les réunions avec la Région Haute Normandie

 
à venir les compte-rendus des Conférences Transports et Déplacements d'Evreux (12 janvier) et du Havre (28 janvier)
 
le 6 janvier 2011 : Conférence Transports et Déplacements à Rouen
 
Etaient présents des associations d'usagers : Longueville sur Scie (Rouen Dieppe) - FNAUT - Collectif des Transports Ferroviaires de Haute Normandie, des élus locaux.
Le Collectif était représenté par : Benoit MEURIE (Président) et un adhérent
La Région était représentée par : M. LEVILLAIN (Vice Président en charge des transports) - Mmes RAGOT - HADJALI, CHAPPUIS
La SNCF était représentée par M. FOURCRIT Directeur Régional Délégué TER, et pour RFF par M. ROGER Directeur Régional
 
Comme l'avait demandé Benoit MEURIE la veille, un rappel des missions de l'AOT a été fait rapidement.
Sur nos lignes, il y a 2 offres de transport : Intercités et Régionales sur de petites distances et de plus grandes distances : Oissel - Paris / Paris Oissel/Rouen. Il y a donc des suivis différents selon que les trains ont des offres TER ou Intercités ce qui complique un peu plus l'appréciation de la ponctualité et de la régularité. C'est la raison pour laquelle les chiffres donnés par la SNCF pour la régularité paraissent fantaisistes.
Les compétences de la Région sont donc depuis 2002 sur l'offre globale TER.
 
Rappel :
Les trains à missions TER y compris sur l'axe Paris Saint Lazare Rouen : régularité à 5 mn
Les trains à missions Intercités : régularité à 10 mn
 
Divers sujets étaient à l'ordre du jour :
- l'offre et horaires
- bilan de l'exploitation ferroviaire depuis le nouveau cadencement
- la fréquentation
- les travaux d'infrastructures
- le matériel
- les rénovations des gares avec une intervention de la Responsable pour la région de "Gares et connexions"
 
les Horaires - l'offre
B. MEURIE a posé la question à M. FOUCRIT concernant la mesure de la ponctualité - régularité des trains Intercités : quelle est la défintion pour la SNCF ?
C'est l'arrivée qui compte donc la destination finale du train et l'heure d'arrivée doit être appréciée train arrêté d'après la pendule en gare. Si un train part en retard, et est en retard sur des arrêts intermédiaires mais à sa dernière gare arrive avec moins de 10 mn de retard, il est considéré comme étant à l'heure.
 
La région a indiqué que la Picardie allait passer au cadencement pour le service d'hiver 2012 soit en décembre 2011. Cela aura donc des implications sur les trains Rouen Amiens. Le dossier est bien avancé mais aucune association d'usagers en Haute Normandie n'a participé à l'élaboration des nouvelles fiches horaires. Cela a donc ouvert une brèche dans le débat pour rappeler les contraintes du cadencement normand de décembre 2008 qui pose des problèmes sur la ligne Rouen Dieppe et Rouen Paris (pour le matin).
M. D. MARCHAND représentant la Gare de Longueville sur Scie (ligne Rouen Dieppe) regrette, qu'encore une fois, le cadencement de la ligne Rouen Amiens se soit fait en dehors des représentants d'usagers au quotidien et rappelle les souhaits non satisfaits depuis décembre 2008 des usagers de la gare de Longueville sur Scie.
La FNAUT et la SNCF ont pris la parole sur le principe du cadencement qui n'est pas simple à mettre en place, car la modification d'un horaire de quelques minutes peut avoir des repercussions sur les trains en correspondance dans la région voire dans d'autres régions.
B. MEURIE a cloturé le débat sur le cadencement rappelant que sur l'axe Rouen Paris, la saturation était déjà atteinte après 2 ans, que l'offre proposée n'est pas en adéquation avec le besoin des usagers. En effet, il a rappelé, que le cadencement sur l'axe Rouen Paris s'est fait avec la FNAUT - la Région - la SNCF et aucune association d'usagers étaient présentes durant les réunions préparatoires. Il en est donc ressorti aux créneaux horaires les plus demandés : 2 trains directs 6h26 - 7h26 et 2 semi-directs 6h48 - 6h59 avec pour ce dernier un arrêt à Mantes la Jolie.
Les trains à mission TER sur l'axe Rouen Paris font des arrêts systématiques en région Parisienne (dans les Yvelines) ce qui n'est pas le cas dans les autres régions. C'est aussi une incompréhension des usagers haut-normands qui lorsque les trains au départ de Paris sont mal composés voyagent debout contrairement aux franciliens qui sont assis et voire même en 1ère classe. Le coût au km d'un francilien est de loin inférieur à celui d'un haut normand pour des trains dits "Haute Normandie".
B. MEURIE a indiqué que dans ces conditions, la ville de Rouen n'est donc pas attractive comparée aux autres villes de taille similaire comme Orléans et Amiens, voire Compiègne.
Il a fourni les informations suivantes concernant les arrivées de trains à Paris avant 9H :
- Rouen Paris : 6 trains (5h20 TER avec arrêts dans les Yvelines - 5h55 avec arrêt à Mantes - 6h26 Direct - 6h48 - 6h59 avec arrêt à Mantes - 7h25 Direct)
- Amiens/Longueau Paris : 7 trains
- Orléans les Aubray Paris : 8 trains
- Compiègne Paris : 8 trains.
 
