Sango: Araignée et Cochon

Tɛrɛ na Ngûru

Araignée et Cochon

Na mbɛ̂nî lâ ɔ̂kɔ, Tɛrɛ ahûnda na wâlï tî lo tî tɛnɛ lo sâra na lo kɔ̂bɛ, ngbanga tî sô nzara asâra lo mîngi.

Un jour, Araignée demande à sa femme: “Prépare-moi de la nourriture, je veux manger car j'ai grand faim.”

Wâlï tî Tɛrɛ atɛnɛ na lo, tanga tî fûku tî gɔzɔ sô sï angbâ fadë kɛ̂tɛ̂ kɛ̂tɛ̂ sô, lo sâra na pɔtɔpɔ̂tɔ na môlɛngê tî lo awɛ; sï mbɛ̂nî yê ɔ̂kɔ tî tɛnɛ lo mû na lo ayɛkɛ daä pɛ̈pɛ.

Sa femme lui répond: “Le peu de manioc qui restait je m'en suis servi pour préparer la bouillie de mon enfant, et je n'ai plus rien à te donner.”

Tɛrɛ agbï yä tî lo ngangü; lɛ̂ tî lo avûkɔ̈ na nzara. Tambûla kûɛ̂ akara lo.

Il ne reste plus alors à Araignée qu'à se serrer la ceinture; il a le visage gris de faim, il marche avec beaucoup de peine.

Asî na lâ-kûî nî, lo bi konza tî lo na sêse sï lo längɔ̈ na ndo nî. Lo yê tî bi lɛ̂ tî lo töngasô, lo bâa na yä tî vü̈kɔ̈̈ngɔ̈ ndo yingɔ̈ tî mbɛ̂nî zo sô ayɛkɛ gä na mbâgë tî lo. Tɛrɛ alöndö sï lo hûnda yê nî:

A la tombée de la nuit, il étend sa natte par terre et se couche. Il jette un coup d'oeil, et dans l'obscurité il voit la silhouette d'un homme qui vient vers lui. Il se lève et demande:

«Sô zo wa?»

“Qui est-ce?”

«Sô mbï kôya tî mɔ Bäkɔngɔ̈.»

“Je suis ton parent, Tortue.”

«Mɔ yɛkɛ gue na ndo wa na bï sô?»

“Où vas-tu en pleine nuit?”

«Asâra längɔ̈ otâ laä sï mbï yɛkɛ fɔnɔ na yä tî ngonda, tî gi kɔ̂bɛ tî yângâ tî mbï, mbï wôko kûɛ̂ awɛ sï mbï yɛkɛ kîri na kɔ̈dɔ̈rɔ̈ tî mbï.»

“Ça fait trois jours que je marche à travers la forêt en quête de nourriture; je suis fatigué et je rentre au village.”

«Töngana tî tɛnɛ tî nzara, mɔ sâra na mbï tɛ̈nɛ̈ nî pɛ̈pɛ. Bâa, mbï kûîi tî mbï nzara nî awɛ, mɔ yɛkɛ mä gɔ̂ tî mbï sɛ̂ngɛ̂.»

“Ne me parle pas de la faim! Regarde! Moi aussi, je meurs de faim; tu n'entends plus que ma voix.”

«Âyi! Âzo! âmbɛ̂nî ayɛkɛ toto nzara, âmbɛ̂nî ayɛkɛ tɛ.»

“Bon sang! Certains crient de faim, tandis que d'autres mangent.”

«Âzo wa laä sï nzara sô asî na kɔ̈dɔ̈rɔ̈ tî âla äpɛ sô?»

“Quels sont ceux qui ne connaissent pas la faim dans leur village?”

«Mɔ mä tî mɔ tɛ̈nɛ̈ nî pɛ̈pɛ, na ndo tî Ngûru nyama asî da tî lo? Lo yɛkɛ tɛ bï na lâ.»

“N'as-tu pas entendu dire que chez Cochon il y a beaucoup de viande? Jour et nuit il mange.”

«Kü mbï kɛ̂tɛ̂ sï, kôya, mbï mû bozö tî mbï; mbï na mɔ ë gue ë tɛ kɔ̂bɛ na ndo tî Ngûru.»

“Attends-moi un peu, parent, je prends mon sac; et ensemble nous allons manger chez lui.”

