Un peu de technique

Et si l'on parlait un peu technique ?

 

                                                  LES SYLLABES

                   Lorsque l'on veut déterminer précisément le nombre de pieds dans un vers, chaque syllabe compte. Se pose cependant le                     problème de la diphtongue (deux voyelles accolées) comme dans le mot  aliénation. Deux choix sont alors possibles.

                    L'on peut soit dissocier les deux voyelles: a-li-é-na-tion c'est ce que l'on appelle la Diérèse, ce  mot alors, se décompose                     en cinq pieds. Soit associer les deux voyelles en une seule syllabe,  a-lié-na-tion, quatre pieds: la synérèse comme pour                     le mot chien par exemple.

                    Il est aujourd'hui d'usage de laisser le choix à l'auteur ainsi qu'au lecteur.

                                                                                           L'(E) MUET                                                                                                                         

                    L'on dit d'un (e) qu'il est muet lorsqu'il se situe à la fin d'un mot et que le mot suivant commence par une voyelle. Dans                     ce cas il ne compte pas pour un pied. Par contre, si le mot qui suit débute par une consone, il ne pourra être qualifié                         de muet, il sera donc distinctement prononcé et comptera pour un pied.

                                                                                         LA METRIQUE                                                                                                                  

La symétrie entre les parties d'un vers crée la métrique.  Pour cela les syllabes qui le composent doivent être en nombre pair, ceci permettant de le diviser en parties égales. Octosyllabes: Huit syllabes, décasyllabes: Dix syllabes, et le plus connu, l'alexandrin: Douze syllabes. La particularité de l'Alexandrin et ce qui fait qu'il est l'un des plus employé, est qu'il est à la fois court, mais suffisamment long  pour contenir une phrase entière. Il peut également se diviser en 2, 3, 4, et 6 parties égales ce qui permet d'en varier le rythme à loisir.

La forme la plus usitée est celle qui divise le vers en deux parties égales, avec une pause en son milieu qui est appelée césure on appelle chacune des deux parties

hémistiche.

Le vers libre, ( de longueur inégale) déjà largement employé par La Fontaine dans ses fables, prendra de plus en plus d'importance grâce à Victor Hugo

                                                                                         LA RIME                                                                                                                            

On dit d'une rime qu'elle est  féminine lorsque sa dernière syllabe est suivie d'une syllabe muette (se terminant par un e muet). perle / vase.

On dit d'une rime qu'elle est  masculine lorsque ne comptant pas d'e muet le dernier son est un son de voyelle: élégant / sensualité.

Les rimes qui s'alternent deux par deux sont dites plates.  (aabb)

Celles qui s'alternent une à une sont dites croisées.  (abab)

Les rimes  embrassées sont deux rimes insérées entre deux autres. (abba)

Les rimes sont appelées  mélées lorsque leur succession se fait librement.

En conclusion: Vous venez de prendre connaissance des quelques règles élémentaires qui régissent la poésie classique, qui n'est guère plus utilisée que par les "puristes" et dans un certain nombre de concours. De nos jours le classique à largement laissé place au néo-classique ou poésie régulière ainsi qu'à la poésie libre., qui permettent toutes deux de se libérer des contraintes, en laissant libre cours à l'imagination et à la personnalité de l'auteur. Ce pendant comme nous le dit Damien Panerai dans son Traité de versification aux éditions Librio : "Il importe de comprendre les conventions classiques qui déterminent le rythme de la poésie Française, quitte à les abandonner ensuite, mais on ne peut déconstruire correctement un objet sans avoir saisi la manière dont il a d'abord été construit"

  Le Sonnet

Le Sonnet, étant l'une des forme qui a été le plus employée en occident, il nous a semblé utile de nous y arrêter quelque peu.

Origine.

Le mot "Sonnet" viendrait du vieux Provençal "Sonnet" qui voulait dire "Chansonnette" . Il est maintenant acquis qu'il trouve son origine en Italie, en effet les poètes Italiens se seraient inspirés des troubadours circulant dans tout le sud de l'Europe et qui déclinaient leurs œuvres en Langue d'Oc. C'est aux alentours des années 1230 que cette poésie d'Oc sera adaptée en Italien.

Technique 

Le Sonnet est composé de 14 vers: deux quatrains et deux tercets. Il se construit généralement sur cinq rimes, de disposition stricte, mais qui au fil du temps subiront des variations importantes.

Il comporte quatorze vers en Alexandrins (12 pieds) répartis en deux quatrains construits sur deux rimes embrassées et un sixain composé de deux tercets, construits sur 3 rimes.

Dans sa forme classique on n'emploiera qu'une seule fois chaque mot (excepté les articles) 

Schéma du Sonnet:

ABBA ABBA CCD EED dans sa forme traditionnelle

ABBA ABBA CCD EDE dans sa forme nouvelle, Française, la plus utilisée.

Le genre de la rime du dernier vers est opposé à celui de la rime du premier vers.

Tout sonnet construit selon une autre disposition de rimes, ou avec des vers autres que des Alexandrins, est dit irrégulier.

Exemple : Le sonnet d'Avers, irrégulier mais génial.

Mon âme a son secret, ma vie a son mystère:

Un amour éternel en un moment conçu.

Le mal est sans espoir, aussi j'ai dû le taire,

Et celle qui l'a fait, n'en a jamais rien su.

 

Hélas ! J'aurais passé près d'elle, inaperçu,

Toujours à ses côtés et pourtant solitaire:

Et j'aurais jusqu'au bout fait mon temps sur la terre,

N'osant rien demander, et n'ayant rien reçu.

 

Pour elle, quoique Dieu l'ait faite douce et tendre,

Elle ira son chemin, distraite, et sans entendre

Ce murmure d'amour élevé sur ses pas.

 

A l'austère devoir pieusement fidèle,

Elle dira, lisant ces vers tout remplis d'elle:

"Quelle est donc cette femme ?" et ne comprendra pas.