La problématique est et reste toujours la saturation du trafic dans le Mantois. La gare de Mantes la Jolie est le point de bifurcation des lignes vers Le Havre et Cherbourg et point de départ (à quelques exceptions près) du trafic transilien vers Paris Saint Lazare et Paris Montparnasse. Il faudra donc attendre la création d'une nouvelle ligne Paris Normandie pour voir la situation évoluer avec un cadencement aux heures de pointe toutes les 30 mn demandé par la FNAUT mais ce ne sera pas avant 2020, au mieux. Les études sont en cours et seront  remises courant 2012 par RFF. (NB : Le Président du Collectif, B. MEURIE, est déjà convié par RFF à apporter son point de vue).
B. MEURIE a donc posé la question aux différents intervenants : quel est le plan B si on doit attendre 2020 avec une situation déjà dépassée aujourd'hui car il reste encore 9 ans au moins à attendre : il n'y en a pas ! et il n'est plus possible d'ajouter des trains le matin vers Paris. Un train a été néanmoins ajouté la matin de Rouen au Havre car il y avait un sillon de libre et une demande. De plus EOLE avec un cadencement rapproché entre Mantes et Paris devrait arriver à l'horizon 2020 et donc si la nouvelle ligne n'est pas créée, la saturation sera encore plus prononcée au risque de voir disparaître certains trains en provenance de la Haute Normandie.
 
B. MEURIE a pris acte de cet état de fait, indiquant aux intervenants que si la régularité et la ponctualité ne s'améliorent pas, le mécontentement des usagers ne serait que croissant.
En effet, il a rappelé que le train le plus fréquenté par les Rouennais était le direct de 7h26 mais qui arrive souvent en retard à Paris Saint Lazare : l'heure théorique 8h38 est la plus critique. De plus, la composition même de ce train est aléatoire et il arrive que le train soit rempli laissant sur le quai à Rouen plusieurs dizaines d'usagers. Le repli est donc le 7h58 mais qui arrive à 9h15 donc des retards pour les usagers sur leurs lieux de travail. La situation est donc tendue.
Toute chose égale par ailleurs, il a néanmoins indiqué que l'offre dans le sens Paris Saint Lazare - Rouen - Le Havre était bien perçue et correspondait au besoin.
 
Pour conclure, B. MEURIE a rappelé à la SNCF qu'elle a une obligation de résultats et non de moyens et donc les trains doivent arriver à l'heure, c'est maintenant non négociable.
 
La fréquentation suite à la nouvelle offre Régionale hors Intercités - ponctualité et régularité
La mise en place de la nouvelle offre en décembre 2008 a entrainé des changements d'habitude et avec une hausse du prix du pétrole (printemps/été 2008 et encore en ce début d'année), on y préfère le train à la voiture.
Voici pour le trafic régional les évolutions, sachant que, comme l'a indiqué la FNAUT, des trains ont vu leurs missions changer : TER vers Intercités et vice et versa donc certaines baisses notamment sur Yvetot et Breauté Beuzeville sont à prendre avec caution.
 

Fréquentations :

supérieur à 30% pour : Vernon - Gaillon Aubvoye - Val de Reuil - Rouen - Fécamp

De 11 à 30% pour : Evreux - Sotteville - Saint Etienne du Rouvray

De -30 à -10% pour : Yvetot et Bréauté Beuzeville

 

Suprressions de trains :

1,4% de trains supprimés en 2010 contre 1,2% en 2009

 

