Accueil‎ > ‎

Projet d'établissement

 

PROJET D’ETABLISSEMENT 2020 (en cours)

 

 

 

I)                   CONSTAT

 

                  Le collège de Fiua se situe dans un cadre très agréable sur l’île de Futuna, à 250 km de Wallis. La liaison entre les 2 îles suivant les conditions de la météo n’est pas toujours réalisable. 

 

                        a) Le contexte socioculturel

 

                        Le collège de Fiua est situé dans le royaume de Sigave sur l’île de Futuna qui compte 2 royaumes : Alo et Sigave.

                        La population scolaire en 2019 est de 124 élèves. On constate une diminution des effectifs depuis 2010.

 

                        Les caractéristiques et représentations socioculturelles sont différentes des valeurs métropolitaines et propres aux îles Wallis et Futuna.

                       

                        Trois services tentent de cohabiter :

                                    le service « état »,

                                    le service « coutumier » et

                                    le service «religieux ».

 

                        L’administration française assiste le territoire et désire préserver les coutumes locales. Une révision des statuts de 1961 est cependant en cours de réflexion.

 

                        Les familles sont dirigées par des chefs de village. La religion catholique prend une grande part dans la société futunienne.

 

                        Le sport à Futuna : sous la responsabilité du service jeunesse et sports de Futuna, aucune action régulière n’est menée, aucune organisation de championnats. Très rares et à court terme, elles voient le jour à l’approche des manifestations du 14 juillet. Chaque année, la circonscription alloue des sommes d’argent qui sont mises en jeu et récompensent les vainqueurs à cette occasion.

 

                        La pratique du volley-ball dans les villages est la pratique la plus prisée à Futuna même si les terrains sont souvent délabrés… Cela reste le moment privilégié de détente des petits, comme des grands !

 

                        La pratique sportive en association n’est pas encore ancrée dans les mentalités, même si elle a bien évolué avec les clubs de rugby et de karaté. Ce sont les deux seuls clubs de l’île qui fonctionnent avec des licences et qui proposent des séances d’entraînement hebdomadaires et des compétitions. Leur nombre de licenciés est en augmentation, ce qui est bon signe pour le développement associatif.

                        D'où la création des sections sportives volley-ball et rugby dans les 2 collèges.

 

                        b) Les caractéristiques des élèves

 

Ø    Caractéristiques générales

 

                        La plupart des parents futuniens issus d’un milieu social défavorisé ne parlent pas le français, le langage le plus couramment utilisé dans les foyers étant le futunien. Quelques enfants ont une meilleure maîtrise du français : ceux ayant vécu quelques temps à l’extérieur de Futuna, les enfants issus de couples mixtes ou enfants métropolitains (nombre restreint) suivant leur scolarité à Futuna lors d’un séjour professionnel de leurs parents.

 

                        Les horaires du collège sont de 7h30 à 11h30 et de 13h30 à 16h15. Il y a une cantine scolaire depuis 2016 pour les élèves demi-pensionnaires. L’enfant au sein de la famille futunienne a beaucoup de tâches ménagères ou agricoles (cultures, élevages de cochons) à réaliser. Le temps de pratique religieuse est également très important.

 

                        Le temps accordé au jeu est rare et l’arrivée de la télé en 1994, puis celle des jeux vidéo et d’internet favorisent l’inertie devant le petit écran.

 

                        Peu de temps reste pour les devoirs et si les parents expriment à leur enfant l’importance de faire leurs devoirs, ils sont souvent désemparés par rapport au soutien à apporter et font entièrement confiance aux enseignants. La remise en place en 2011 des centres d’aide aux devoirs au sein des « fale fono » des villages est appréciée. Elle permet aux enfants d’être suivis et aidés dans leurs devoirs une fois les cours terminés.

 

                        L’enfant à la maison n’a pas la « parole ». Tout lui est dicté par le « vieux » qui détient le « savoir », il s’agit pour l’enfant de faire ou d’appliquer. Il n’est donc pas amené à prendre des décisions ou à donner son avis. Ils agissent souvent par peur des réprimandes physiques.

 

                        Dans la pensée futunienne, tout est donné au départ, « le père est sculpteur, le fils sera sculpteur » même si cette pensée évolue compte tenu du contexte économique. Sortir de Futuna devient un grand espoir, mais le bagage scolaire et l’éloignement conduisent souvent à l’échec.

Les enfants n’ont pas de « choses » (matériel) à eux, le concept de propriété n’existe pas, ils sont donc peu conservateurs.

 

                        Les relations filles-garçons sont « tabou ». On constate une forte hausse de la consommation d’alcool à l’âge de l’adolescence, tant chez les filles que chez les garçons, liée à l’inexistence de structure pour occuper la jeunesse.

