Résumé de la communication de Victor-Arthur Piégay :

« Metropolis ou Babel animée »

Le long-métrage animé Metropolis (2001) réalisé par Rintarō et scénarisé par l’auteur d’Akira, Katsuhiro Ōtomo, s’apparente à une adaptation au second degré puisqu’il met en images le manga Metropolis d’Osamu Tezuka (1949), lui-même très librement adapté du film de Fritz Lang dont le mangaka n’aurait contemplé qu’une seule photo. Les caractéristiques de l’univers fictionnel du film de 1927, organisé autour d’une mégalopole futuriste révolutionnée par la création d’un androïde féminin, se voient ainsi essaimées dans le manga, mais surtout dans le dessin animé, plus fidèle, à bien des égards, à la version cinématographique originale. Pourtant, l’œuvre de Rintarō et Ōtomo ne se réduit pas à une réactualisation du proto-monde créé par Fritz Lang dans la mesure où ses ambitions semblent beaucoup plus vastes qu’un simple « repeuplement » avec des personnages plus ou moins distincts de ceux du film original.

Cette communication cherchera ainsi à prouver que Metropolis doit être considéré comme une œuvre-somme de la science-fiction possédant des ambitions peut-être inédites pour un dessin animé. Le film de Rintarō superpose en effet, comme autant de pierres bâtissant une tour de Babel animée dont la ziggurat construite au début du film est l’image, de multiples fragments de mondes science-fictionnels empruntés à la littérature, au cinéma ou au jeu vidéo, témoignant d’une circulation intermédiatique qui semble le propre d’une certaine animation japonaise postmoderne. Mais cette pluralité de références, passant par un syncrétisme typiquement nippon, ne doit pas être uniquement considérée selon la perspective ludique et gratuite souvent associée à la postmodernité. Elle permet surtout une réflexion sur la tradition et la modernité tout entière contenue dans la citation de Jules Michelet, qui sert d’épigraphe au film (« Chaque époque rêve la suivante »), et dont l’œuvre rend compte par sa forme même, via la mise en scène de personnages en animation traditionnelle inspirés du style de Tezuka dans un environnement entièrement en images de synthèse.

Comments