Régularité à fin novembre 2010

Rouen Elbeuf : 95,6

Rouen Le havre : 93,7%

Rouen Dieppe : 91,1%

Rouen Paris 89,1%

Rouen Serqueux : 85,4%

Rouen Caen : 84,9%

Moyenne régionale 92,8%

 
Les infrastructures
Un exposé des différents travaux sur les années passées, et à venir a été fait par RFF. Le coût pour la ligne Paris Le Havre avoisinnera les 500 millions d'euros lorsque les travaux seront finis à horizon 2012. En 2010, le Tunnel de Rolleboise a été rénové en urgence, des opérations de RVB (renouvellement voies et ballast) ont été engagés entre Maromme et Harfleur.
A l'occasion de cette présentation, RFF a indiqué que le matériel servant à renouveler les voies de manière rapide (la Suite Rapide) est tombé en panne et donc les plages horaires en août dernier ont été allongées jusqu'à 7H. B. MEURIE a vivement réagi en indiquant que la préoccupation même des usagers n'avait pas été prise en compte et que durant ces quelques jours, les retards ont dépassé 1 heure sans qu'il y ait eu une véritable communication en gare ou à bord des trains. Tous les usagers ne sont pas en congés en août et ce facheux incident matériel a eu des repercussions non seulement sur les trains grandes lignes mais aussi sur les liaisons TER en correspondance. B. MEURIE a indiqué qu'aujourd'hui avec la téléphonie mobile, il est impensable de ne pas informer les usagers en temps réel. Les excuses après coup, c'est fini on ne les accepte plus. Cela a rebondi sur le sujet de la communication point noir de la SNCF, avoué par M. FOUCRIT.
Plusieurs chantiers seront menés dans les années à venir : 2011 : réfection du tunnel Beauvoisine, 2012 ce sera au tour de celui Saint Catherine qui sont des tunnels longs de part et d'autre de la gare de Rouen. Une adaptation des horaires au départ de Rouen sera faite et consistera en quelques minutes de trajets supplémentaires sachant que l'heure de passage à Mantes la Jolie ne doit pas changer.
Un inventaire exhaustif sera fait dès que nous aurons reçu les slides de la présentation.
 
Le projet de la nouvelle ligne Paris Normandie a été rapidement présenté : 4 scénarios. Il faudra attendre 2012 pour connaître les positions définitives de RFF. C'est une des raisons de la mise en sommeil du projet de réouverture de la ligne Rouen Evreux, liaison dont l'intérêt est reconnu et devra se faire par Louviers, l'intérêt de relier Rouen en passant par Serquigny étant limité voire sans intérêt (100 kms - plus d'un heure de trajet ...).
 
Le Matériel
Grand sujet : a été présenté le nouveau matériel qui circulera sur l'axe Rouen Dieppe d'ici peu en remplacement des vieillissantes rames X4900 relookées il y a quelques années.
B. MEURIE a demandé si ce matériel avait déjà circulé ailleurs. La réponse a été NON, c'est du matériel neuf mais qui sera mis en service un peu avant dans d'autres régions. Cela a été l'occasion toute trouvée pour rebondir sur les TER 2NNG. B. MEURIE en a donc profité pour informer l'assemblée de toutes les difficultés rencontrées avec ce matériel depuis sa mise en service et l'exaspération des voyageurs contraints de voyager sans chauffage, debout, assis dans les escaliers, sans WC ... B. MEURIE a indiqué à la SNCF et au Vice Président qu'il fallait mettre un terme à tous ces dysfonctionnements sans quoi, ce ne serait plus un tract qui serait distribué, mais des actions plus pénalisantes pour l'exploitant et le donneur d'ordre. En clair, et comme indiqué dans le questionnaire qui est distribué depuis fin décembre, ce seront des actions en justice qui risquent d'être menées au titre de l'article 1147 du Code Civil sur la responsabilité contractuelle.
 
La communication avec les usagers et les associations
On comprend bien l'agacement de la Région avec tous les problèmes des TER 2NNG qui ont été quasiment les seuls matériels à circuler cet hiver, des rames corail étant en rénovation, d'autres avec des vitres brisées, des V2N HS. La communication à bord et en gare est toujours aussi défaillante : ce seront des points d'amélioration à apporter avec des résultats visibles dès cette année. M. LEVILLAIN a demandé séance tenante à ce que la SNCF organise tous les trimestres des réunions avec les associations d'usagers et il participera à la première. La situation vécue en fin d'année et encore aujourd'hui ne lui convient pas du tout et demande un changement visible et rapide des pratiques de la SNCF. Des axes de progrès devront être mis en place et des objectifs définis.
 
Un pot de l'amitié s'en est suivi après 2 heures de réunion où seuls :
- les 2 associations d'usagers : celle de Longueville sur Scie et le Colllectif
- la FNAUT
- un élu de la région de Dieppe
ont pris la parole ce qui est en soit un peu surprenant. Qu'en pensent les autres élus ?
Néanmoins des conversations passionnées ont eu lieu entre les uns et autres après cette réunion. B. MEURIE a pu discuter du ressenti des usagers avec le Directeur Régional M. FOUCRIT, avec MM. LEVILLAIN et ROGER. Des contacts seront pris avec M. LAMISSE (Responsable Pole Conventionnement et relations institutionnelles), présent durant la conférence, dans le cadre de la communication avec les associations d'usagers.
Une réunion doit être planifiée rapidement avec le Collectif pour recueillir les besoins qui sont différents selon que l'on est usager à Evreux, Rouen, et dans une gare intermédiaire.
 
