Scolarité bilingue

                                                                    

                                   

                                        Revue Picto mag                                                                                                                        Revue Picto mag

 Le projet éducatif bilingue

L’UFES propose de mettre en œuvre, à Brest, un programme éducatif bilingue (LSF-français écrit) à destination des élèves sourds. Ce choix pédagogique s’inspire des programmes éducatifs bilingues appliqués depuis le début des années 1980 :

à Poitiers par l’association 2 Langues Pour une éducation (2LPE)

à Toulouse par l’Institut de Recherche sur les Implications de la langue des Signes (IRIS).

Construit en relation avec ces deux associations, le programme éducatif bilingue brestois répond aux demandes des familles qui ne trouvent pas, dans le dispositif de scolarisation actuellement en vigueur dans le département du Finistère, une forme de scolarisation adaptée à leur choix éducatif.

Ces familles d’enfants sourds demandent la mise en œuvre d’un programme pédagogique adapté à la surdité de leur enfant, qui prenne en compte la Langue des Signes Française (LSF), conformément au droit que leur reconnaît la loi 2005-102.

Conçu pour les enfants sourds ayant un accès à l’oral difficile, le programme bilingue, qui propose une immersion dans des classes d’élèves entendants, s’adresse aussi aux élèves malentendants.


La philosophie du projet

L’enfant sourd dispose du même potentiel que l’enfant entendant. Il n’a pas à attendre une hypothétique réussite à l’oral pour entrer dans la langue, dans le jeu, dans la communication, dans la connaissance du monde qui l’entoure.

L’objectif est de lui permettre de grandir sourd dans le monde entendant en développant ses compétences pour devenir un citoyen :

à l’aise dans la LSF et dans le français écrit,

à l’aise avec les Sourds et avec les Entendants.

Une pédagogie adaptée à la surdité de l’élève

Le programme éducatif bilingue est un programme pédagogique, non médicalisé. L’objectif est d’installer une situation de scolarisation qui favorise la transmission des contenus d’enseignement.

L’accession au français et à la connaissance n’est pas subordonnée à l’effort. Elle emprunte la voie de la langue naturellement accessible à l’élève, la LSF

langue vivante,

langue qui a les mêmes fonctions, communicationnelles, culturelles, sociales, éducatives, structurantes que n’importe quelle langue orale,

langue qui facilite l’entrée de l’élève sourd dans sa deuxième langue, le français,

langue d’enseignement et de travail comme le français écrit.

Contrairement à l’utilisation de l’oral qui mobilise ses compétences attentionnelles, l’usage de la LSF permet à l’élève sourd de se concentrer sur le contenu des enseignements. Avec la LSF, il bénéficie sans effort des apprentissages de l’école.

En privilégiant l’usage de la LSF, langue visuelle spontanément accessible aux enfants sourds, le programme bilingue a pour vocation d’adapter et de dispenser aux élèves sourds accueillis dans l’établissement l’enseignement qui y est appliqué à l’ensemble des élèves scolarisés.
 
Un projet d'établissement
La scolarisation des élèves sourds fait partie du projet pédagogique de l’établissement d’accueil. Est mis en place un parcours d’enseignement, cohérent et complet, dans des classes ordinaires, réparties sur tous les niveaux, de la maternelle au lycée.

Il ne s’agit pas simplement de placer un enseignant sourd ou un interprète face aux élèves sourds de la classe. La situation globale de communication de la classe est repensée de manière à ce que les élèves sourds suivent aisément le programme d’enseignement et participent spontanément aux interactions.

 

Le programme de l'Education Nationale
L'équipe pédagogique est bilingue et biculturelle. Elle est composée d’enseignants sourds et d’interprètes scolaires qui prennent totalement en charge la différence des élèves sourds.

Tous les contenus d’enseignement leur sont dispensés en LSF. Ils se regroupent pour étudier la grammaire, le lexique et la syntaxe de la LSF et l’approche contrastive de la LSF et du français.

 

La diffusion d'une langue comme condition d'intégration
Des cours de LSF sont proposés aux élèves et aux enseignants volontaires de l’établissement d’accueil.

Les classes qui accueillent des élèves sourds bénéficient de cours collectifs.

 

La place de l'oral
Éducation bilingue ne signifie pas “refus de l’apprentissage de la langue française orale”. Elle respecte simplement la place que les enfants peuvent et veulent donner à cet apprentissage de l’oral dans le projet de vie qu’ils vont construire suivant leurs choix et leurs possibilités.

La dimension de l’oral n’entre pas dans l’évaluation de la progression de l’élève. La question de l’oral fait l’objet d’une réflexion spécifique d’approche du monde entendant inaccessible par l’oreille.

Il est proposé à chaque élève un temps de découverte du monde sonore et un temps de travail sur ses propres compétences d’expression et de réception. Ce temps peut varier suivant les capacités de l’élève à oraliser et son projet individuel, construit en concertation avec sa famille.

 

La place de la famille
La place de la famille est très importante dans le dispositif.

Un travail d’information et de formation linguistique est mené, dans le but de faciliter les interactions en LSF au sein de la famille comme de donner aux parents les moyens de suivre efficacement la scolarité de leur enfant.

Est simultanément proposé, à l’élève et à sa famille, un environnement riche en situations variées, bilingues et biculturelles, qui favorise les contacts entre Sourds et Entendants dans l’acceptation de la différence de chacun.
 
 

Les textes officiels

Loi du 11 février 2005 (article 19)

 loi 2005-102

 

Décret d’application n° 2006-509 du 3 mai 2006 relatif à l’éducation et au parcours scolaire des jeunes sourds

 Decret 2006-509

 


Ċ
CDSF29,
24 nov. 2009 04:07
Comments