Sahara Occidental

Le Sahara Occidental demeure la dernière colonie d’Afrique à être en attente du processus de décolonisation.

Le Sahara Occidental est considéré par les résolutions des Nations Unies comme un territoire non autonome qui relève de l’article 73 de la Charte, et auquel s’applique la résolution 1541 du 15 décembre 1960, c'est à dire le droit inaliénable des peuples à disposer d'eux-mêmes.

Le Maroc a annexé le territoire du Sahara Occidental depuis 1975, année pendant laquelle le roi Hassan II lança la Marche Verte, pour récupérer ce qu’il considérait comme ses provinces du Sud. La guerre éclata entre le Front Polisario d’une part, et le Maroc et la Mauritanie, d’autre part. Après le retrait de la Mauritanie en 1979, le Maroc a occupé le territoire (partie sud) auquel la Mauritanie venait de renoncer. A ce jour, le Maroc est présent sur 85% du territoire, en toute illégalité. Au mois de novembre 1975, le Roi du Maroc organise la Marche Verte, marche "pacifique" qui va déplacer 350 000 marocains pour envahir le territoire du Sahara Occidental. 

Les populations du Sahara Occidental, depuis 40 ans, vivent séparées par un mur de sable long de 2700 kms construit par l’armée marocaine pendant la guerre entre les territoires occupés et les territoires libérés du Sahara Occidental dans l'attente d'un référendum d'autodétermination.

Une partie du peuple sahraoui ayant fui les combats, vit depuis lors dans des campements de réfugiés situés dans le désert algérien de Tindouf (Algérie). L’attente des populations en exil est longue et difficile, mais l’espoir de retour est très fort dans les campements de réfugiés. L’aide internationale humanitaire demeure primordiale pour la survie des réfugiés. Les actions de solidarité internationale sont nombreuses et prennent des formes diverses pour venir en aide aux sahraouis, elles représentent un soutien indispensable pour améliorer le quotidien des réfugiés, dans cette phase du conflit non résolu. Leur territoire ne leur est pas accessible car le mur qui séparent les familles sahraouis est bordé de millions de mines anti-personnel.

La situation internationale actuelle est alarmante pour les populations des territoires occupés , en matière de respect des droits de l’homme, bien que la Maroc ait ratifié les pactes internationaux de 1966 et les conventions internationales des droits de l’Homme.


Jeune femme sahraouie pleine d'espoir, devant le mur érigé par le royaume marocain qui partage le Sahara Occidental et coupe les familles sahraouies de leurs liens. Des millions de mines antipersonnels bordent le mur.
Territoires libérés du Sahara Occidental, 2012


Mur de sable, surveillé par les militaires marocains, Territoires libérés du Sahara Occidental, 2012