Enfin B.MEURIE a indiqué à Mme RAGOT que désormais plus aucune concession ne sera faite quant aux mauvaises conditions de transport sur l'axe Paris Le Havre compte tenu des sommes qui ont été dépensées. Les conventions qui seront signées cette année devront être claires notamment dans la composition des rames de manière à ce que les usagers ne revivent fin 2011 la situation de fin 2010. Le Collectif mettra devant ses responsabilités les différents acteurs et va se doter via ses adhérents, des différents contacts avec les cheminots d'outils de mesure de la régularité et du respect des compositions de rames si tant est que l'on nous les donne. Le temps des compromis est terminé.  
 
prochaine conférence le 12 janvier à Evreux où seront évoqués les mêmes sujets. Le Collectif y sera naturellement présent pour défendre les intérêts des usagers des gares de l'Eure : Val de Reuil - Gaillon Aubevoye et Evreux. Les autres associations Vernon Train de Vie et Bueil à Toute Vap'Eure seront sans aucun doute présentes.
 
 
le 5 janvier  2011
Le Collectif était représenté par : Benoit MEURIE (Président)
La Région était représentée par : M. DIDILLON (Directeur Général Adjoint des Services) - M. RADIGUET (Cabinet du Président) et deux collaborateurs du service Transports.
 
Le sujet principal a été les déplorables conditions de transports de ces dernières semaines, les défaillances du matériel TER 2NNG et la distribution du tract et du questionnaire.
Le rôle de la Région a été évoqué car elle est l'AOT et a dans de nombreux domaines, investi plus que le règlementaire prévu.
B. MEURIE a indiqué que la Région n'a effectué depuis deux ans aucune campagne de mesure de la satisfaction auprès des usagers haut-normand alors qu'elle aurait pu le faire au moins pour les trains à offre TER.
A part les trains supprimés pour lesquels il y a une convention entre la SNCF/Région, la mauvaise composition de rames est sans effet pénalisant pour la SNCF. Les TER 2NNG n'avaient pas pouir mission d'effectuer des trajets Rouen - Paris/Rouen - Paris directs et des Le Havre/Paris et Paris/Le Havre. Pourtant cela est le cas et la Région a donc loué donc ses trains à la moitié du prix de référence. Sur les trajets directs ou les grands trajets, ce sont des Corail ou des V2N qui devraient être utilisés. 
Pour une exploitation optimale du cadencement, sur les 16 rames TER 2NNG disponibles, 13 devraient être utilisées et 3 en réserve pour tenir compte des opérations de maintenance. Dans les faits et surtout en novembre/décembre et encore aujourd'hui, on s'aperçoit qu'il y a des missions non conformes avec des TER 2NNG en Unité Simple. Il faudra donc attendre le retour à un temps plus clément et des Corail rénovés (1 an de retard sur le planning) pour que l'on soit correctement transportés.
B. MEURIE a indiqué aux représentants de la région que les usagers haut-normands ne revivront pas un 3ème hiver aussi pénible que les 2 précédents et que l'inconfort à bord des TER 2NNG du à un fonctionnement aléatoire du chauffage devra être résolu au plus vite. Des usagers sont prêts à porter en justice les exploitants pour non respect des obligations contractuelles : horaires non respectés - absence de confort : voyages debout ou assis dans les escaliers, absence de chauffage et sanitaires indisponibles.
 
 
le 9 juin 2010
Le Collectif était représenté par : Benoit MEURIE (Président)
La Région était représentée par : M. DIDILLON (Directeur Général Adjoint des Services) et M. LEVILLAIN (Vice Président en charge des transports)
 
La réunion a permis de faire un point sur la problématique des transports en Haute Normandie, des informations dont disposent le Collectif sur l'exploitation au quotidien des 2 grandes lignes grâce aux relations avec SUD RAIL NORMANDIE (mécaniciens, personnel de bord), informations que n'a pas obligatoirement la région Haute Normandie de la part de la SNCF.
 
Le projet de la mesure de la régularité sur les lignes haut-normandes a été soulevé. Un pilote de l'application devrait être bientôt proposé au Collectif.
 