 

Ø    Caractéristiques des élèves au collège :

 

                  Ces enfants sont tous issus des écoles primaires de Futuna gérées par la DEC (direction de l’enseignement catholique), où le langage futunien seconde fréquemment le français dans les situations d’apprentissage, les instituteurs étant recrutés localement.

 

                  A l’entrée au collège, l’enfant futunien est confronté à la barrière de la langue. Si malgré tout, nous constatons que certains élèves ont de bons résultats, beaucoup d’entre eux rencontrent de grandes difficultés à s’exprimer en français.

 

                  Les élèves  présentent un potentiel physique important, compte tenu des travaux physiques qui leur sont demandés à la maison. Les élèves utilisent souvent le langage futunien pour échanger entre eux, on peut aussi assister à une « créolisation » avec un mélange de vocabulaire futunien et de mots français intraduisibles.

 

                        Outre les problèmes d’expression et de compréhension de la langue française, auxquels les enseignants doivent également faire face, on peut ajouter : 

                        - des problèmes d’attention et d’écoute des consignes

                        - un manque de capacités à réfléchir et à prendre des initiatives

                        - un problème d’entrée en communication avec l’adulte

                        - des problèmes liés au matériel.

 

                  Les élèves de 5SEGPAde 4SEGPA et de 3SEGPA, issus des classes COP, intégrées au collège depuis la rentrée 2013, sont des jeunes souvent en grande difficulté.  

                   

 

                        La lutte contre l’échec scolaire est organisée dès la fin du CM2, les élèves en grande difficulté sont détectés grâce à une collaboration étroite entre les institutrices et le principal du collège qui participe aux conseils de cycle. 

Ainsi dès la rentrée, les élèves sont pris en main par une équipe d’enseignants  qui les aide dans leurs difficultés, les fait progresser à leur rythme et leur redonne ainsi confiance en eux. 

 

                        Les jeunes sortant des séries professionnelles ne trouvent pas  d’offre d’emploi  directement sur place, ce qui provoque une démotivation vis-à-vis de la  formation.

 

                        La plus grande difficulté est la réalisation des stages en cours de formation, le peu d’entreprises locales ne donne pas aux élèves beaucoup de possibilités pour explorer un panel de métiers variés.

                        Il y a un manque de services sociaux sur l’île et de certains corps de métiers dans le domaine de la santé : Orthophonistes, psychologues scolaires ; et les difficultés liées aux transports entre les 2 îles désorganisent les projets nécessitant des intervenants extérieurs : psychologue scolaire, médecin scolaire.

 

 

            C)   Les personnels :

 

                  Des enseignants participent activement à la vie de l’établissement mais ils doivent s’adapter  en arrivant sur l’île aux spécificités de Futuna et au niveau des jeunes, en tenir compte surtout en 6ème où les élèves débutent avec des niveaux de français différents, et même à chaque rentrée scolaire car pendant les grandes vacances les jeunes ne pratiquent que très peu la langue française.

 

                  Les équipes d’enseignants n’étant pas stables, sans cesse renouvelées à cause des contrats de 2 ou 4 ans, les actions proposées aux élèves ne sont pas toujours pérennes.

 

                  Une équipe de vie scolaire connaît et encadre bien les élèves.

                  Elle est dirigée par un CPE nommé au collège de Sisia qui partage son service entre les 2 collèges de l’île.

 

                  Les agents entretiennent bien le collège mais auraient  besoin de plus de formation  pour  assurer la maintenance des installations, et la gestionnaire est très présente pour diriger son équipe.

 

                  Une infirmière scolaire est nouvellement nommée, et depuis début 2013, un poste à mi-temps d’assistant social, ce qui représente une belle avancée dans ce domaine.

 

I)                  LE PROJET

 

                   Les objectifs de ce projet  rejoignent  ceux du projet éducatif des îles de Wallis et Futuna .

 
            LA REUSSITE POUR TOUS LES ELEVES:
  1. FAVORISER LA CONTINUITE DES APPRENTISSAGES
  2. VALORISER L'EDUCATION CULTURELLE, LA CONNAISSANCE DU PATRIMOINE, ET L'OUVERTURE VERS L'EXTERIEUR
  3. ACCOMPAGNER LES ELEVES DANS LEUR ORIENTATION
  4. EDUQUER A LA SANTE ET A LA CITOYENNETE 
I) Favoriser la continuité des apprentissages
    • Lire et écrire : la priorité

- Réussir la classe de 6ème

    • Apprendre à travailler

    • Soutenir les élèves en difficulté

 

Le collège de Fiua entend faire de l’accès à la culture et à la langue française une priorité. Cet objectif est au cœur des missions du collège qui a pour vocation de développer et de perfectionner la pratique orale et écrite du Français, langue d’enseignement de toutes les disciplines par ailleurs. Atteindre les objectifs fixés par les programmes est donc un horizon vers lequel doivent tendre tous les efforts.

