Corrigé bac STG 2013 Economie Droit

Retrouvez le sujet et le corrigé de l'épreuve d'économie-droit du BAC STG 2013 après les épreuves sur : https://sites.google.com/site/bacstmg/

Rejoignez moi sur mon groupe !

En attendant, entrainez vous avec le sujet de 2012

Sujet du bac STG Economie droit - Métropole 2012 : site Ecogesam
Sujet du bac STG Economie droit - Centres étrangers (Espagne, Maroc) 2012: site Ecogesam
Sujet du bac STG Economie droit - Pondichery 2012 : site Pondichéry

CORRIGE DU SUJET DE BAC STG ÉCONOMIE DROIT - MÉTROPOLE 2012



Éléments de corrigé sur le développement structuré :

La réduction des déficits publics favorise-t-elle la croissance économique ?

 Introduction

 Exemples d’accroches

- Opposition récente entre François Hollande et Angela merkel sur les politiques économiques à mener dans l’UE

- Après un dérapage des déficits publics dans les différents pays de l'union européennes Politiques de rigueur menées pour surmonter la crise sont aujourd’hui remises en cause (réduction des déficits publics entre 2010 et 2011).

- programme de réduction des déficits annoncé par les candidats à la présidentielle

- ou toute autre accroche reliée au sujet

 

Définition des termes du sujet

Déficits publics :

Ils désignent pour une année donnée des dépenses publiques supérieures aux recettes publiques.

Il s’agit du déficit de L’Etat, des collectivités territoriales et des organismes de Sécurité Sociale.

La réduction des déficits publics provient donc mécaniquement soit d’une baisse des dépenses publiques, soit d’une hausse des recettes publiques (qui proviennent pour la plupart de la fiscalité).

 Croissance économique :

Croissance de la production d'une économie sur le long terme. Elle se mesure par le taux de croissance du PIB.

 Problématique

 Annonce du plan :

 xxxxx

I. La réduction des déficits , une politique qui freine sur la croissance économique

A. La baisse des dépenses publiques ne favorise pas la croissance économique

1. A court terme

 Selon une approche keynésienne, l’augmentation des dépenses publiques doit avoir un effet sur la consommation et sur les investissements qui sont les deux moteurs de la croissance économique. En effet, en réponse à la hausse de la demande, les entreprises augmente leur production.

A l’inverse, une réduction des dépenses publiques correspond à une politique de rigueur au niveau conjoncturel : en contractant la demande, cela doit limiter la croissance économique.

2. A long terme

La baisse des dépenses de l'Etat compromet les politiques structurelles (infrastructures, innovation, formation) dont les effets sont bénéfiques pour la croissance à long terme

 B. L’augmentation des recettes publiques contracte la croissance

1. Hausse de la fiscalité et baisse de la consommation des ménages

Pour les ménages, la hausse de la fiscalité réduit le revenu disponible et donc la demande, qui constitue le principal moteur de la croissance économique

2. Hausse de la fiscalité et baisse des investissements des entreprises

Pour les entreprises, la hausse de la fiscalité pèse sur les coûts et les investissements. Cela pénalise leur compétitivité

Ces deux éléments montrent que la fiscalité peut freiner la croissance économique.

Exemple : augmentation récente de la TVA, baisse de la consommation

 Transition

II. La réduction des déficits publics peut toutefois assurer la croissance de demain

A. Éviter la crise de la dette publique et sauver l’euro

Si les politiques keynésiennes ont montré leurs effets à court terme (effet conjoncturel), le recours systématique au déficit public alimente la dette publique, ce qui étrangle la croissance.

En effet, la dette publique atteint aujourd'hui plus de 80 % du PIB en France, plus dans d'autres pays de l'Union Européenne. Le deuxième poste de dépense de l’État correspond au service de la dette (intérêts d'emprunts). Les contraintes imposées par les dettes publiques des différents États mettent en péril leur croissance de demain.

Il est donc nécessaire de contenir l'effet boule de neige de la dette afin de pouvoir envisager une croissance saine.

Le financement de la dette est de plus en plus coûteux pour les Etats, cela créé des tensions sur les taux d'intérêt et risque de se répercuter sur les ménages et les entreprises.

Cela engendre aussi des tensions sur l'euro. (là on est plus dans le programme)

B. Miser sur une politique libérale

Selon les idées libérales, l’État ne doit pas recourir au déficit public et doit miser sur une croissance saine.

Conclusion
Résumé des principaux arguments
Le déficit public peut être utilisé de façon conjonturelle mais de façon structurelle, il constitue une menace pour la croissance. La réduction des déficits est donc une condition à la réalisation d'une croissance saine et qui ne mettra pas en difficulté les générations futures en contenant la dette publique.
Ouverture : c'est le problème de l'oeuf et de la poule (très perso la conclusion non ?)
Dans un contexte de crise, le recours aux déficits doit il être envisagé afin de relancer la croissance qui est indispensable à la réduction de la dette publique
Ou alors faut il commencer par réduire le déficit pour espérer retrouver la voir de la croissance ? Il semble qu'au sein même de l'Union Européeenne les avis divergent, mais F Hollande commence à faire entendre ses idées en faveur d'une politique de relance de la croissance.

Éléments de corrigé sur la partie analytique :
C'EST LA !
Le corrigé officiel du sujet 2012 de métropole est disponible sur le site ecogesam
http://www.ac-aix-marseille.fr/pedagogie/upload/docs/application/forcedownload/2012-06/ed-12-c.pdf

Un Site utile pour réviser l'épreuve d'économie droit
Le site RéViZaide : http://corinne.zambotto.free.fr





































Comments