Le Collectif est donc bien maintenant un interlocuteur écouté de la région Haute Normandie.
 
 
le 22 février 2010
Le Collectif était représenté par : Benoit MEURIE (Président) - Florence DERONCE (Consultante pour le CTFHN)
La Région était représentée par : Alain LE VERN (Président)
 

 

Lundi 22 février 2010, Alain Le Vern a rencontré Benoît Meurie, Président du Collectif,  afin d’évoquer les questions ferroviaires relatives aux liaisons vers Paris. Parmi les sujets abordés, figuraient notamment les actions planifiées à court et moyen terme :

 

Au niveau des infrastructures sur la ligne Paris Le Havre :

·         L’engagement pris par RFF de renforcer les postes de tension électriques nécessaire pour une utilisation optimale des nouvelles rames TER 2NNG achetées par la Région et mises en service début 2009.

·         Le renouvellement des voies/ballast entre Malaunay et Harfleur cet été

·         Les travaux dans les tunnels situés entre le Pont d’Eauplet et la gare de Rouen rive droite (2011/2012)

 

Au niveau du quotidien des usagers haut-normands :

·         Le renouvellement de la Convention  SNCF – Région Haute Normandie prévue en 2011, avec des objectifs en terme de ponctualité qui seront à priori revus à la hausse, le nombre des trains neufs se trouvant maintenant augmenté. Alain LE VERN a rappelé que le paiement de droit de péage annuel à RFF est de 14 M€. Il insiste donc pour que la SNCF tienne ses engagements concernant la régularité (prévue à 5 minutes pour les TER, objectif atteint, et 10 minutes pour les grandes lignes, objectif non atteint).

·         Le confort accru pour les Haut-Normands avec l’arrivée progressive d’ici à fin juin 2010  des rames Corail et VO2N rénovées. A cette date, le matériel circulant en Haute Normandie aura été entièrement renouvelé ou rénové.

 

Autres projets

·         La réalisation de liaisons à haute performance avec notamment les 25 km de voies nouvelles dédiées au trafic grandes lignes entre Paris et Mantes : projet mené avec les Régions Ile de France et Basse Normandie. Parallèlement, une étude prospective d’un nouveau matériel est en cours pour faire circuler sur cette ligne des trains pouvant rouler à 220 km/h, vitesse intermédiaire entre le Corail et le TGV.

 

Le Collectif s’est dit être en phase avec l’action de la Région sur ces projets déterminants pour l’avenir des transports ferroviaires en Haute Normandie. Le projet des voies dédiées et celui de la construction de la nouvelle gare à Rouen (point central du nouveau cadencement), qui sont étroitement liés, permettront de réduire le temps de trajet, d’augmenter le nombre de trains sur les 2 grandes lignes et d’améliorer les dessertes des gares intermédiaires. Ce sont les enjeux de cette nouvelle décennie.

 

Alain LE VERN a quant à lui fait part de sa satisfaction pour le travail effectué par le Collectif sur les deux grandes lignes haut-normandes : la communication aux usagers, la qualité des informations transmises, l’engagement volontaire d’informer la Région de tout évènement marquant la vie au quotidien des milliers d’usagers (régularité, problèmes matériels…), ainsi que de ses contacts récents avec les cheminots pour mieux comprendre les causes des incidents imputables à la SNCF.

 

Force de proposition, le Collectif a présenté à Alain LE VERN une réflexion sur le thème « La régularité au centre des préoccupations des usagers des transports ferroviaires de Haute Normandie », celui ci a retenu toute son attention. En cas de réélection au poste de Président de Région, Alain LE VERN a indiqué qu’il poursuivra au printemps cette réflexion avec le Collectif et ensuite avec les autres associations représentatives des usagers haut-normands.

 

M. MEURIE a remercié Alain LE VERN de son écoute, de sa disponibilité et de son engagement pour l’amélioration de la qualité des transports ferroviaires de notre région.

 
 
 
 
 
le 25 janvier 2010
Le Collectif était représenté par : Benoit MEURIE (Président)
La Région était représentée par : Alain LE VERN (Président)
 
principaux points évoqués :
- présentation du tract du Collectif
- la régularité sur les 2 grandes lignes haut-normandes : Paris Le Havre et Paris Evreux : les données de la SNCF sont-elles fiables ? peut-être mais comment en être sur ...
- le mois de décembre 2009 difficile pour les usagers : les explications de la SNCF sont-elles suffisantes ? non il n'y avait pas que les feuilles, le gel et la neige pour expliquer les retards et suppressions de trains ... et pas d'indemnisation pour les usagers !
- le matériel 2NNG : les pannes et l'absence de chauffage : black out total de la SNCF en terme de communication
- les voies dédiées entre Mantes et Paris et la nouvelle gare de Rouen : horizon confirmé à 2020
- les informations fournies par le Collectif aux élus locaux et à la Région Haute Normandie
 
 
le 20 février 2009
 
Le Collectif était représenté par : Benoit MEURIE (Président) - Florence DERONCE (Consultante pour le CTFHN)
La Région était représentée par : Alain LE VERN (Président) - Cédric MOREL (Service Transports et Infrastructures)
 
sujet :
- la présentation du Collectif : il représente plus de 10.000 abonnés sur les lignes
Rouen Paris (6.000 à Rouen et plus de 1.000 pour les gares intermédiaires hors Vernon)
Rouen Evreux
- la régularité et la composition des trains
- les effets du cadencement mis en place le 14 décembre 2008
- la grève de non présentation des titres de transports
 
