Protéines anabolisantes ou anti-catabolisantes

Protéines anabolisantes ou anti-catabolisantes

En termes généraux, les protéines anabolisantes sont dites à actions rapides et regroupent les whey et les acides aminés. Les protéines à digestion lentes sont les protéines anti-catabolisantes et font référence à la caséine. La différence entre ces deux catégories est surtout caractérisée par la vitesse d’absorption intestinale et de l’entrée dans le sang de leurs acides aminés.

A l’instar du phénomène de montée d’insuline plasmatique lors de l’ingestion de glucides, les protéines semblent provoquer une montée d’une autre hormone nommée glucagon. L’insuline est l’hormone responsable du maintient de la glycémie dans le sang en exerçant une action hypoglycémiante (elle diminue le taux de sucre pour le ramener à sa valeur normale) alors que le glucagon provoque l’effet inverse ; c’est ce qui explique en partie l’effet de satiété des protéines puisque le glucagon augmente la valeur de la glycémie en libérant dans le plasma le glycogène stocké dans les différents tissus (on ne ressent pas la faim lorsque notre taux de sucre dans le sang est élevé).

Lors de tests en laboratoire, les résultats ont démontré que 4h30 après la prise de whey protéines, le niveau d’acides aminés est retombé à un niveau normal alors qu’avec le groupe caséine, le délai s’est vu considérablement rallongé par rapport au premier !
Toujours selon les résultats, la whey protéine a augmenté la vitesse de synthèse des protéines de 68% mais attention toutefois car cela ne correspond pas du tout au pourcentage d’élévation de l’anabolisme musculaire uniquement!! L’anabolisme est général et concerne toutes cellules (tissus osseux, musculaires et tégumentaire).

La caséine quant à elle n’a élevé l’anabolisme général que de 31% mais par contre a ralenti la dégradation des protéines de près de 34%, ce qui renforce son utilisation en tant que protéine anti-catabolisante. La lenteur d’assimilation de la caséine s’explique par le fait qu’une précipitation se forme dans l’estomac lorsque cette dernière entre en contact avec un milieu acide ; le consommateur n’a donc pas besoin d’enchaîner les prises de protéines d’une manière aussi fréquente qu’avec la whey.

La caséine est donc conseillée le soir avant d’aller se coucher pour éviter le catabolisme engendré par une nuit de sommeil – catabolisme provoqué par une montée de cortisol (hormone qui agit de manière quasi-similaire au glucagon) – et la whey protéine devrait être consommée juste après l’entraînement pour soutenir la croissance musculaire, voire le matin au réveil.

Vincent L.
Nutritionniste


www.lesproteines.com  
Comments