Page dédiée aux étudiants en L1 Sciences du langage à Paris III (2010)


Phonétique articulatoire


Le diaphragme, au repos, a la forme d'un dôme. Lorsqu’il est contracté, le diaphragme s’aplatit. La contraction qui aplatit le diaphragme provoque un appel d’air dans les poumons --> principe du piston










Vue antérieure du larynx : épiglotte, os hyoïde, cartilage thyroïde, membrane thyro-hyoïdenne, cartilage cricoïde, muscle crico-thyroidien, trachée
Vue postérieure : cartilage corniculé, cartilage aryténoïde, cartilage cricoïde, cartilage thyroïde






Vidéo un peu ancienne, mais qui montre bien les différents cartilages laryngés.






Cet enregistrement est fait par insertion d'un fibroscope par le nez. On voit donc le larynx par au dessus. Le cartilage thyroïde est en bas de l'écran et les aryténoïdes sont en haut de l'écran. On voit comment se rapprochent (mouvement d'adduction) et s'écartent (mouvement d'abduction) les plis vocaux. Les mouvements d'adduction sont dus aux pivotements des aryténoïdes  provoqués par la contraction des muscles crico-aryténoïdiens latéraux.  Les mouvements d'abduction sont dus aux pivotements des aryténoïdes  provoqués par la contraction des muscles crico-aryténoïdiens postérieurs. Pour obtenir une adduction maximale, il faut contracter en plus des muscles crico-aryténoïdiens latéraux le muscle inter-aryténoïdien. 






Autre vidéo d'une fibroscopie du larynx. 






Première figure : les plis vocaux sont écartés – la contraction des muscles crico-aryténoïdiens postérieurs provoque l’abduction des plis vocaux. 
Deuxième figure : les plis vocaux sont rapprochés – la contraction des muscles crico-aryténoïdiens latéraux provoque l’adduction des plis vocaux. En revanche la fermeture n’est pas totale. L’air s’échappe --> chuchotement. 
Troisième figure : les plis vocaux sont rapprochés maximalement. Pour que l’adduction soit totale, sur toute la longueur des plis vocaux, il faut l’action des muscles crico-aryténoïdiens latéraux combinée à celle du muscle inter-aryténoïdien. 







Le cycle laryngé:
Dans un premier temps, les muscles crico-aryténoïdiens latéraux et le muscle inter-aryténoïdien se contractent de manière à ce que les plis vocaux soient accolés (1). 
Ensuite, l’air qui est expulsé par les poumons va écarter légèrement les plis vocaux  (2, 3, 4, 5).
L’air passe entre les plis vocaux, et en passant, l’air va créer une dépression entre ceux ci --> effet Bernoulli (6, 7).
Effet Bernoulli --> si la vitesse d’un fluide (l’air est un fluide) en mouvement augmente, la pression à l’intérieur de ce fluide diminue!
A cause de cette dépression, les plis vocaux vont être aspirés et rapprochés les uns des autres jusqu’à ce qu’il entrent en collision (8).
Le contact se fait d'abord sur la partie inférieure des plis vocaux et ensuite sur toute leur hauteur (9, 10).
En fait le bourdonnement laryngé est le bruit qui est produit par les chocs des plis vocaux. Le voisement, c’est le bruit des plis vocaux qui claquent l’un contre l’autre.






La vibration des plis vocaux est une répétition de cycles laryngés.
Coupe sagittale des plis vocaux:



 
 




Lien vers un tableau API sonorisé:
 
 
En cliquant sur les symboles vous pouvez écouter les sons qu'il représentent.
Le principe de l'API : pour chaque son il existe 1 symbole et 1 symbole représente 1 son.
 
 




Phonétique acoustique


 Onde périodique simple de 200 Hz:



Onde périodique simple de 300 Hz:



En additionnant l'onde périodique simple de 200 Hz et l'onde périodique simple de 300 Hz on obtient une onde périodique complexe:








Dans cette vidéo vous voyez l'effet qu'un résonateur a sur un bourdonnement généré par un vibrateur. 





Vous pourrez télécharger le logiciel en suivant ce lien:


(Ce logiciel ne fonctionne que sous Windows)


Comments