Les revendications du Collectif :
 
- le maintien impératif  des trains directs actuels Rouen Paris / Paris Rouen sans arrêt à Vernon. Le collectif a indiqué que le temps de trajet s'est allongé de 10 minutes environ depuis une dizaine d'années. Ajouter un arrêt à Vernon reviendrait à allonger d'environ 6 minutes le temps de transport ce qui n'est ni acceptable ni envisageable. De plus, les Rouennais ont fait remonté qu'un arrêt à Vernon (comme cela a existé avec l'ancien train 7h27 au départ de Rouen) engendre d'autres désagréments comme par exemple un manque évident de respect de la tranquilité des voyageurs par des échanges verbaux à haute voix.
 
Des chiffres fournis et confirmés par la SNCF (cf article du monde) sont sans appel :
- 6.000 abonnés à Rouen dont le prix minimum du forfait 2nd classe avec réduction maximum : 220€, 1ère classe : 330€ + coût du pass navigo 2 zones
- 1.600 abonnés à Vernon qui bénéficient du complément pass navigo 6 zones au forfait Vernon Port Villez (62€ / 82€)
 
Le Collectif a indiqué que si une mesure contraire et donc des arrêts à Vernon étaient décidés
- lors des travaux sur la ligne de juillet à septembre entre Vernon et Mantes la Jolie,
- avec les nouveaux horaires de décembre 2009
des actions suivies et ciblées seraient mises en place et médiatisées.
 
Le Collectif va demander le soutien des élus locaux de Rouen et de son agglomération sur ce sujet. Une campagne d'information auprès des usagers Rouennais va avoir lieu dans les jours prochains.
 
- le nouveau cadencement a mis été mis place d'après la contrainte des échanges autour de la gare de Rouen et ne doit donc pas être remis en cause.
 
- la compositions des trains pour le matin : supprimer les arrêts à Mantes la Jolie pour les trains Corails Intercités. Cela avait été demandé par les associations en 2007 et 2008 et n'a pas été pris en compte avec le nouveau cadencement. De plus, il y a plus d'arrêts le matin aux heures de pointe dans les gares des Yvelines qu'à Oissel et Gaillon ce qui n'est pas normal. Les usagers de Rouen regrettent aussi que le train de 5h26 fasse des arrêts dans les gares des Yvelines contrairement à l'ancien train avant cadencement.
 
Les actions du Collectif
Elles seront réfléchies et feront l'objet d'échanges avec la SNCF et la Région. Le Collectif est hostile à toutes formes de contestations systématiques et d'actions (comme par exemple descendre sur les voies, collage de tracts sur les vitres des trains, ...) qui pourraient être néfastes et pénalisantes pour les usagers.
A l'unanimité des membres du Bureau, des adhérents, des usagers questionnés en gares de Rouen, Val de Reuil et Gaillon, le Collectif ne s'associera pas aux actions menées par le Comité de lignes du 78 ni à celles de l'association Vernon Train de Vie.
 
 
Le Collectif a exprimé sa satisfaction quant à l'arrivée des nouvelles rames TER 2N NG (2 niveaux nouvelle gamme) :
 
 
 
- un confort accru par rapport aux rames 2 niveaux actuelles (mise en circulation en 1991)
- les couleurs des sièges
- le silence de fonctionnement
- l'agencement intérieur
- la signalisation par défilement
 
mais a indiqué 2 problèmes :
- la stabilité lors des changements de voies
- l'éclairage trop puissant
 
 
le 30 mars 2009 Conférence Transports et Déplacements à Evreux
 
Le Collectif était représenté par Benoit Meurie.
Les grands sujets à l'ordre du jour étaient quasiment les mêmes que ceux du 23 mars avec une personnalisation pour la régularité sur les lignes desservant le département de l'Eure. La réunion du 23 mars traitait des transports Grand Rouen qui incluaient les gares de l'Eure situées sur l'axe Rouen Paris. Les questions ont donc été posées le 23 mars et non lors de cette réunion. De ce fait, il n'y a pas eu d'intervention de Benoit Meurie lors de cette réunion.
 