 

C’est pourquoi en dehors des programmes et des horaires réglementaires proprement dits, un certain nombre d’actions spécifiques ont été mises en place, telles que l’élaboration et la diffusion à l’intérieur de l’établissement d’un journal réalisé par les élèves dont les compétences rédactionnelles sont ainsi sollicitées. C’est aussi une première approche du monde journalistique, du monde des médias avec son vocable spécifique qui est proposée et mise en acte dans le cadre de cette action.

 
Par ailleurs sachant ce que les élèves futuniens ont de spécifique, l’appartenance à une culture orale et communautaire, où la parole est rarement individuelle et dans ce cas peu valorisée, il a été proposé de développer la lecture chorale, soit celle du chœur antique qui commentait les actions des personnages dans le théâtre grec. Cette lecture chorale qui ne subsiste qu’en contexte religieux a fait l’objet de nombreuses séances, plaisant particulièrement aux élèves, valorisant ainsi la pratique orale de la lecture. Il s’agissait ainsi de dépasser une lecture ânonnante et d’atteindre un autre objectif, celui qui vise à constituer un patrimoine littéraire, essentiellement poétique, qu’il soit Français ou Futunien.
 
 

Il faut ajouter à cette perspective poétique patrimoniale une approche créative consistant dans l’élaboration de Mios, cette forme poétique Futunienne brève, souvent descriptive, proche du Haîku,Il s’agirait donc d ‘écrire des mios à partir d’une imitation des textes canoniques, d’en repérer les thèmes et les contraintes, puis de les traduire en Futunien en collaboration avec le professeur de Futunien,et d’apprendre ensuite à les dire. Cette activité a pour objectif essentiel de mettre en évidence l’universalité de la poésie.

 

Toujours dans cette perspective de la lecture, un défi-lecture a été mis en place au collège de Fiua en partenariat avec le collège de Sisia,. On sait à quel point l’émulation est un vecteur puissant quand il s’agit d’améliorer les compétences de lecture des élèves .Cette action a prouvé ailleurs son efficacité et il était souhaitable d’implanter à Futuna un défi- lecture à l’instar de ce qui s’est fait en métropole ou dans les autres DOM TOM.

 

Enfin dans le cadre de la lecture ou de l’écriture un club théâtre au collège de Fiua se propose de mettre en valeur les talents naturels de élèves qui manifestent parfois des dispositions exceptionnelles. Un groupe de Nouvelle-Calédonie avait en 2012 organisé un après- midi qui avait particulièrement plu aux élèves qui s’étaient montrés sous un jour très différent de celui qui est le leur en classe, créatifs, aptes en mettre en œuvre des consignes, à élaborer des situations et à les faire vivre, à les mettre en scène. C’est ce talent naturel que le club théâtre veut développer, et ce d’autant plus qu’il s’adresse à des élèves parfois en difficulté.

 

Nous espérons que ces actions seront autant d’apports précieux et autant d’élargissements de l’enseignement du Français à des dimensions culturelles porteuses d’un intérêt renouvelé pour la discipline.

 

II) Valoriser l’éducation culturelle, la connaissance du patrimoine et l’ouverture vers l’extérieur

 
    • valoriser le patrimoine local et régional

    • offrir aux élèves des activités artistiques et culturelles diversifiées

    • faire évoluer l’enseignement des langues de Wallis et Futuna

    • Permettre aux jeunes de sortir de leur île grâce à la section sportive

 

    L'histoire géographie au collège applique les adaptations aux programmes nationaux. Dans chaque niveau, les élèves bénéficient de cet enseignement adapté à leurs spécificités.

    Ainsi, de la 6° à la 3°, le contexte polynésien est mis en perspective et en valeur. Cela permet aux élèves de s'approprier leur culture, de valoriser leur patrimoine et de les mettre en relation avec une histoire régionale et mondiale.

 

    D'autres matières participent aussi à cette valorisation.

 

    A) Valorisation du patrimoine local et régional.

 

    Quatre actions sont mises en place au collège en 2013 :

 
  • Comme chaque année, depuis 2012, nous emmenons les élèves de 6° gravir le sommet de leur île : le mont Puke. Les objectifs sont transdisciplinaires et multiples. On peut retenir la découverte du milieu géographique et naturel, la connaissance du patrimoine à travers les mythes, l'effort physique d'endurance et la compréhension de la notion d'insularité entre autres.

 
  • Pour le niveau 5°, nous comptons « refaire » la bataille de Vaï à Futuna. L'objectif est de s'approprier un événement majeur de la vie ancestrale, d'en analyser les causes et les conséquences et de réaliser sur le site une reconstitution après avoir travaillé sur les sources.

