5ème‎ > ‎

L'autoportrait et le portrait

Le portrait et l'autoportrait sont une démarche narcissique.
 
Au fil du temps, l'intérêt pour l'individuel s'est développé et les artistes ne cesseront de s'interroger avec le portrait.






















"Narcisse"
Michelangelo di Carravaggio, dit Le Caravage, 1595, 110 x 92 cm, huile sur toile

 
 
 
 
 
 
En arts plastiques, portrait se dit pour des oeuvres en deux dimensions (peinture, dessin...) 
 
 
Pour la sculpture, on emploie les termes de tête, de buste ou statue.
 

"François Ier"
 Jean Clouet, 1525, 96 x 74 cm, Musée du Louvre

Buste de Andrea Mantegna, 1490, bronze, chapelle Sant'Andrea, Mantoue

Le Portrait

Définition :

C'est la description que l'on fait d'une personne.

  • Un artiste représente et transcrit l'apparence extérieure.
  • Mais aussi, il peut, par le portrait dévoiler la personnalité intérieure du modèle, par de nombreux indices tels que la pose, l'expression, les traits ou la technique employée.
"Louis XIV en costume de sacre"
Hyacinthe Rigaud, 1702, 277 x 194 cm, huile sur toile
"Recueil des rois"
 Jean de Tillet, vers 1530 enluminure

Modèle réel ou fictif ?

 
La personne représentée peut être réelle ou fictive. La démarche de l'artiste sera alors très différente:
 
1) Le portrait d'une personne réelle demande d'être bon observateur et psychologue pour pénétrer la personnalité du modèle.
 
2) Le portrait d'une personne fictive demande à l'artiste une imagination très précise et complète. Souvent les portraits fictifs prennent appui sur l'observation des modèles réels.
"Don Quichotte dans sa chambre"
Gustave Doré, 1863, Gravure sur bois de Pisan
"L'été"
Giuseppe Arcimboldo, 1573, huile sur toile, Musée du Louvre
 

L'Autoportrait

Définition:

C'est la représentation de soi-même.

Cela a un avantage économique et pratique, car l'artiste a toujours un modèle sous la main. Ainsi, il ne dépend pas des autres.

Les autoportraits ne sont pas le résultat d'une commande, contrairement aux portraits.

Ce genre permet de s'affirmer comme individu unique et de passer par une véritable exploration de soi.

Toutes les expressions physiques peuvent donc être transcrites: La joie, la folie, la mélancolie, l'étonnement, la souffrance.

"Autoportrait" 

Rembrandt, 1643, 72 x 55 cm, huile sur toile

"Le désespéré"

Gustave Courbet, 1843 – 45, 45 x 54 cm, HT

 

A travers l'histoire


 

Dans  l'Antiquité

L'art du portrait était l'art du souvenir, afin de ne pas oublier les personnes défuntes et de célébrer les hauts personnages ou les dieux.
 
Dans l'Egypte Antique, les artisans peignaient les pharaons sur les sarcophages.

Sarcophage de la dame Majda

La reconnaissance

L'artiste a longtemps été considéré comme un artisan contrôlé par une corporation ou par une guilde.
 
Peintre anonyme, il travaillait donc en collectivité.
 
Par conséquent, jusqu'au VIe siècle, l'objet créé l'emportait sur le créateur, qui avait peu de reconnaissance.
 

Au Moyen-âge

Vers le XIIe siècle, les premiers pas vers l'autoportrait apparaissent sous une forme symbolique de signature.
 
Une vingtaine de figurations de moines ou de clercs au travail sont considérées comme de véritables autoportraits avec parfois leur signature.
 
 
Frère Rufillus, moine enlumineur et copiste de ce manuscrit s'est représenté en train d'écrire, dans une lettre "D" au-dessus de laquelle on peut lire son nom.
"Autoportrait de Rufillus"
moine de Weissenau, 1150- 1200, enluminure 
 

Le premier portrait

Le portrait de Jean II Le Bon (1319 - 1364), duc de Normandie puis roi de France de 1350 jusqu'à sa mort, inaugure un genre, car c'est la première évocation directe d'un portrait royal, sans tous les accessoires et vu de profil, tel un portrait monétaire.
Le roi semble peint avec un souci de caractérisation physique et un désir d'expressivité remarquables. Plus tard, les modèles seront représentés de trois quart ou de face. Ainsi, le rendu fidèle et réaliste de la figure humaine en est favorisé.
 

"Jean II Le Bon"

 artiste inconnu, 1360, peinture sur bois, 60 x 44 cm, Musée du Louvre

 

La Renaissance

La Renaissance apparaît en Europe, au XIVe siècle et va durer jusqu'au XVIIe.
 
De nombreux artistes créent un impact important sur le monde de l'art par un renouveau et une re-naissance de l'Antiquité.
C'est l'apparition de la perspective linéaire, des premières académies de peinture, des humanistes et des mécènes.
 
A partir de cette période, l'autoportrait-signature va se développer rapidement, favorisé par l'amélioration des miroirs.
 
