Appel à communications

 
L’oeuvre d’Eugenio Coseriu (1921-2002) est restée relativement méconnue en France — notamment pour des raisons linguistiques, l’essentiel de son œuvre ayant été rédigé en allemand et en espagnol. L'ouverture récente des archives Coseriu, la réédition de textes importants et de nouvelles traductions françaises invite à (re)prendre la mesure d’une entreprise majeure de la linguistique européenne de la seconde moitié du XXème siècle. Ce colloque ambitionne ainsi de revenir sur les apports du linguiste et de témoigner des prolongements et échos que ses propositions rencontrent aujourd'hui. Sans exclure les domaines de la typologie linguistique et de la grammaire, on donnera priorité aux propositions investissant les domaines de la sémantique lexicale, de la linguistique du texte et de la philosophie du langage.

Axe 1. Les communications pourraient interroger la sémantique structurale que Coseriu a élaborée à partir des années 60 : synthèse linguistique de l’épistémè différentielle saussurienne, des propositions de l’entre-deux-guerres sur les champs conceptuels (L. Weisgerber, J. Trier), et des perspectives onomasiologique et sémasiologique, la lexématique a fait l’objet d’un développement permanent, étendant son objet du système aux normes et progressant ainsi vers une sémantique de la parole. Les interventions traiteront par exemple,

• des relations de la lexématique aux autres modèles de sémantiques structurales ;

• des relations entre la lexématique et les sémantiques cognitives (avec par exemple des études comparatives des modèles sur un même objet) ;

• d’une reprise possible des fondamentaux de la lexématique dans la perspective d’une sémantique des textes (ou de la parole) ;

• des modèles couplant la lexématique avec la conception énergétique qui sous-tend la linguistique cosérienne.

Axe 2. Alors que l'objet texte occupe aujourd'hui une place à part au sein des sciences du langage, la linguistique du texte définie par Coseriu (1955) sera d'emblée conçue comme une part nécessaire car intégrante d'une linguistique de l’activité de parler. Elle complète ainsi au plan individuel une linguistique des langues historiques qui détermine à son tour une linguistique de la parole en général. Mais si cette originalité mérite d'être reconsidérée c'est surtout que les deux linguistiques du texte reconnues par Coseriu — une linguistique du sens, considérée comme prioritaire, et une grammaire transphrastique, qui élargit l’analyse traditionnelle au palier textuel — ont connu un développement séparé qui aura surtout profité à la seconde. À cet égard, la réflexion pourrait chercher à éclairer :

• comment la linguistique du discours se positionne aujourd’hui dans un tel cadre épistémologique ;
 
• les résonances de la linguistique du sens cosérienne dans les travaux actuels de sémantique des textes ;
 
• de quelle manière la conception cosérienne pose les questions du sens et de l’interprétation à la description linguistique ;
 
• les rapports de cette linguistique du texte à la stylistique, l’herméneutique philologique ou la traductologie ;

Axe 3. Les cours sur la philosophie du langage sont enseignés par un linguiste qui refuse tout cloisonnement entre la science et la philosophie. Dans l’oeuvre, la référence à Humboldt apparaît également symptomatique d’une réflexion qui lie questionnement philosophique et formulation des problèmes linguistiques. Dans cet esprit, si l’entreprise historiographique de Coseriu offre en soi un objet d'étude légitime, il est souhaité que les interventions problématisent surtout ce que, dans leurs principes mêmes, les domaines mentionnés et les thèses cosériennes en général, doivent à la philosophie du langage.
 
 
Conférenciers invités : 
 
J. Albrecht (Université d'Heidelberg, Allemagne)
J.-P. Durafour (Université de Tübingen, Allemagne)
G. Haßler (Université de Potsdam, Allemagne)
J. Kabatek (Université de Tübingen, Allemagne)
P. Koch (Université de Tübingen, Allemagne)
O. Loureda (Université de La Corogne, Espagne)
F. Rastier (CNRS, Paris) 
 
Durée des communications : 30 mn maximum.
Langues de travail : Français, Anglais.

Lieu : Salle des professeurs, Faculté de Lettres et sciences humaines

Limite d'envoi des propositions : au plus tard le 15 AVRIL 2007
 
 
Les propositions de communication (titre et résumé de 2000 signes maximum, bibliographie comprise) sont à envoyer à cosaix2007@gmail.com. Réponse sera donnée avant le 15 mai 2007.