"La Gazette"‎ > ‎

Gazette N°48

LE BONJOUR D'ESTHER



Chères Amies, chers Amis, chers Membres,

Je vous écris à ma rentrée de notre séance «Hommage à François Schumacher» à laquelle Mafalda, son épouse, nous a fait l’immense plaisir de participer. Robi Cerruti, l’organisateur responsable de la soirée, n’ayant plus assez d’énergie d’être présent, s’est fait remplacer par un autre ami de François, Claude Bussard, qui a animé la séance tout en secondant Didier à la technique. C’est donc grâce à l’entraide de ces personnes que les membres de notre club, ainsi que quelques épouses amies du couple Schumacher, ont passé une excellente soirée, pleine d’émotion et de rires, en regardant quelques films du pur cru «Orion».

Si je vous parle de cette soirée dans mon «Bonjour» plutôt que sous la rubrique «Chronique des séances» c’est que je voudrais souligner l’amitié et la collaboration qui règne dans notre club. Bien sûr, il existe des séances plus ou moins intéressantes, instructives ou amusantes. Mais n’oubliez pas que c’est vous, les membres du CCVN, qui les organisez tout au long de l’année, à quelques exceptions près. Le Comité peut, bien entendu, vous soutenir, vous diriger ou vous financer le cas échéant. Vous pouvez m’envoyer vos propositions en tout temps et nous en discuterons en Comité.



Festival Régional à Fribourg (Marly) du 20 avril 2013
Je suis fière de vous annoncer les deux médailles suivantes : 
Argent - Claude Bussard avec «Liberté provisoire» (libre) 
Bronze - Daniel Richard avec «Toits de pierres, bols de terre» (documentaire) 


Quant au joli mois de mai, nous nous reverrons comme suit :
- le 7 mai 2013 sur le thème «Filmer avec un octocopter» dont les détails figureront sur l’invitation que vous allez recevoir sous peu ; 
- le 21 mai 2013 sur le thème «Les films d’Annecy» proposé par Sylvain Argenton 



D’ici-là, je vous salue cordialement 
Esther



CHRONIQUE DES SÉANCES


Séance du 16 avril 2013


Cette fois-ci, nous avons eu droit à une nouvelle séance de films de membres, la première s’étant déroulée le 19 mars dernier. Trois films étaient en lice pour notre plaisir et notre critique.

Le premier auteur à ouvrir les feux est Marlyse Weber, nouvelle membre depuis peu. Elle venait nous présenter son reportage réalisé en Extrême Orient. Celui-ci a été réalisé dans le cadre d’une œuvre de bienfaisance en faveur de familles népalaises dont elle est membre.

Au début, nous avons été plongés dans l’univers inhabituel de Katmandu, mélange d’urbanisme, de trafic automobile intense et de population nombreuse. On voyait des hommes charger de lourds ballots sur une galerie d’un vieux bus, ce qui ne manquait pas de nous intriguer.

Puis le véhicule s’est ébranlé vers une destination inconnue. A une station, des sherpas ont pris en charge ces lourds colis et une longue marche s’est ensuivie sur des chemins étroits et pierreux. Il ne fallait pas avoir le vertige en regardant droit en bas le ravin.

Au terminus, nous avons découvert un village pauvre et c’est à ce moment-là que l’on a compris la raison de l’expédition quand les gros paquets ont été déballés. Une distribution d’habits et de chaussures fut alors organisée pour la population locale.

Relevons les très beaux plans que Marlyse a pris sur le vif. Elle a su saisir les émotions et les joies. Cependant, nous lui conseillons vivement de raccourcir son métrage en ne conservant que les meilleures séquences et d’y mettre un petit commentaire explicatif. A l’avenir, nous lui suggérons également de filmer des enfants à leur hauteur et non en plongée.

Le second film de la soirée fut présenté par Francis Voumard. Il s’agit de la visite du musée Baud à L’Auberson réunissant une impressionnante collection d’orgues de barbarie et d’automates. Francis a tourné ce métrage dans le cadre d’une association qui s’occupe d’handicapés.

Nous avons bien aimé les plans variés, les explications du guide ainsi que les douces berceuses égrainées par des boîtes à musique. Comme pour Marlyse, nous lui conseillons de raccourcir ses séquences.

Et pour le mot de la fin, Nelly Thiébaud nous a montré son reportage – dont le montage n’est pas encore terminé - sur la localité de Plan-les-Ouates. Ce film est destiné à la Commune éponyme et est conçu sous forme d’énigme.

