TÉMOIGNAGES

http://compagnie-alouette-acm-ballet.donnerenligne.fr/

accueil historique une démarche innovante  actualités partenaires  reconnaissance contacts/faire un don 

_________________________________________________________



Membres de structures hospitalières

[…] Il m'est très facile de souligner la qualité de votre démarche artistique, qui se nourrit d'une recherche fine de contact sensoriel avec votre public. […] Vous dansez, faites danser, faites rêver de danser ceux qui savent, ceux qui ne savent pas, ceux qui peuvent, ceux qui ne peuvent pas; comme en attestent les nombreux témoignages que j'ai pu recueillir auprès du personnel, des patients, des familles. […] Vous savez adapter votre spectacle à l'état de santé des patients et ne pas troubler le fonctionnement du service. Vous êtes les bienvenus dans nos unités; mieux : vous y êtes très attendus et reconnus par tous.[...] A titre personnel, et en quittant le ton professionnel, je tiens à vous remercier pour votre engagement humain et de proximité, si précieux dans un univers devenu trop virtuel, où nous avons tous besoin d'optimisme et de fête. Je vous souhaite un long et beau cheminement dansant.

Tout d'abord on lit dans les yeux des patients, même avertis de la venue des danseurs, une énorme surprise, ou de l’étonnement, voire comme un sentiment d'incongruité produit par l’irruption de la musique et de la danse dans leur chambre. Dans ce lieu de soin, où l'on est là par nécessite, tout à coup vient cette possibilité de s'évader psychiquement. Il se produit comme un agrandissement de l'espace, et par la force de l'imaginaire, le patient n'est plus, le temps du spectacle, un patient dans sa chambre d'hôpital, mais un spectateur actif et désirant dans une salle de spectacle. C'est une place faite à l'accessoire, la légèreté, une joie de vivre souvent oubliée parce que le corps ne répond plus comme avant. Par tous ces canaux infra verbaux, le regard, la musique, la grâce des mouvements, circule une énergie insoupçonnée qui permet au patient de recontacter en lui son aspiration au plaisir.

La chambre d’ordinaire est un lieu de soin, les danseurs ont amené du vivant, le monde extérieur. Les patients voulaient, malgré leur handicap, avoir une intimité présentable. Ce fut un défi, une mission du jour. D'ordinaire, rien ne leur permet cet objectif, ce projet.

La petite équipe de danseurs a la note juste, le geste léger, le sourire beau et discret. Tous les quatre savent établir un contact, ils n’oublient pas les personnes d’une fois à l’autre. Leur présence au sein d’une Unité de soins palliatifs est essentielle car ils participent à l’accompagnement des malades d’une manière très efficace. Ils ouvrent une fenêtre sur la vie qui pour certains se referme sur eux comme une trappe. Ma gratitude est grande car dans une société où la mort est parfois renfermée dans une arrière-boutique, ici c’est la vie qui traverse la mort, naturellement, simplement. MERCI au nom de tous ceux et celles encore vivants mais aussi au nom de tous ceux et celles qui ont emporté au ciel ce dernier message de la terre.

Merci pour tout. Votre prestation a été une réussite et un vrai moment de bonheur pour les résidents et aussi pour nous, acteurs de soins. Nous posons un regard tellement différent sur les patients que nous découvrons autrement, alors qu'avec nos blouses nous stéréotypons, sans nous en rendre compte, nos actions auprès d'eux. C'est très ressourçant.

Je tiens au nom de l’équipe à vous remercier pour votre superbe travail. En effet votre venue au sein de notre unité a permis aux patients de profiter d’une grande et sublime évasion. Durant toute votre représentation, leur visage était ébloui, transformé comme par magie, et rempli d’émotion. J’ai vraiment eu l’impression que vous leur aviez apporté un grand moment de vie sur un plateau d’argent.

C'est vraiment bien ce que vous faites et ne croyez pas qu'ils n'ont rien retenu, ils vont le garder avec eux longtemps et le revivre. Ils peuvent être inexpressifs, c'est leur pathologie qui les fige mais la perception est bien présente n'en doutez pas. Merci pour eux

Merci beaucoup d'être venus danser pour les patients (et pour nous aussi du coup!), c’était un très beau moment, et nul doute que cela les aide à aller mieux tout autant que la prise en charge médicale.