«Fadë lo yê daä tî mû mbâgë tî kɔ̂bɛ tî lo nî sô na ë?»

“Acceptera-t-il de nous offrir un peu de nourriture?”

«Dutï kpɔ̂, mbï ɔ̂kɔ mbï hînga yê sô mbï yɛkɛ sâra.»

“Sois tranquille! Moi, je sais ce que je vais faire.”

Tɛrɛ na Bäkɔngɔ̈ atï na lêgë, sï âla gue, asî na ndo tî Ngûru. Sô sï âla sî awɛ, Tɛrɛ amû Bäkɔngɔ̈, azîâ lo na yä tî kötä bozö tî lo, sï lo fa na Bäkɔngɔ̈ yê sô lo lîngbi tî sâra nî ândɛ. Tɛrɛ apûsu ndurü na tɛrɛ̂ tî da nî, sï lo îri ndo:

Araignée et Tortue se mettent en route et s'en vont chez Cochon. Juste avant d'arriver, Araignée prend Tortue, le fourre dans son sac, et lui indique ce qu'il doit faire. Araignée alors approche tout près de la maison et appelle:

«îtä tî mbï, Ngûru, ndo avûkɔ̈ na mbï awɛ sï mbï lîngbi tî gue na bï sô na kɔ̈dɔ̈rɔ̈ pɛ̈pɛ; mû na mbï kɛ̂tɛ̂ ndo tî längɔ̈, fadë mbï hɔ̈n na ndäpêrêrê.»

“Cochon, mon frère, il fait nuit noire, et je ne puis rentrer au village. Donne-moi une petite place pour dormir et je m'en irai demain matin.”

«Mɔ yɛkɛ hûnda mbï na ndo tî längɔ̈ töngana nyen, Tɛrɛ? Gä, fadë wâlï tî mbï alɛkɛ na mɔ gbogbo. Mbï, mbï yɛkɛ tɛ kɔ̂bɛ; töngana mɔ yê tî tɛ, mɔ gä hîo.»

“Comment, Araignée, tu me demandes une place pour dormir? Viens, ma femme va te préparer un lit. Je suis en train de manger, si tu veux, viens vite!”

«Mɔ yɛkɛ taä îtä tî mbï tî mɛ̂nɛ̈ bîanî; mbï mû na mɔ singîla mîngi.»

“Tu es un frère pour moi; je te remercie beaucoup.”

Tɛrɛ atɛ kɔ̂bɛ sô na lɔ̈rɔ̈: ndurü tî nyama sô wâlï tî Ngûru azîâ balë ɔ̂kɔ na kɔ̂lï tî lo sô, Tɛrɛ atɛ daä miɔmbe; lo mû ɔ̂kɔ lo bi na yä tî bozö tî lo, sï lo tɛnɛ fadë lo gue na nî töngana pekö tî yângâ tî Ngûru, na môlɛngê tî lo.

Araignée mange à toute vitesse; de la dezaine de moceaux de viande que la femme de Cochon a préparés pour son mari, Araignée en mange huit; il en prend un qu'il met dans son sac, en disant qu'il l'emporte pour son enfant en signe d'amitié de la part de son hôte.

Na pekö tî tɛ̈ngɔ̈ kɔ̂bɛ nî, Tɛrɛ ahûnda na wâlï tî Ngûru tî tɛnɛ lo bata na lo bozö tî lo sô; tɛ̂nɛ̈ tî nïkängɔ̈ na kpë ayɛkɛ na yä nî. Sï lo yɛkɛ gue na nî na wâlï tî lo. Wâlï tî Ngûru amû bozö nî, lo gue lo zîâ na yä tî da sô âla yɛkɛ bata kɔ̂bɛ na kûngbâ tî âla daä.

Après avoir mangé, Araignée demande à la femme de Cochon de lui garder son sac, il y a mis une pierre à moudre qu'il veut emporter à sa femme. La femme de Cochon prend le sac et le dépose dans la pièce où elle garde la nourriture et leurs affaires.

Asî na bɛ̂ tî bï, Bäkɔngɔ̈ azî yângâ tî bozö nî sï lo sî gîgî, lo mû tanga tî kɔ̂bɛ sô wâlï tî Ngûru azîâ tî tɛnɛ âla tɛ na ndäpêrêrê sô; lo tɛ nî kûɛ̂. Lo kamâta ülɛ̈ngɔ̈ gɛrɛ̂ tî ngbä sï lo zî yângâ tî da, lo kpɛ̈ na nî.