 
 

 
  • Un travail est proposé aux élèves sur l'art du tatouage traditionnel avec des recherches historiques et des réalisations en Arts plastiques.

 
  • Ouverture d'une classe patrimoine en 4ème .

 

        B) Offrir aux élèves des activités artistiques et culturelles.

 
  • Club de danse traditionnelle pour hommes (Soamako) et pour femmes (Niutao).

  • Club de chants traditionnels.

  • Cours de danse polynésienne et réunionnaise. Travail sur le « maloya », danse de la Réunion et étude comparative.

  • Utilisation des instruments de musique (tambours, marracas, tambourins (ravan)).

  • Club de tressage traditionnel est prévu.

  • Club de Scrabble reconduit pour la quatrième année.

 

        C) Ouverture vers l’extérieur :

 

Échanges rugbystiques et linguistiques dans le cadre de la section scolaire rugby du collège de FIUA.

 

Chaque année, depuis 2005, une équipe de rugby du collège participe au tournoi international de rugby à 7 des moins de 15 ans en Nouvelle-Calédonie.

 

En 2011, deux équipes en moins de 15 ans et moins de 17 ans ont participé à un tournoi de rugby à 7 aux îles Fidji.

 

En 2011, le projet de déplacement à l'occasion de la coupe du monde de rugby a également pu être réalisé en Nouvelle-Zélande.

 

A nouveau en 2013, un projet d'échange rugbystique et linguistique est mis en place pour septembre 2013. Cet échange avec le collège LINDISFARNE de Hastings (Nouvelle-Zélande) s'effectue dans le cadre d'un tournoi de rugby à 15, organisé par ce collège de garçons. Une équipe de rugby du collège sera donc présente. Les filles de la section rugby ne pouvant participer à ce tournoi, elles seront accueillies par le collège de WOODFORD HOUSE (collège de filles) à Havelock North (près de Hastings) pour un échange linguistique et sportif (Volley-ball et Touch rugby).

 

Ces échanges permettent aux élèves de la section rugby du collège de Fiua de s'ouvrir sur l'extérieur et de concrétiser le travail effectué en section scolaire rugby.

 

Aussi, nous souhaitons que ces échanges avec le territoire de Nouvelle-Calédonie se poursuivent chaque année et que les projets d'échanges rugbystiques et linguistiques soit renouvelés tous les deux ans, période nécessaire pour récolter les fonds très conséquents que demandent de tels projets.

 

 

    III) Accompagner les élèves dans leur orientation

 
    • Assurer un accompagnement personnalisé pour rendre le parcours scolaire plus efficient

    • Réaliser le suivi des élèves

    • Pérenniser le forum des formations

 

 

        IV) Éduquer à la santé et à la citoyenneté

 
    • Intégrer l’éducation à la santé et la prévention des conduites à risques dans la classe

 
    • Développer les actions dans le cadre du CESC

 
  1. Développer l’éducation nutritionnelle :

 

- Exploiter les produits locaux :

- Organiser des petits déjeuners en classe ;

- Réaliser des recettes, des plats ;

- Connaître les éléments nutritifs d’un fruit.

 

 
  1. L’hygiène corporelle :

 
  • Visionner des films, des documentaires.

  • Commentaire, description, étude d’affiches, de documents.

  • Réaliser des affiches, des dessins.

« Importance de se laver les mains, se moucher le nez, se doucher, ... »

 
  1. L’hygiène alimentaire :

 
  • La semaine du goût.

  • Respecter les heures des repas, le nombre de repas.

  • L’équilibre alimentaire (connaître les éléments nutritifs composés dans un aliment).  

  • Intervention du vétérinaire de Wallis et Futuna pour la sensibilisation aux TIAC et la conservation/altération des aliments

  1. L’hygiène bucco- dentaire :

 
  • Intervention du dentiste.

  • Travailler avec des affiches, des reportages, ...

 
  1. Prévention des conduites à risques dans la classe :

 
  • Savoir reconnaître des symptômes.

  • Prévention contre la dengue, la leptospirose.

  • Prévention contre l’obésité, le diabète, la maladie du sommeil, (voir l’hygiène alimentaire).

  • Savoir trier les déchets.

  • Marche à Peka.

  • Thème sur la prévention des IST et des grossesses non désirées

  • Thème sur la prévention des conduites addictives

  • Thème sur le port de charge et la préservation de son organisme lors des activités de travail aux champs notamment.

 

 

        III) CONCLUSION

 

 

Ce projet établi pour une durée de 3 ans, approuvé au C.A du 2 décembre 2013, sera mis en application à la rentrée 2014.