Alors la danse coule et éclabousse un peu, comme un éclat de rire, léger sur des musiques et des chansons d’amour qui évoquent les joyeux souvenirs. «Vous avez reconnu ?» interroge un danseur ?
Les couples de danseurs sont complices, leurs regards, leurs mimiques animent leur jeu… les musiques, les rythmes, les costumes, les figures changent, les gens entraînés dans l’élan, battent la mesure… Parfois le danseur sollicite la complicité du spectateur par un geste dans sa direction, une expression…
Le spectacle est long et court à la fois. Long parce qu’il a le temps de rassasier le cœur, un peu plus court qu’un spectacle de cabaret pour s’ajuster aux capacités d’attention de cette population. Mais est-ce une population particulière ? J’ai pour ma part la même sensation de joie que si j’étais allée avec des amis voir un bon spectacle à Paris. Joie amplifiée par la perception de cette présence attentive d’une assemblée qui, ici et maintenant, pour un court moment, se reconnecte à sa vitalité profonde.

Les soignants sont étonnés de ce que sont capables de faire des patients qui semblaient ne plus pouvoir bouger ni sourire.

L'importance de cette action? Elle se voit dans le regard des patients, qui sont transformés. Nous avons du mal à reconnaitre certains d'entre eux. Ils vont avoir un éclair dans le regard ou un sourire que nous n'avions pas vu depuis longtemps, même s'ils nous sourient aussi.

Une cadre de santé, en train de vérifier des budgets dans son bureau. Nous circulons. "Quel bonheur d'entendre votre musique. Tout à coup, on se dit que les choses ne sont pas si compliquées."

Les patients sont calmes. Vous ne  pourriez pas revenir en soirée ? (Une infirmière, dans une unité Alzheimer).

Pour nous, c'est un complément. Il y a des personnes pour lesquelles nous ne trouvons pas la clé pour entrer en communication. La danse est un élément extérieur, non médical, non verbal. Une façon de parler d'autre chose que des traitements, un outil, un support d'échanges. 

La compagnie ACM Ballet, toujours ponctuelle et discrète, a su s'adapter au cadre particulier de la neurologie en respectant les consignes du service de soins. Les danseurs sont à l'écoute des patients et de leurs désirs, anticipant à chaque fois leur prochaine intervention. [...] Dans les chambres, ils s'adaptent parfaitement à la configuration de façon à ce que, même en chambre double, les patients en profitent pleinement. Tout cela témoigne d'un grand professionnalisme et d'un grand respect de la personne.

Animatrice depuis de nombreuses années, je suis toujours sidérée de la faculté que vous avez d'apaiser un grand nombre de nos patients hospitalisés dits agités. La nouvelle expérience que nous avons menée ensemble cette année au chevet des malades atteints de sclérose latérale amyotrophique, qui ne peuvent bénéficier des autres activités de par leur pathologie, fut très appréciée. Soignés et soignants ont passé une excellente journée grâce à vous. Encore un grand merci.A bientôt !

Merci pour vos regards, les sourires vers eux et entre vous.

Un spectacle plein de finesse, tout en émotion. Merci, c’était superbe.

Je tenais à vivement vous remercier pour vos interventions. Les retours sont extrêmement positifs. Pour les patients vos passages ont eu valeur de temps suspendu et de plaisir. Le personnel, pas toujours prêt à la nouveauté s’est très bien fait à votre présence. L’enthousiasme est général.

En chambre, dans les couloirs, en salle à manger, rien ne les arrête. Ils  s’envolent, voltigent, pour le plus grand bonheur de la personne visitée. A la vue des costumes, des silhouettes, des tutus, la mémoire revient, les confidences,les souvenirs d’enfance, amènent larmes, et sourires. Chacune de ces interventions semble extasier nos résidents et, cerise sur le gâteau, après chaque prestation, danseurs et danseuses prennent le temps de parler, d’écouter, d’être dans l’empathie. Quand l’art véritable entre dans l’hôpital, l’Être revit et le respect s’installe.

Au travers de la danse, le corps souvent source de souffrance reconquiert une image positive et de plaisir. Les minis chorégraphies effectuées ensemble (patients + danseurs et parfois soignants) permettent une reprise de conscience du corps et de l'apparence qu'on lui donne.

Les venues régulières de la compagnie ACM Ballet ont toute leur utilité dans le système de soins apporté aux patients. Elles apportent plaisir et stimulation. Elles sont une ouverture sur la vie et ce qui peut encore être partagé ensemble. 