En pleine nuit, Tortue ouvre le sac, sort et s'empare du reste de nourriture que la femme de Cochon a mis de côté pour leur repas du matin; il mange tout. Il prend aussi un cuissot sêché de buffle, ouvre la porte et s'enfuit avec.

Asî na yângâ tî ndäpêrêrê, Tɛrɛ ahûnda na wâlï tî Ngûru tî tɛnɛ lo mû na lo bozö tî lo nî sï lo lîngbi tî gue. wâlï tî Ngûru amû bozö nî, sï bozö nî ayâpu. Lo ndûru mabɔ̂kɔ tî lo na yä tî bozö nî, sï lo wara tɛ̂nɛ̈ tî nïkängɔ̈ na bäkpä tî wâlï tî Tɛrɛ daä pɛ̈pɛ. Lo gä na lɔ̈rɔ̈ sï lo tɛnɛ na Tɛrɛ:

A l'aube, Araignée demande à la femme de Cochon de lui apporter son sac pour partir. La femme de Cochon prend le sac mais elle le trouve bien léger. Elle y met la main, mais ell n'y trouve pas la pierre à moudre de la femme d'Araignée. Elle revient en courant et dit à Araignée:

«Bîrï sô, bozö sô anɛ, asî na ndäpêrêrê sô ayâpu töngana nyen? Tî ûse nî, yângâ tî da tî bätängɔ̈ kɔ̂bɛ sô, mbï kânga bîrï, azî na ndäpêrêrê sô töngana nyen?»

“Hier le sac était lourd, comment se fait-il que ce matin il soit si léger? Ensuite, la porte de la pièce où je laisse la nourriture, hier je l'ai fermée, comment se fait-il que ce matin elle soit ouverte?”

«Mɔ yê tî tɛnɛ nyen? Tɛ̈nɛ̈ tî nïkängɔ̈ na bäkpä tî wâlï tî mbï ayɛkɛ daä mbɛ̂nî pɛ̈pɛ?»

“Que veux-tu dire? La pierre à moudre de ma femme n'est plus là?”

«Yê sô mbï yɛkɛ bâa laä!»

“C'est ce que je constate!”

«Mɔ he ngîâ pɛ̈pɛ; mbï löndö yɔngɔ̂rɔ tî gi tɛ̂nɛ̈ sô na ndo tî lakërë na kɔ̈dɔ̈rɔ̈ tî ânɔ̈kɔ̈ tî mbï, sï taä zo agä anzï na ndo sô! Mbï hûnda tî tɛnɛ âla mû na mbï gï tɛ̂nɛ̈ tî mbï.»

“Sois sérieuse! Je reviens de loin chercher cette pierre sur les aires rocheuses dans la famille de mon oncle maternel, et voici qu'un homme vient me la voler ici! Je vous demande de me rendre cette pierre.”

Ngûru na wâlï tî lo ague, agi tɛ̂nɛ̈ sô gbä, sï Ngûru atɛnɛ na Tɛrɛ:

Cochon et sa femme s'en vont et cherchent la pierre sans la trouver. Cochon revient et dit à Araignée:

«Sô sï mbï wara tɛ̂nɛ̈ tî wâlï tî mɔ nî pɛ̈pɛ sô, mbï fûta na mɔ na sakpä tî nyama ɔ̂kɔ, mɔ gue na nî na lo.»

“Comme je n'ai pas trouvé la pierre de ta femme, je te donne à la place un panier de viande; emporte-le à ta femme.”

Tɛrɛ amä töngasô, bɛ̂ tî lo anzɛrɛ sï lo tɛnɛ: «Ga na ni.»

Lorsque Araignée entend cela, il est tout heureux et dit:

«Gä na nî.»

“Apporte!”

Sï Tɛrɛ amû sakpä tî nyama sô, lo gue lo wara kôya tî lo, Bäkɔngɔ̈, sï âla gue na kɔ̈dɔ̈rɔ̈ tî âla. Tɛrɛ na wâlï tî lo na môlɛngê tî lo atɛ nyama sô kûɛ̂.

Et Araignée prend le panier de viande, s'en va trouver Tortue, son parent, et ensemble tous les deux, ils s'en retournent chez eux. Araignée, sa femme et son enfant mangent toute la viande.