Ce qui est à ajouter par rapport au compte rendu du 23 mars :
- soulevé en premier lieu par les associations Bueil à Toute Vap'Eure - Vernon Train de Vie : le nouveau cadencement a allongé de près d'une heure  au global le trajet A/R des usagers. Même phénomène à Bernay (UGB) mais dans une moindre mesure : 20 mn.
Ce point n'a pas été remonté par les usagers adhérents d'Evreux, Gaillon, Val de Reuil, Oissel et Rouen.
Pour les usagers de Rouen, l'offre du soir et notamment le 18h25 (au lieu du 18h45) permet de compenser le décalage du matin (6h40 à 6h26). Pour ceux prenant le 7h26 le matin à Rouen, il y a le 18h25 le soir ou le 18h50 en train direct.
Pour les usagers de Gaillon, Val de Reuil et Oissel l'offre du soir est conséquente et bien accueillie et compense aussi les éventuels décalages du matin.
Il en est de même pour Evreux dont les positionnements horaires sont bien ressentis. Ce qu'ils regrettent c'est l'état actuel des rames mais qui sera revu prochainement
Pour l'ensemble de ces usagers, à Paris Saint Lazare, il n'y a pas de rupture de charge notoire avec d'autres modes de transports : Métro / RER contrairement à ce qui a été indiqué par les autres associations.
 
Le nouveau cadencement est donc perçu d'une manière différente selon les localités desservies.
 
- VTV a évoqué la vétusté de la gare de Gaillon/Aubevoye et l'offre du soir plus conséquente depuis le 14 décembre 2008 : Benoit Meurie n'a souhaité ni répondre ni polémiquer en séance par respect envers les instances organisatrices de cette réunion. Ces sujets avaient déjà été évoqués le 23 mars et pour lesquelles des réponses ont été apportées. Il serait souhaitable qu'à l'avenir VTV se limite aux sujets qui les concernent.
Pour la vétusté de la gare de Gaillon, Benoit Meurie a rencontré un Adjoint au Maire de la commune d'Aubevoye pour connaître l'état d'avancement du dossier qui est complexe du fait du nombre d'intervenants. Il est donc mieux informé que VTV sur les projets de rénovations des abords de la gare et de la plate-forme FRET. 
 
- les associations VTV, Bueil à toute vapeur ont eu un temps de parole plus que conséquent comme l'a fait remarqué un représentant de Verneuil sur Avre un peu agacé.
 
- la seule remarque du Maire de Val de Reuil a porté sur la vétusté de la gare, sujet déjà évoqué le 23 mars dernier par Benoit Meurie et analogue à la gare de Gaillon/Aubevoye.
 
Le Collectif a écouté avec attention les interventions du représentant de la FNAUT d'Evreux.
 
Au nom de ses adhérents, le Collectif remercie la Région Haute Normandie : son Vice Président M. Patrice DUPRAY, ses Chefs de Projet, les Conseillers Généraux et la SNCF représentée par M. Lefèvre, présents lors des 2 réunions pour la qualité de leurs prestations et les informations fournies 
 
 
le 23 mars 2009 Conférence Transports et Déplacements à Rouen
Le Collectif représenté par Benoit Meurie est intervenu lors de cette conférence pour évoquer plusieurs sujets :
 
En présentation, le Collectif a rappelé que le cadencement mis en place le soir ne posait aucun problème majeurs aux usagers de Gaillon à Rouen et que la régularité retrouvée était aussi dûe aux nouvelles rames neuves TER 2N NG mises progressivement en circulation depuis le mois de janvier, rames confortables, silencieuses et décorées d'après un standard actuel.
 
1. l'arret à Vernon des trains directs Paris Rouen - Rouen Paris
La question de la remise en cause des trains directs Rouen Paris par un arrêt à Vernon demandée par Vernon Train de Vie a été soulevée par le Collectif en rappelant en autre : les enjeux pour la gare de Rouen : centre des échanges ferroviaires et le maintien des correspondances, la qualité de transport pour les Rouennais, le nombre d'abonnés : 6.000 à Rouen, 1.600 à Vernon mais chiffre qui intègre aussi des habitants de Gaillon et de sa région :
Les réponses de la SNCF :
- non pour les trains de 6h26 et 7h26 pour cause d'impossibilité technique et de saturation en nombre de places notamment du 7h26 (comme l'avait déjà signalé le Collectif le 20 février lors de la réunion avec la Région).
- un point d'interrogation pour le 7h59 : techniquement, un arrêt est possible mais l'attrait (moindre qu'avant avec le 7h52) de ce train direct tombera avec un arrêt à Vernon (+ 6 minutes) et donc un déport d'une partie des voyageurs vers le 7h26 saturé.
Il s'agit aussi pour la population des voyageurs Cadres / Cadres supérieurs d'avoir un réel confort 1ère classe Corail eu égard du prix du forfait 50% plus élevé que celui de 2nde classe. Il s'avère que le nombre de places disponibles en 1ère classe dans le 7h26 d'aujourd'hui est insuffisant. Des abonnés 1ère classe voyagent donc en 2nde classe en V2N.
Le Collectif est satisfait de la réponse de la SNCF et a demandé à ce que la question du train de 7h59 soit tranchée rapidement pour pouvoir divulger une information définitive aux usagers de Rouen.
 