Ce que vous apportez au sein des hôpitaux et pour les personnes âgées, ce n'est pas seulement de la danse, c'est de l'humanité, c'est la vie...  Il y en a tellement besoin, et nous animateurs, nous en donnons tellement pas assez, que, quand des gens comme vous arrivent, nous reprenons un peu espoir.

Le spectacle transporte les personnes dans un autre univers. les corps qui s'animent devant les patients sont libres, jeunes, forts et beaux, mais ils sont aussi sensibles. Ils parlent au cœur et à l'âme de ceux qui les écoutent. Pour s'en rendre compte, il suffit de tourner son regard vers les visages pour y voir des sourires, observer des exclamations de joie et d'enthousiasme. A la fin, les applaudissements sont nourris, les compliments et les remerciements chaleureux ("Ils sont époustouflants", "Il faut que mon fils voie ça!", "Bravo mes enfants, vous êtes de mieux en mieux"...). Les yeux en disent plus long parfois. Comme par enchantement, ce jour là les mémoires sont de retour pour donner rendez-vous, à la prochaine journée d'intervention. 

Les soignants ont déjà, dans leur travail au quotidien, une relation de soutien. Mais parfois, le manque de temps, ou bien la routine s'installant, il est bon pour chacun d'oublier sa position, soignant ou soigné, et de profiter du spectacle qui devient alors un outil de communication non négligeable.

J'ai lu avec attention votre projet qui s'inscrit tout à fait dans l'esprit de ce que je souhaite promouvoir au sein de notre établissement : des divertissements et des spectacles déconcentrés pour toucher le plus grand nombre, et donner un moment de bonheur et d'évasion à ceux, en particulier, qui ne se déplacent plus et, à ce titre, ne peuvent plus assister aux spectacles présentés dans les salles polyvalentes. Les résidents hospitalisés dans les longs séjours sont de plus en plus âgés et malades, c'est donc la culture et le spectacle qui doit aller vers eux. Vous avez tout mon soutien dans cette entreprise difficile mais qui apporte tant de bonheur et fait oublier les vicissitudes de la vie aux personnes qui nous sont confiées. À bientôt j'espère, et bravo !

Patients (un aide-soignant approche même une dame sur son lit pour qu'elle puisse voir le spectacle), médecins (interne et professeur chef du service compris), aides-soignants, infirmiers s'arrêtent. Le temps s'arrête, les soucis s’envolent et nous regardons les danseurs... avec les costumes, la musique qui nous envoute. L’émotion est au rendez-vous! Fin du spectacle. Les larmes coulent, le cœur bât vite, les patients sont ravis, la mission est accomplie.

Ces 4 jeunes gens ont su se fondre dans l’univers hospitalier, se sont adaptés à toutes les situations et à ces journées, intenses en émotions, qui ont été jalonnées de petits miracles.

Je vous remercie du fond du cœur de m'avoir fait découvrir les patients sous un œil encore différent... merci de nous avoir fait rêver tous autant que nous sommes, malades, personnel, familles .... Vous avez été, pendant ces 3 jours, notre rayon de soleil, notre oxygène. Merci de nous avoir permis d'avoir des souvenirs en commun... Merci de votre gentillesse, de votre disponibilité et de votre professionnalisme. J’ai enfin compris pourquoi vous êtes vidés à la fin. C’est tout simplement parce que vous donnez toute votre énergie, vous nous faites ressentir des émotions que nous ne pouvons pas ressentir au quotidien....

Regarder les visages, les regards, les sourires, les bouches entre-ouvertes des personnes hospitalisées lorsqu'ils admirent les danseurs. Difficile de trouver les mots justes pour décrire cela. Les blouses blanches s'arrêtent également. Les danseurs transforment pour une journée un service hospitalier, dans le moindre recoin, en une scène de plaisir et d'émotion! Bravo, vous êtes uniques et nous espérons vous revoir bientôt !

Pour D. , la décision a été prise d’aller se produire dans sa chambre car il a, d’habitude, du mal à marcher. Mini spectacle, mais là, surprise ! Il en redemande ! Le voilà qui suit allègrement (et en marchant !) nos artistes pour profiter avec les autres du spectacle proposé aux résidents qui peuvent de rendre en salle à manger.

