"La Gazette"‎ > ‎

Gazette N°32

Gazette N°32 - NOVEMBRE 2011

  

LE BONJOUR D'ESTHER


Chères Amies, chers Amis, chers Membres du CCVN,

Vous êtes venus en nombre le 11 octobre 2011 et vous ne l’avez pas regretté. Encore mille mercis à Raymond de ces deux heures qui ont passé très (trop) vite.

Lors de notre prochaine séance du 1er novembre, nous parlerons de «stop motion». Alain Gonthier va nous expliquer en détail de quoi il s’agit.

Le 15 novembre, ce sera une soirée surprise que nous feront vivre Yves Buvelot et Paul-Emile Muller. Vous recevrez le programme quelques jours auparavant, comme d’habitude.

Petit rappel :
Comme vous le savez tous, le prochain grand rendez-vous swiss.movie, le «FORUM», aura lieu à Estavayer-le-Lac le samedi, 29 octobre 2011. C’est toujours un moment où les Romands sont entre eux et où nous pouvons discuter librement sur toutes sortes de problèmes de notre dada qu’est le cinéma non professionnel. Comme de coutume, nous pouvons aussi parler de nos préoccupations propres à notre minorité en Suisse. L’organisateur Filippo Lubiato a fait de gros efforts pour nous préparer un programme riche que je vous ai fait parvenir le 9 octobre déjà. C’est ainsi qu’il a pu motiver le Studio 41 de Genève de venir nous parler. Et le club d’Estavayer-le­Lac, une fois de plus, nous prépare une réunion des plus agréables. N’oubliez pas de vous inscrire au repas (à frs. 17.-) en adressant votre courriel à
celine.lang@cvce.ch avant le 24 octobre 2011 si possible.

Et pensez à notre Concours Interne du samedi 10 décembre 2011, suivi du repas de fin d’année !

J’espère vous revoir en pleine forme tout bientôt, à Estavayer-le-Lac ou ailleurs.

Amicalement, Esther



CHRONIQUE DES SEANCES

Séance du 4 octobre 2011


Non seulement nous avions été dûment avertis, mais en plus l’assemblée générale avait poussé pour qu’Esther et son mari nous montrent le fruit de leur travail cinématographique. Une soirée spéciale, et ce fut le cas. En fait, ils avaient filmé une pièce de théâtre.

C’était un vaudeville, c’est-à-dire « une comédie légère, divertissante, fertile en intrigues et rebondissements » (dico dixit). Cette comédie donc, jouée par des amateurs aussi bons qu’enthousiastes, nous a bien divertis. Nos amis, Esther et Christian, ont filmé et monté ce film avec un grand soin et nous connaissons bien les limites d’une telle entreprise : deux caméras, prises de son en direct, petite salle, spectateurs qui manifestent à grand bruit leur enthousiasme !

Certes nous n’avons pas toujours tout compris, car certaines répliques étaient masquées par les applaudissements. Ce fut donc peut-être encore plus difficile pour les gens non francophones de naissance ! Notons aussi la chute, inattendue comme on les aime et comme on aimerait en trouver pour nos propres films.

Le débat a été chaud. Il a été question de « linéarité », mais on n’a pas vraiment compris ce dont il s’agissait ; puis de créativité, et là non plus. Il n’y a pas plus de créativité dans une retransmission d’une pièce de théâtre que dans celle d’un match de tennis. La remarque n’était donc pas très pertinente. D’ailleurs on ne demande pas cela d’une œuvre qui a pour but avant tout de rappeler aux participants, acteurs et public, une soirée où ils se sont bien amusés. Pourquoi vouloir à tout prix en faire une œuvre « créatrice » !! L’auteur de la pièce, lui, a fait une œuvre créatrice, oui. Le reportage de cette soirée n’avait pas cette fonction fondamentale. Il avait toutefois le mérite d’un bon travail, bien accompli au niveau du montage, des images qui étaient excellentes, et du son : et ça, c’est aussi une forme de créativité.

PEM







Comments