Längɔ̈ ɔkü na pekö nî, Tɛrɛ akîri awara Ngûru na ndo tî lo, sï lo tɛnɛ tɛ̈nɛ̈ na lo:

Cinq jours plus tard, Araignée revient trouver Cochon chez lui et lui dit:

«Wâlï tî mbï asûku mîngi, lo pâpa na mbï lâkûɛ̂; lo tɛnɛ sakpä tî nyama ɔ̂kɔ sô sɛ̂ngɛ̂ alîngbi na tɛ̂nɛ̈ tî lo pɛ̈pɛ, sï lo yê mbɛ̂nî sakpä tî nyama; töngasô pɛ̈pɛ, âla mû na mbï tɛ̂nɛ̈ tî lo sï âla gue âla mû sakpä tî nyama tî âla.»

“Ma femme est très fâchée et me dispute chaque jour; elle dit qu'un simple panier de viande ne peut suffire pour remplacer sa pierre; elle veut un autre panier de viande; sinon vous me rendez la pierre, et vous allez rechercher votre panier de viande.”

Ngûru amû na Tɛrɛ mbɛ̂nî sakpä tî nyama sï Tɛrɛ ague na nî, âla tɛ kûɛ̂.

Cochon donne à Tere un autre panier de viande, il s'en va avec et ils mangent tout.

Lâkûɛ̂ töngana Tɛrɛ atɛ nyama nî kûɛ̂ awɛ, lo kîri, lo hânda Ngûru gï töngasô ngbiii kɔ̂bɛ ahûnzi na Ngûru awɛ.

A chaque fois, Araignée mange ainsi toute la viande, revient et trompe Cochon toujours de la même façon jusqu'à ce que ce dernier n'ait plus de nourriture.

Sô kɔ̂bɛ ahûnzi na ndo tî Ngûru awɛ, Tɛrɛ asî na mbɛ̂nî ndäpêrêrê, sï lo tɛnɛ:

Alors qu'il n'y a plus de nourriture chez Cochon, Araignée arrive un beau matin, disant:

«Wâlï tî mbï ahûnda gï tɛ̂nɛ̈ tî lo, sakpä tî nyama balë ɔ̂kɔ sô âla mû nî na lo, anzɛrɛ na lo pɛ̈pɛ, sï lo yê âla zîâ mbɛ̂nî na ndo nî ɔ̂kɔ; töngasô pɛ̈pɛ, âla gue âla mû nyama tî âla, sï âla kîri na lo na tɛ̂nɛ̈ tî lo.»

“Ma femme veut seulement sa pierre! Les dix paniers de viande que vous lui avez donnés, cela ne lui suffit pas, elle en veut encore un autre. Sinon vous allez récupérer votre viande et vous lui rendez sa pierre.”

Ngûru atï na toto sï lo tɛnɛ kɔ̂bɛ ayɛkɛ na lo mbɛ̂nî pɛ̈pɛ, fadë lo sâra töngana nyen.

Cochon se met à gémir, disant: “je n'ai plus de nourriture, comment vais-je faire?”

«Sï îtä tî mbï, Ngûru, mɔ yê mbï sâra tî mbï töngana nyen? Yê sô wâlï tî mbï ayɛkɛ fâa mbï daä sô, mbï yɛkɛ kâi?»

“Cochon, mon frère, que veux-tu que je fasse? Ma femme me tue avec cette histoire, vais-je m'en sortir?”

«Sô sakpä tî nyama tî mbï ahûnzi kûɛ̂ awɛ sô, mbï yɛkɛ gue, mbï, wâlï tî mbï, na âmôlɛngê tî mbï kûɛ̂, tî gi tɛ̂nɛ̈ tî wâlï tî mɔ.»

“Alors, comme notre réserve de viande est entièrement finie, je vais aller, moi, ma femme et mes enfants chercher la pierre de ta femme.”

Ndâ nî laä sï, ângûru ayɛkɛ ndûru hôn tî âla na sêse tî gi tɛ̂nɛ̈ tî wâlï tî Tɛrɛ sô, sï gbä âla yɛkɛ wara nî pɛ̈pɛ.

C'est pourquoi depuis ce temps, les cochons fouissent la terre de leur groin à la recherche de la pierre de la femme d'Araignée, sans jamais la trouver.

Comments