Denise, qui s’exprime habituellement très peu, s’exclamera à l’instant où la troupe salue une dernière fois son public : « C’est terrible les départs !… »

S., métamorphosé, va vite se faire beau lorsque les danseurs approchent. Il se lève, se repeigne, enfile un nouveau tee-shirt et vient s’asseoir tout sourire sur le pas de sa chambre pour assister au spectacle. 

Animatrice depuis de nombreuses années, je suis toujours sidérée de la faculté que vous avez d'apaiser un grand nombre de nos patients hospitalisés dits agités. La nouvelle expérience que nous avons menée ensemble cette année au chevet des malades atteints de sclérose latérale amyotrophique, qui ne peuvent bénéficier des autres activités de par leur pathologie, fut très appréciée. Soignés et soignants ont passé une excellente journée grâce à vous. Encore un grand merci.A bientôt !

Ce qui est novateur, c'est la notion de proximité. Les résidents peuvent s'approprier le spectacle, il est pour eux, rien que pour eux, tout près d'eux. Ce sont des moments de rêve, de douceur, qui peuvent susciter des souvenirs. La chambre se transforme en scène, c'est magique, les yeux brillent, les sourires s'esquissent, les bras se tendent.

Un de nos patients, qui ne sortait de sa chambre que pour les repas, participe, depuis la première venue des danseurs en 2006, à de nombreuses activités.



Observateurs extérieurs

J'ai été très déçue que l'on n'ait pas pu accorder plus de place au sujet, votre action méritait plus d'espace tellement je la trouve remarquable. J'espère que nous y reviendrons. Je garde en tête ces moments extraordinaires que l'on peut vivre en vous voyant danser dans les couloirs.

Je vous redis toute mon admiration pour le travail que vous faites sur ce terrain difficile, à partager avec toute votre compagnie. J'ai vu des regards ressusciter et cela a été un grand moment pour moi .

"La danse est probablement la manifestation la plus inattendue à l'hôpital, l'expression artistique que l'on s'attend le moins à rencontrer. L'hôpital est synonyme de hautes technologies, dans les représentations les plus courantes de ses usagers, mais aussi de contrainte, d'immobilité et parfois de souffrance. La danse prend le contre-pied de cet état de fait. Elle déboule et bouscule alors cet ordre institutionnel pour y glisser furtivement un joyeux désordre à travers le mouvement, léger, malicieux, gai. Elle crée comme une sorte de courant d'air, apportant avec elle quelque chose qui pétille dans les corps et dans les esprits : de la joie, de l'émotion, du bonheur. L'effet est bref mais instantané et il se communique aux professionnels de santé.
A travers la danse, c'est la vie qui reprend ses droits à l'hôpital, de l'ordre d'une impulsion, d'un principe actif, irrésistible. Pendant un moment, le plaisir s'installe. Un plaisir qui est aussi gratuité et partage. C'était improbable, et ça a eu lieu... Quelque chose de l'ordre du miracle.
L'apparition de la danse, dans une chambre d'hôpital, c'est la réintroduction de "la vie comme avant", hier ou il y a longtemps. La danse réveille un ressort, celui du mouvement partagé, complice. Elle interrompt la mécanique du programme médical, souvent ressenti comme étranger, froid et parfois déshumanisant. Elle réaffirme la part de la sensibilité et de la poésie, qui peuvent faire toute la différence.
La danse à l'hôpital peut sembler un pari dans l'ordre hospitalier, celui du mouvement, de la joie. La grâce et l'engagement des danseurs permettent que ce pari soit tenu. Quand la danse passe, c'est la vie qui passe dans ce qu'elle a de plus surprenant : irrépressible et obstinée. Elle repassera. C'est un influx qui se communique."
Anne Nardin, ancienne directrice du Musée de l'AP-HP

« Ils ont décidé de magnifier le corps dans un endroit où il est souvent mis à mal. A Toulouse, une compagnie de danse se produit à l’hôpital. ACM Ballet rompt, le temps d’une tournée, l’isolement et la difficulté des soins. Les patients en redemandent, les médecins aussi puisque l’art soigne, mais différemment »
Elise Lucet - Journal Fr2 – nov 2009


 

Patients

En vous voyant danser, je me libère de mon fauteil. (service de neurologie. Patients lourdement handicapés)

Pour moi, deux fois par an, le passage de ces danseurs professionnels est un oasis de fraîcheur. Ils sont impressionnants tant par leur talent que par les émotions qu’ils peuvent nous faire passer. Ils savent communiquer leur force intérieure, c’est ce qui me pousse à répondre toujours présent quand ils sont là, malgré mon handicap. Quand ils ne sont pas là, je fais durer mon plaisir en visitant leur site internet ou en regardant leurs affiches dédicacées dans ma chambre. Ils sont toujours souriants et j’attends leur retour avec impatience.

