Programme‎ > ‎Ateliers‎ > ‎

Atelier 5

Épistémologie et didactique  
Renaud Chorlay, Cécile de Hosson, Uffe Thomas Jankvist

Dans un article de 1990, Michèle Artigue dressait un bilan des relations entre le champ de l’épistémologie et le champ didactique[1]. Présentée de manière univoque en termes de « besoins », cette relation installe l’analyse épistémologique -entendue comme lecture philosophiquement outillée de l’histoire des savoirs - en tant que moyen pour le didacticien d’accéder aux processus par lesquels les concepts et l’activité mathématiques se forment et se développent. Cet atelier propose d’examiner différents aspects de cette relation à partir de recherches conduites dans cette perspective. Ces recherches devront intéresser l’un (ou plusieurs) des axes suivants :

 Axe 1 : Les résultats de l’analyse épistémologique et/ou historique à l’épreuve de la classe, de la formation des enseignants.

La connaissance des genèses mathématiques doit pouvoir contribuer à donner de l’objet mathématique une image plus conforme à sa nature dynamique à la fois dans l’espace et dans le temps ; elle peut permettre une prise de recul à la fois sur les notions, et sur les mathématiques en tant que jeu réglé et forme de culture.

On pourra, entre autres questions, aborder celle des conditions d’existence en classe d’une histoire des mathématiques. Au-delà des seules mathématiques, cette question intéressera sans doute les didacticiens d’autres disciplines scientifiques.

 Axe 2 : La transférabilité des outils de l’analyse épistémologique à l’analyse didactique.

Il semble utile de poser explicitement la question de la compatibilité des formes de scientificité – questions légitimes, mode de validation des réponses, domaines empiriques d’étude, travaux de référence – de trois disciplines a priori distinctes : didactique, histoire, philosophie ; autrement dit, de s’interroger sur ce domaine apparemment partagé de l’« épistémologie ». Ce questionnement théorique recouvre celui sur la transférabilité vers la didactique de concepts utilisés dans des travaux d’épistémologie : « obstacle », « rupture », « paradigme », « conception / point de vue ». Il invite aussi à une confrontation des points de vue et des expériences, pouvant déboucher sur l’identification de « bonnes pratiques » et des conditions d’une heuristique maîtrisée. 

[1] Artigue, M. (1990). Epistémologie et didactique, Recherches en didactique des mathématiques, 10 [2-3], 241-286. 

Comments