A l’aide d’un commentaire et de la présentation de divers bâtiments, les spectateurs doivent deviner de quels lieux il s’agit. C’est ainsi que nous avons appris l’existence d’un grand vélodrome qui aujourd’hui a été démoli. De grandes vedettes comme Hugo Koblet y sont venus concourir.

D’autre part, nous avons découvert que la Williamine, la fameuse eau-de-vie à base de poires, n’est pas originaire du Valais. A ce jour, il existe encore une distillerie à Plan-les-Ouates.

Nous ne pouvons que louer les qualités de Nelly, experte dans la structure de son scénario. Le fil rouge est représenté par des cyclistes. En outre, son riche commentaire s’appuie sur une documentation fouillée. Nous nous réjouissons de voir le résultat final.

Quant à nous, et vu que le printemps est de retour, cela doit être un signal motivant pour nous remettre à l’ouvrage car les sujets ne manquent pas.

Bien à vous, 

Daniel

 

 

 Séance du 23 avril 2013

 

Mémoires sans anniversaire

Les vrais souvenirs sont ceux pour lesquels nous n’avons pas besoin de dates ou de prétextes. Robert Cerutti, malheureusement empêché d’être présent à la soirée, s’est associé avec Claude Bussard pour nous re-mémoriser l’œuvre cinématographique de François Schumacher.

Auteur très prolifique, et d’ailleurs aussi trésorier très habile de notre club, François est un symbole de la phase ultra-créative du CCVN des années 80 et 90. En effet, à cette époque, le CCVN brillait par des animations originales et nombreuses d’auteurs comme lui,  Bussard, Tièche, Graber et autres.

En présence de Mafalda, la veuve de François,  Bubus nous a montré une grande partie de l’œuvre de ce cinéaste qui s’était surtout distingué par ses films d’animation, d’un genre qui lui était propre. C’était les débuts de la « computer-animation ». Ses images étaient toujours très sobres, simples parfois et concentrées sur l’essentiel. Mais chaque image était truffée d’un message clair, souvent critique envers notre société de consommation ou les exagérations de notre civilisation.

Le plus drôle, mais véridique, était son affirmation qu’au fond il était nul en dessin!

Dans une seconde phase de sa carrière François s’est penché sur des œuvres documentaires, là aussi avec une grande originalité. Ceci faisait que cet auteur était largement reconnu et souvent médaillé dans nos milieux.

Malheureusement, à cette soirée, le club était faiblement représenté. Tout le bout du lac, qui nous honore habituellement, était absent. Mais l’enthousiasme des spectateurs a compensé le nombre.

Merci pour la parfaite projection assurée par Didier et l’équipe technique sans qui rien ne serait possible.

Fred Graber

 

Festival romand du 20 avril 2013 à Marly

Si nos amis Claude, Alain et Daniel avait une « Vision du Réel » un peu différente de ceux qui se sont rendus à Marly, sans Fred, parti dans une région lointaine pour rejoindre les copains de l’UNICA, certains rescapés ont fait le déplacement pour visionner les chefs-d’œuvre romands et tessinois sur l’écran de nos amis fribourgeois qui se sont merveilleusement dévoués pour nous faire passer une excellente journée.

Dans le hall, une réception ad-hoc et souriante, une démonstration du dernier Casablanca peu convaincante, mais une kyrielle de potes, verres à la main, pour nous accueillir et une Aula à laquelle nous ne mettrons jamais le holà tellement la qualité des projections et du rendu sonore étaient de qualité, sans oublier toute l’équipe qui a su maintenir un timing à faire frémir notre Fredo national !

Comme toujours le palmarès surprend mais n’étonne personne.  En ce qui concerne notre région, Fri-movie reçoit une médaille d’or et nos deux vidéastes talentueux, Claude Bussard, l’argenté et Daniel Richard, le bronzé, viennent enrichir la moisson nyonnaise qu’Ursula récolte avec le sourire.

Pour les titres des films lisez le programme, pour les résultats, consultez le site de Swiss.Movie et pour les bises, envoyez-les toutes à notre chère Esther qui était retenue à la maison pour raison de santé.  Quant à l’issue de cette belle journée, elle s’est passée autour d’une fondue touillée magistralement par tous les vidéastes voulant clore cette belle journée dans la joie des retrouvailles.

Raymond Brussino


Comments