Pour ne pas pénaliser lors des évaluations

 
 

Pour ne pas pénaliser l’élève lors des évaluations

 

AVANT L’EVALUATION

PENDANT L’EVALUATION

APRES L’EVALUATION

 

Ø  Veiller à la présentation :

·         Textes clairement identifiés dans un cadre pour les différencier des questions

·         numérotation des lignes

·         n’écrire sur le devoir que le strict nécessaire

·         éviter les consignes manuscrites ou écrites au tableau

·         police Arial, Times new roman, Comic sans, Century gothic 

·         taille 14

·         double interligne

·         espacement entre caractères 1,5

·         contraste élevé

 

Ø  Laisser relire la leçon juste avant l’évaluation

 

Ø  Décomposer la leçon en

sous-objectifs, et s’entendre avec l’élève pour l’évaluation de certains d

e ceux-ci, en plusieurs étapes (morceler un exercice)

 

Ø  Reformuler les consignes à l’écrit en les simplifiant d’un point de vue lexical et syntaxique, et/ou en les décomposant

 

 

Ø  Diminuer le volume de la dictée ou proposer une dictée à trous (espaces suffisamment larges) ou une dictée fautive 

 

Ø  Proposer un devoir plus court (les objectifs restent les mêmes, mais l’ensemble de l’évaluation est allégé)

 

Ø  Prérédiger le début des réponses, pour éviter la tâche de copie

 

Ø  Ne pas proposer à l’élève de corriger un texte comportant des fautes d’orthographe : préférer un texte dans lequel l’élève aura à choisir entre plusieurs orthographes (choix multiples). Privilégier les difficultés d’ordre grammatical ou ciblant une règle particulière s/ss

 

Ø  S’il a été jugé pertinent pour l’élève : tiers temps supplémentaire

 

 

 

 

Ø  Lire à voix haute  les consignes systématiquement en début d’évaluation et/ou individuellement au fur et à mesure (ou enregistrer en format mp3)

 

Ø  Ne pas faire recopier les questions, le mieux étant de donner une feuille où l’on a laissé libre des espaces de réponse

 

Ø  Commencer l’évaluation à l’écrit et la terminer à l’oral

 

Ø  Inscrire les barèmes pour que l’élève optimise l’ordre de réalisation des exercices

 

Ø  Proposer un « indice de récupération » quitte à négocier un point en moins…

Exemple : « Tu sais, c’était dans le cours où on a fait ça… » (mémoire de contexte), « c’est écrit dans le cahier, dans le cadre fluo » (mémoire visuo – spatiale)

 

Ø  Lui proposer de prendre en note ses réponses (en classe par le professeur ou l’AVS, par un surveillant dans une autre pièce) ou d’enregistrer ses réponses

 

Ø  Laisser le temps nécessaire à la relecture et apprendre à l’élève à se relire (une lecture pour chaque point à vérifier)

 

 

 

Ø  Ne sanctionner l’orthographe que s’il s’agit de la connaissance évaluée

 

Ø  Dans une dictée, choisir d’évaluer un point spécifique de l’orthographe, pour que l’élève focalise son attention sur cet objectif uniquement

 

Ø  Ne pas sanctionner les ratures qui sont le témoin des efforts pour arriver à une écriture correcte

 

Ø  Accepter (voire exiger) une écriture phonétiquement correcte

 

Ø  En cas d’échec à l’écrit, envisager une évaluation orale

 

Ø  Trouver un système d’évaluation qui lui permette de visualiser ses progrès :

·         en dictée, utiliser un pourcentage de mots justes

·         Remarques positives :

-c’est bien écrit

-j’ai réussi à te lire

-c’est écrit phonétiquement…

 

Ø  Pratiquer la double notation (différencier le fond de la forme), voire la triple notation :

-Note normative : notation globale

-note sommative : porte sur un point précis (exemple en français l’emploi et/est)

-note formative : tient compte des progrès dans une  démarche longitudinale (si l’élève fait 2fois moins d’erreurs à sa dictée qu’à la précédente, on doublera sa note)

 

Ø  Apporter des observations qualitatives et quantitatives

 

Ø  L'auto-évaluation peut-être utilisée pour que l'élève prenne conscience de ce qu'il a lu ou étudié

 

 

Ċ
Carole Gadré,
9 avr. 2011 à 00:30
Comments