Un monsieur, en séance de psychomotricité, le lendemain du passage des danseurs, a emmené la stagiaire dans ses mouvements. En repensant à la veille, il a dit : «Ce fut un moment extraordinaire, mon corps était en mouvement avec eux. Là dans ma tête, je suis prêt à aller danser.» La stagiaire fut étonnée, ce monsieur guidait les mouvements, ce n’était plus elle qui l’accompagnait mais lui. Elle sortit de la chambre avec beaucoup d’émotion.

Ça donne envie de vivre.

Ça me fait chaud au fond du cœur.

Quelle chance j'ai d’être malade. On vous voit et on oublie toutes les douleurs.

Dans une chambre. Après le spectacle pour elle et les échanges avec les danseurs, la dame (espagnole) chante Viva Espana, en changeant sur le vif une des phrases : "Et le monde a une autre saveur avec ces quatre splendeurs".

La beauté du sport à travers ce corps joyeux que je reçois dansant dans mon corps comme si c'était moi qui dansait. En les voyant, j'oublie que je suis clouée sur ma chaise. Je suis prise par le moment et je me sens dansante. Je me suis risquée à danser avec mon cou et je me suis fait un torticolis.

Ici, ce ne sont que des murs. Vous leur donnez de la vie. Vous leur apportez des couleurs.

Un petit mot écrit glissé dans nos mains par un de nos fans. "Réflexions sur le temps. Peut-être que le temps imaginaire est en fait le temps réel, et que le temps réel n'est qu'une création de notre imagination. Stephen Hawking. Université de Cambridge"

C'est beau, c'est mieux, c'est infini.

La beauté du geste avec le sourire. La grâce. La légèreté dans les portés : un défi à la pesanteur. L'effort. Il faut se donner entièrement.Et puis, il y a le rythme. La danse est une instrumentation de la musique.

Je ne vous cache pas qu'en vous voyant entrer j'ai pensé "Ces singeries, cela n'est pas pour moi." Et puis je découvre que vous avez trouvé un autre moyen de communiquer, un moyen de nous amener des émotions auxquelles nous ne nous attendions pas.

L'attitude varie avec le mouvement. Chez les filles, j'ai l'impression que c'est une relation avec la terre et un monde plus fin.

Petite discussion dans une chambre après le programme dansé :"Mais pourquoi ne nous a-t-on pas dit que vous veniez aujourd'hui? Nous aurions bien dormi."

Pour raison budgétaire, les journées de travail de la compagnie ACM Ballet ont été espacées. Retour après un mois d'absence. "Mais où étiez vous donc, pourquoi ne vous a-t-on pas vus depuis si longtemps? [...] Nous avons beau vouloir résister, nous nous sentons décroitre. C'est inéluctable. Nous ne trouvons plus la force en nous. Seul un élément extérieur peut nous aider. Et vous êtes cet élément, qui nous apporte la vie, la jeunesse."

C'est beau, ça nous tire, ça nous évade.

Période du nouvel an, une petite chorégraphie festive sur un air de circonstance. "J'ai déja souvent entendu la Marche de Radetsky, mais jamais avec autant de plaisir. "

Maintenant que je les ai vus, je n'ai plus peur.

Pour moi, il est temps de partir. Quand je serai là haut, si vous faites un faux pas, je vous retiendrai.

Quand je les vois, je ressens de la joie, quand ils dansent, je ressens de l'amour.

Les effets de notre venue régulière sur une patiente. Première semaine : "Quelle horreur, un homme nu!" (La dame avait entrevu un peu de peau lors d'un changement de costume). Deuxième fois : elle jette un œil dans le lieu de vie pendant que nous dansons. Troisième fois : elle nous attend, déjà installée dans le lieu de vie. Quelques semaines plus tard : non seulement elle nous attend, mais elle demande le numéro de téléphone d'un des danseurs et propose de prendre un appartement en collocation!

Nous proposons le spectacle à un patient. "Attendez, j'appelle ma femme. Nous allons laisser le téléphone ouvert pour qu'elle en profite."