L'artiste double sa signature par:
a) De nombreuses auto-représentations masquées.
b) En s'intégrant dans un groupe.
c) En se représentant parmi les personnages de l'histoire Sainte ou de l'Antiquité.

 

a) Auto-représentation masquée

"Portrait de Giovanni Arnolfini et sa femme", Jan Van Eyck, 1434, 82 x 60 cm, huile sur chêne

 

 


Le peintre ne se représente pas sur le miroir convexe, mais signe au dessus: "Van Eyck a été ici présent", s'identifiant aussi comme témoin de ce supposé mariage.

"Madone au chanoine van den Paele"  Jan van Eyck, 1436, 122 x 157 cm, huile sur toile

Le reflet du peintre se retrouve sur le casque et le dans le dos du soldat.

 

"Saint Jean-Baptiste et le donateur Henri von Werl", Robert Campin, 1438, Musée du Prado, Madrid

  

 b) En s'intégrant dans un groupe

"La procésion des magesBenozzo Gozzoli, 1459, fresque, chapelle du palais des Médicis, Florence

 


 

Benozzo Gozzoli s'est peint au milieu de la procession, le regard tourné vers le spectateur, coiffé d'un bonnet rouge sur lequel on peut lire "Opus Benotti"

 

 

 
 
" L'Adoration des mages"
Sandro Botticelli, 1435, 111 x 134 cm, tempera sur tableau

 

 
 
Sandro Botticelli s’est représenté à l’extrême droite du tableau, le regard dirigé vers le spectateur, comme une invitation à entrer dans la scène.


c) Parmi les personnages de l'histoire Sainte ou de l'Antiquité

 

  "Autoportrait" Albrecht Dürer, 1500, 67 x 48 cm, huile sur panneau

 

 

Albrecht Dürer (1471 - 1528) est d'origine allemande. Il s'identifie volontairement dans ce tableau au créateur à travers la figure du Christ.

L'artiste affirme ainsi la noblesse de son travail et sa fonction de créateur sanctifié en quelque sorte par ce divin modèle.


"L'Ecole d'Athènes", Raphaël, 1509, fresque dans la chambre des signatures, Vatican

A l'extrême droite du tableau, Raphaël peint son autoportrait (à gauche) à côté de Sadoma, un auteur de fresques. ce dernier est peint sous les traits de Pérugins, un ds maîtres de Raphaël.
 Au premier plan, Raphaël représente Héraclite (550 - 480 av. J-C.), un philosophe grec qui méditait sur le perpétuel écoulement des choses. Il est isolé des autres en raison de son mauvais caractère. Il est peint sous les traits de son rival, Michel-Ange qui était en train de d'effectuer, en même temps que Raphaël, les fresques de la chapelle Sixtine.
Raphaël représente Euclide (325 - 265 av. J-C.), un mathématicien grec, occupé a démontrer, à l'aide de son compas un nouveau théorème devant quatre jeunes gens. Il a aussi rédigé une vaste synthèse  de mathématique. Il est dessiné sous les traits de Bramante, un architecte et peintre italien qui a élevé la Basilique saint Pierre au Vatican.
 Au centre de la fresque, Platon (à gauche au côté de Aristote) est peint sous les traits de Léonard de Vinci.



Epoque moderne et contemporaine

Tous les artistes ont crées une série d'autoportrait, tout au long de leur vie. Par exemple, les oeuvres de Pablo Picasso témoignent de l'évolution stylistique de l'artiste, jusqu'à son dernier portrait de 1972. 
 

"Autoportrait Barcelone, 1899, fusain sur papier, 22,5 x 46,5 cm

"Autoportrait" 1907, 56 x 46 cm, huile sur toile

"Autoportrait2 juillet 1972, craie et crayon, 60, 5 x 55,2 cm

 

 
Chaque peintre a une écriture plastique propre à sa personnalité.
Au XIXe siècle, l'intérêt pour la compréhension des sentiments humains s'agrandit. Les artistes sont eux aussi soucieux des émotions, créant des portraits ou autoportraits à caractère intimiste, éloigné du portrait officiel, s'éloignant parfois de la représentation fidèle. On peut alors se demander qu'elles sont les limites de la ressemblance.
"Autoportrait" Vincent van Gogh, 1889, huile sur toile

"Les douze portrait du célèbre Ordanbale, pris sur le vif", Alberto Giacometti, 1962, gravure à l'eau forte

"Portrait de Catherine Bay" Jean Charles Blais, 1989, encre sur papier

"Portrait de Heinz Ohff"  Wolf Vostell, 1982

 
 

Ressemblance ou identité ?

 
L'avènement de la photographie apporte à l'art du portrait une nouvelle ouverture. Cependant nombre d'artistes continuent de dessiner, de peindre et de graver des portraits ou des autoportraits.
 



 

 

Quelle est la partie de mon corps qui peut le plus adéquatement me représenter ?
Mon visage ?
Pourquoi lui ?
S'agit-il d'un autoportrait au même titre que celui de Rembrandt, par exemple ?
 
 
 

"Autoportrait" Isabelle Waternaux, 1996, photographie