Crédit à la Consommation au Maroc

Vous souhaitez bénéficier d'un crédit à la consommation et répondre à vos besoins les plus pressants.

Credit Consommation Maroc

Liens Partenaires :

Prêt Caf
Marokkaanse Jurken
Maillots 2007
Musculation

Sélection de site "Credit Comsommation au Maroc"


Wafa Salaf : Vous souhaitez bénéficier d'un crédit à la consommation et répondre à vos besoins les plus pressants. Le Site de Wafa Salaf vous aide à concrétiser vos rêves les plus légitimes

http://www.wafasalaf.ma

Wafa Immobilier : Le site du financement immobilier

http://www.wafaimmobilier.com 

Wafa Belgique : La banque des particuliers et des professionnels

http://www.wafabank.be

Maghrebail : le leasing en tête. Maghrebail vous aidera à trouver le financement le mieux adapté à vos projets d'investissement mobiliers et immobiliers, à usage professionnel
http://www.maghrebail.co.ma


Crédor : société de crédit à la consommation

http://www.credor.co.ma

Crédit à la consommation au Maroc

Tout se jouera sur le différé de paiement
 
· Vacances, rentrée, Ramadan, Aïd…

· Quatre événements pour la période de pointe


· Le taux est-il un élément secondaire dans le choix du crédit?


Le budget du Marocain moyen sera mis à rude épreuve durant les trois mois à venir. A peine sortis de la période estivale, les bourses des ménages seront traquées par une suite d’événements aussi «coûteux» les uns que les autres: la rentrée scolaire, les dépenses excessives de Ramadan et, tout de suite après, le mouton de l’Aïd et ses gros frais annexes.
Cette succession d’événements représente la période de pointe chez les sociétés de crédit consommation au Maroc. Eqdom, leader ex æquo du secteur avec Wafasalaf (30% de part de marché chacun), réalise jusqu’à la moitié de son chiffre d’affaires au cours de cette période.
Cette année, en raison du chevauchement des quatre événements dans un laps de temps aussi réduit, les opérateurs du secteur jouent sur les différés de paiement pour remettre le début du remboursement à la fin de cette période difficile. «Dans des cas pareils, les clients souscrivent généralement à un seul crédit pour couvrir deux ou plusieurs événements», explique, d’emblée, Pierre Adam directeur de développement commercial de Wafasalaf.
Dans le détail, les deux plus importants opérateurs du secteur (Wafasalaf et Eqdom) ont réalisé une période estivale satisfaisante. «Les clients sont de plus en plus intéressés par les crédits vacances. C’est un produit qui promet beaucoup de succès pour les années à venir», précise Adam. La foire du tourisme tenue l’été dernier à Casablanca était d’ailleurs une occasion privilégiée pour présenter les offres relatives à cet événement. Pour les voyages à l’étranger, les sociétés de crédits sont de plus en plus nombreuses à nouer des partenariats avec les agences de voyages. Wafasalaf propose même des formules dédiées au Hajj. Le tourisme interne est financé par des crédits non affectés (prêts en argent liquide). «Les montants octroyés varient généralement entre 10.000 et 15.000 DH. Ils s’étalent sur des échéances réduites pour ne pas s’étendre sur deux périodes estivales successives», explique Mehdi Khlifa, directeur commercial d’Eqdom. Reste que ce produit est pratiquement réservé aux catégories socioprofessionnelles aisées.
Tout de suite après la fin des vacances, les sociétés de crédits se sont attaquées à la rentrée scolaire. Les formules proposées mettent en valeur les différés de paiement en vue d’atténuer l’effet des dépenses imminentes de Ramadan. «Cela permettra aux clients de ne payer la première traite qu’en janvier», indique Khlifa. Les crédits alloués durant cette période sont généralement non affectés et peuvent couvrir deux ou plusieurs événements. Les montants demandés sont, de ce fait, plus conséquents (entre 15.000 et 25.000 DH en moyenne). Outre ces formules, plusieurs magasins notamment ceux des meubles en kit se bousculent pour offrir des crédits (Crédit consommation au Maroc) gratuits sur les produits destinés aux enfants.
Par ailleurs, les formules de crédits affectés (destinés à financer un bien) prévues pour le Ramadan porteront sur de moindres volumes (entre 5.000 et 10.000 DH). Là aussi, le différé de paiement joue un rôle déterminant en raison du rapprochement avec la rentrée et l’Aïd. L’essentiel des crédits affectés durant cette période concerne l’électroménager brun (téléviseurs, récepteurs numériques…) et les meubles, surtout le salon marocain.
Mais cela suffit-il pour couvrir les dépenses de Aïd Al-Adha? les crédits affectés durant cette période sont généralement destinés à l’achat du mouton. C’est pour cela qu’ils ne vont pas dépasser 10.000 DH sur une durée généralement inférieure à un an, pour ne pas empiéter sur l’année suivante. Le rush sur l’électroménager blanc est couvert, entre autres, par des crédits sans intérêts.

· L’effet taux, Credit Consommation Maroc :


Ainsi, les deux directeurs commerciaux ne peuvent pas évaluer la rentabilité de chacun de ces événements. Cela dépend, selon eux, du contexte de consommation de chaque année. «En termes de production de crédit, nous pouvons dire que l’Aïd et la rentrée génèrent plus de chiffre d’affaires que Ramadan et les vacances», estime Khlifa.
«Mais, finalement, il n’y a que 10% des clients qui adhèrent directement aux offres préétablies de crédits non affectés», affirme le directeur du développement commercial à Wafasalaf. L’essentiel du travail est fait au niveau des agences, où le personnel du front-office œuvre pour adapter les montants de crédit, "Credit Consommation Maroc" les échéances et les mensualités aux besoins de la clientèle. Le taux et les différés de paiement étant des éléments standard qui s’appliquent quelle que soit la formule. «Durant ces périodes promotionnelles, les sociétés de crédit proposent des taux inférieurs au plafond réglementaire (12,9% ndlr)», assure le directeur commercial d’Eqdom. Ceci dit, les responsables commerciaux d’Eqdom et Wafasalaf sont unanimes à dire que le taux demeure un élément secondaire dans la décision de prendre crédit. Selon eux, les clients s’intéressent avant tout à l’adéquation des solutions proposées, en termes de montant et de délais, avec leurs besoins. «La qualité de services joue également un grand rôle dans la motivation et la fidélisation de la clientèle», ajoute Khlifa. Mais comment en convaincre les fonctionnaires et les salariés de la classe moyenne, dont la plupart considèrent le crédit comme un fardeau et non une solution? «Le taux d’intérêt appliqué n’est pas aussi pénalisant qu’il en a l’air. Par exemple, un crédit de 10.000 DH sur un 36 mois ne génère que 40 DH d’intérêts par mois, ce qui reste largement supportable», explique Khlifa. De plus, le plafond appliqué (12,9%) au Maroc est nettement inférieur aux standards européens et internationaux qui avoisinent ou dépassent parfois 20%, pour certaines catégories de crédit. N’empêche qu’ils peuvent descendre jusqu’à 3 ou 4% si le risque n’est pas important.
L’élaboration des offres dépend aussi du contexte et de la chronologie des périodes de ferveur de la consommation. Pour les crédits affectés, l’arrangement des offres se fait en concertation avec les distributeurs. «Les deux parties font des concessions mutuelles pour élaborer des offres sans intérêts où nous facturons pratiquement le coût de revient», note Khlifa. Les formules relatives aux crédits non affectés sont élaborées à la lumière des remontées d’informations et d’études de satisfactions récurrentes.