aussitôt après le parachèvement des deux dernières phases de cette étude, selon le même responsable. Des travaux de restauration de ce patrimoine avaient bien été entrepris en 2006, sous l’égide et la supervision de la direction de wilaya de l’Urbanisme et de la construction (DUC), mais ont dû être interrompus faute d’être adaptés à la spécificité et au caractère ‘’délicat et très spécialisé’’ des actions à mener, a-t-on rappelé.

Un patrimoine aux oubliettes

Nous ne méritons pas de vivre si l’on ne valorise pas ce lieu." La déclaration est de Hocine Mazouz, wali de Batna, le lieu c’est le tombeau d’Imedghassen où... Lire Imedghasen, le plus ancien mausolée des Imazighen

Villes des Imazighen de +2000 ans

publié le 9 nov. 2011 à 05:00 par Yus Heb

Des châteaux dans le désert

Des observations satellites ont permis de découvrir un grand nombre de constructions appartenant à une de civilisation pré-islamique dans le désert Libyen. Vestige d'un château en pierres et briques de boue. Photo by Toby SavageLire Villes des Imazighen de + 2000 ans

1-10 of 21