L'offre pourra être revue et même les temps de parcours réduits lorsqu'il y aura les voies dédiées au traffic grandes lignes entre Paris et Mantes la Jolie. Il devient donc urgent que les travaux d'infrastructures tant attendus commencent, c'est l'enjeu de demain.
 
2. le confort 1ère classe TER 2N NG
Toujours sur le sujet 1ère classe, le confort dans les rames TER 2N NG est loin d'être celui des Corail et des V2N à cause principalement de 2 sièges cote à cote.
Lors de la réunion du 9 mars avec la SNCF, la même question avait été posée par le Collectif. Normalement, les trains directs seront en rames Corail. On va donc vérifier les compositions de rames.
 
3. l'arrêt à Gaillon du train en partance de Rouen à 6h49
Le Collectif a rappelé que le nouveau cadencement n'a rien apporté le matin aux voyageurs en gare de Gaillon Aubevoye aux heures de pointe : 7h01 remplace le 6h52 et le 7h32 le 7h30. Il y a bien un train à 8h01 mais qui arrive à 9h08 et peu utilisé. Le nombre d'usagers a augmenté puisque les parkings aux alentours de la gare sont saturés et des aménagements récents des abords ont été réalisés pour éviter que les voitures ne stationnent sur les trottoirs.
Le Collectif demande donc à nouveau à la région et à la SNCF à ce que le train en partance de Rouen à 6h49 fasse un arrêt à Gaillon. Cet arrêt entrainerait un décalage de 4 minutes au pire.
Les arguments :
L'ancien 6h52 était un corail en V2N avec arrêt à Vernon et Mantes la Jolie. Le 7H01 (plus prisé que le 7h32) est en TER avec des arrêts à Bonnières et Rosny sur Seine. A Mantes la Jolie, il y a surchage et des usagers debout.
Des sondages récents montrent qu'un train entre 7H00 et 7H30 serait le bienvenu et pourrait décharger le 7h01. Le Collectif a indiqué à M. LEFEVRE, représentant la SNCF, que le 6h49 fait un arrêt à Gaillon/Aubevoye quand le 7h01 est supprimé et que toute le monde a une place assise même à Vernon dans le Corail et même qu'il arrive à l'heure prévue à Paris (et pas qu'en temps de grève !). Donc impossible pas SNCF. Le Collectif relance donc le sujet et va transmettre une nouvelle requête cette semaine à la SNCF, avec copie pour information pour la Région, s'agissant d'un train en offre Corail Intercités.
 
Le Collectif a rappelé aussi la vétusté de cette gare, comme celle de Val de Reuil.
 
Hors réunion : Benoit MEURIE a rencontré le 9 mars l'adjoint au Maire d'Aubevoye pour connaître l'état d'avancement du dossier qui regroupe plusieurs intervenants : la communauté de communes, SNCF, RFF et la Région Haute Normandie, la gare de Gaillon/Aubvoye étant une gare Régionale. Tout n'est pas ficelé à ce jour. Vous disposez de photos sur ce site montrant les quais, passerelle en fer.
 
4. la tarification SNCF en complément de la carte Orange
Grand sujet ! le Collectif a posé la question à la Région le 20 février et à la SNCF le 9 mars. Le Vice Président de Région, qui présidait la conférence, a indiqué qu'une réunion de 8  régions était prévue sur le sujet de la tarification SNCF en Ile de France et régions voisines. En effet la tarification en vigueur en Picardie "PASS PICARDIE" s'appuie sur une part importante de financement par la Région Picardie et ne peut être mise en place en Normandie. Ce sujet a été déjà évoqué en 2007 à l'occasion de réunion avec la SNCF.
 
5. la réouverture de la ligne Rouen Evreux
Où en est la question du traitement des passages à niveaux imposé par le ministère en charge des transports lors des réouvertures de lignes ?
Apparemment, il y aurait un peu de souplesse prévue donc dossier toujours en lisse.
 
D'autres sujets très intéressants comme la régularité, les travaux prévus entre Mantes la jolie et Vernon, les aménagements des gares ont été évoqués. Nous mettrons en ligne le compte rendu officiel dès qu'il sera porté à notre connaissance.
 
 
Comments