~ Par la future LGV Montpellier-Perpignan

  
Quant à défigurer nos paysages... autant y aller aussi d'une ligne à grande vitesse !
 
 
 Une "belle" (sic) ligne à grande vitesse qui viendra ajouter aux charmes de nos plateaux déjà embellis de lignes électriques, de carrières et d'éoliennes...
  

 
Nous nous rendons aux réunions de concertation organisées par RFF sur l'Aude et les P.O et sommes consternés tant par les arguments présentés que par la passivité des participants...
Ainsi cette ligne nouvelle permettra le développement économique de la région Languedoc-Roussillon ? Ainsi est-il prévu le passage d'un train toutes les 5 minutes d'ici 2020 ? Ainsi les milliards d'investissements - dont les 3/4 à la charge du contribuable - sont-ils justifiés ?
 
L'intervention du président de l'association Corbières portait sur :
  • la perte irrémédiable de la valeur des habitations situées à proximité,
  • le fait que cette ligne permettra aux parisiens, notamment, de rejoindre Barcelone sans s'arrêter dans les villes de la Région,
  • la concurrence commerciale induite et accrue des producteurs espagnols, principaux bénéficiaires de la ligne de fret vers Paris,
  • les coûts d'un investissement incohérent avec le marasme économique actuel et les efforts financiers demandés à chaque citoyen français
  • les atteintes irréversibles au patrimoine naturel de la Région et à leurs conséquences sur la fréquentation touristique
Effectivement, n'aurait-il pas été plus juste, plus cohérent de moderniser nos lignes actuelles...
 

Télécharger le manifeste ci-dessous
 

 
 
Télécharger la lettre ouverte envoyée le 1er juin 2011 aux élus du Languedoc-Roussillon et aux membres du Gouvernement
 
 

lettre ouvertE contre les projets de lignes nouvelles TGV

 

à

Monsieur le Président de la République

Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement

Mesdames et Messieurs les élus locaux

 

 

Le rapport parlementaire de Monsieur Hervé Mariton relatif au Schéma gouvernemental de nouvelles infrastructures de transport (SNIT) vient confirmer les critiques émises par nombre - de plus en plus important - d’associations, de syndicats, d'élus et de citoyens quant à l'opportunité financière, économique et environnementale de construire une quinzaine de nouvelles LGV pour un total de 103 milliards d'euros dans les trente ans à venir.

 

Le choix de privilégier de nouvelles lignes plutôt que de rénover le réseau existant est au centre de notre opposition comme des critiques émises par M. Mariton. Les futures LGV - qui représentent 70 % des sommes engagées pour le ferroviaire - présentent une rentabilité sujette à caution du fait de l’évidente surestimation des projections de trafic, et nécessitent, par ailleurs, de mobiliser des fonds publics jusqu’à 90 % des dépenses prévues. Ainsi, M. Hervé Mariton rappelle que « le faible niveau d'autofinancement de ces investissements par le système ferroviaire via les redevances d'infrastructures est un indice important du faible bénéfice socioéconomique prévisible et devrait inciter à rééquilibrer le SNIT vers les investissements de maintenance et de renouvellement du réseau existant » ; ce que les signataires de la présente affirment depuis longtemps auprès de toutes les instances décisionnaires et au sein de toutes les instances participatives de ces projets.

Sachant qu’en l’état actuel du réseau ferroviaire, la dette de la SNCF pourrait déjà passer d’ici peu de 6,2 milliards à 17,5 milliards d'euros et celle du gestionnaire du réseau RFF de 29,9 milliards (en 2010) à 34,6 milliards (en 2025), quelle justification économique à l’alourdissement de ces passifs du fait d’investissements manifestement non rentables ? Il serait alors à considérer que le gouvernement valide une gabegie d’autant plus inacceptable, qu'en totale contradiction avec les principes du Grenelle de l'Environnement, elle conduit à l'artificialisation évitable de 440 kms2 de territoire supplémentaire et de milliers de kilomètres de coupure de trames vertes et bleues.

Car, les autres points qu’il nous paraît essentiel de rappeler quant aux motifs de l’opposition manifestée par une population de plus en plus mobilisée, sont la dégradation irrémédiable de la qualité de vie des riverains des zones impactées par la création de ces lignes nouvelles ainsi que la destruction d’un riche patrimoine environnemental agricole ou naturel (voire protégé) dans des régions reposant sur une économie principalement liée au tourisme.

 

                La création de voies nouvelles avec, pour les territoires traversés, toutes les nuisances sans le moindre avantage en termes de dessertes ou d’emplois n’étant pas tolérable localement, nous espérons donc que vous soutiendrez les voix de la raison économique et de l’intégrité environnementale qui s’élèvent de toute part et militerez avec elles pour la seule modernisation des lignes existantes.

                Nous vous prions d’agréer, Mesdames et Messieurs les élus, l’expression de notre considération distinguée.

 

 

 

Association CORBIÈRES


 
 
 

Et voilà !

Le "toujours plus" en matière d'intérêts financiers, le "toujours moins" en matière d'environnement.
Vous avez dit GRENELLE ? Non, mais vous rigolez ?!
  
Moi pas du tout, tout au contraire : la liquidation à tout va de notre patrimoine naturel est à désespérer des hommes,
à faire désespérer ceux de "bonnes volontés".

 

Conséquences sur le paysage, extraits d'un très bon site basque : http://www.voiesnouvellestgv.webou.net/accueil.htm

Photos d'une ligne de TGV en construction prises entre le Boulou et Perpignan.

Avant de cette maison , on voyait la montagne, maintenant on voit ça :
Une ligne de TGV

Sachant qu’un TGV n’accepte pas les côtes de plus de 3,5 %, la technique utilisée pour le faire passer est celle du déblai-remblai : on rabote les collines et avec les déblais récupérés on comble le vallon qui se trouve derrière…

Le futur paysage des Corbières devrait ressembler à ceci...
Tranchée d'une voie de TGV                   Terrain saccagé pour un pont pour le TGV

 A voir sur ce même site, un diaporama présentant une simulation très instructive... http://www.voiesnouvellestgv.webou.net/document/AHTDurango.ppt


 
 
Si vous souhaitez aller plus loin :
 A lire, notamment le point 4 ou le cynisme sénatorial.... :  http://www.senat.fr/rap/l96-253/l96-2534.html
 
Et des documents très "parlants"... sur l'excellent site : http://accril.fr/spip/spip.php?article107
ACCRiL : La coordination Landaise pour le TGV, à vitesse raisonable, sur voies existantes rénovées et la protection des riverains et contre le projet déraisonnable de voies nouvelles LGV
------------
 
  
 

Ċ
corbieres maritimes,
6 juin 2011 à 03:13