A l'adresse des filles... "Oh mes jolies, je vous aime!"

"Madame ---, les danseurs sont là." "Ah, quelle chance!"

13 août. "Vous ne venez pas assez souvent. Qu'est ce que je vais devenir jusqu'au 13 septembre? Mais, je vous aime quand même, je vous considère comme mes enfants." 

Le médecin passe pour sa visite alors que nous finissons dans une chambre : "Alors, Madame --- , comment allez-vous?" "Oh, bien. Je viens de voir mes petits docteurs."

Une dame, très émue de la proposition de danser pour elle seule, dans sa chambre. "C'est formidable, mais je ne mérite pas ça."

Ce sont des professionnels de la danse, ils sont magnifiques. Le fait de les voir, de les entendre, cela nous réveille tous…

On se sent bien après leur passage.

Quand on vous a vus une fois, on ne peut plus vous oublier. On pense à vous toutes les nuits.

J’ai admiré leur agilité, leur façon de changer de position.

Superbe… Ils pourraient revenir !

Ils sont gentils, ça fait du bien au moral.

Ah, merveilleux! J’étais vraiment dans les nuages.

La fête de l'hôpital arrive. Une patiente s'inquiète de savoir si nous allons nous y produire, comme l'année précédente. Ce n'est pas le cas. "Vous ne dansez pas? Et bien je n'irai pas!".

J'ai plein de souvenirs, je dansais avec mon père. Nous allions au bal.

Ce matin, j’étais au plus bas, maintenant grâce à vous je suis regonflée.

Merci de nous montrer que nous ne sommes pas oubliés.

Cela permet de voir qu’il y a de belles choses dans le monde. La dame à côté de moi a retrouvé sa jeunesse.

Une patiente qui a des difficultés à marcher, à la sortie de sa séance de kinésithérapie...  "En vous regardant j'ai compris combien il est important de travailler pour dominer ses muscles."

J'adore la danse.... C'était mon rêve d'être danseuse.... La vie en a décidé autrement, mais ce moment m'a permis de rêver de nouveau...

Une dame impassible, dans sa chambre. Rien ne parait sur le visage. Après quelques minutes, nous avons le sentiment qu’il faut la laisser. Notre accompagnatrice nous suggère de continuer. Lorsque nous saluons : «Vous m’avez subjuguée!»

Ce sont des anges. Ils volent comme des oiseaux. On est au paradis.

Une patiente dans son lit suit le spectacle en faisant des mouvements avec ses bras.

Vous avez bien fait de venir me chercher. (paroles d'une patiente à un membre du service animation)

Nous allons faire votre promotion, pour que passiez partout et que beaucoup de gens en profitent. Superbe, vous êtes parfaits. Tout est très beau.

Une unité désertée... une fête est organisée dans un lieu de rassemblement, pour ceux qui peuvent s'y rendre. Nous visitons les quelques chambres occupées. Dans l'une d'elle : "Aujourd'hui je croyais m'ennuyer comme un rat mort. Et voilà que je passe un moment formidable!"

Depuis le mois d’octobre, ils sont là tous les quinze jours. C’est incroyable de voir dans les yeux des patients le bonheur qu’ils leur apportent. On a envie qu’ils viennent beaucoup plus souvent encore.

Je dois vous le dire : je suis venue vers vous aussi volontiers qu'un chien qu'on fouette! Et vous m'avez conquise.

Vous êtes magnifiques... Non, ce n'est pas le mot. Je ne trouve pas le bon. Il faut que je cherche dans les livres... Pour trouver un mot au dessus duquel il n'existe rien...


Familles

Le passage des danseurs, c'est important pour nos proches hospitalisés, mais aussi pour les familles. On a bien vu que des deux cotés il y a eu une forte charge d'émotion.

C’est important pour nous, les familles, ces moments de bonheur avec nos proches… 

Un appel téléphonique. "J'ai trouvé votre numéro de téléphone dans une revue. J'habite en province mais mon père était hospitalisé à Paris. Il vous a vu et a été transformé [...] J'ai peu de moyens, mais si vous avez besoin de quoi que ce soit, appelez moi, à n'importe quelle heure (sic). Je prendrai le TGV dès que possible. Pour quelque raison que ce soit. Vous coudre un bouton, un ourlet... Je ferai tout pour vous."

Je vous suis reconnaissante d'avoir fait naître des sourires sur le visage de mon mari (L'épouse d'un patient).