nouvelle 9: Rose de bonheur, rose du malheur

 
 
                               Rose de bonheur, rose du malheur




Un jeune garçon se promène dans un parc, il s'appelle Héric et est un peu idiot. Autour de lui les enfants jouent, les gents rit et s'aiment; mais quand Heric passe devant eux ils détournent le regard, fuit ce pauvre petit. Mais lui s'en moque, il va chercher un bouquet de roses blanches pour sa mère, car elle les adorent. Il rejoint la vieille vendeuse de fleurs qui le connait bien et lui dit souriant:

-Alors gamin, tu viens chercher tes roses?

Il acquiesça et tendit une pièce à la vieille.

-Tiens, voici tes dix roses blanches!

Tout heureux, Héric couru jusqu'à l'hôpital, ou sa mère l'attendait. Mais quand il voulu rentrer, son lit était vide, elle n'était plus là!

-Ha, ba, ba,... ma, ma, maman... Murmura-t-il.

Une infirmière qui passait le regarda et le prit par le bras pour l'emmener dans son bureau.

-Bonjour Heric, je dois t'annoncer une chose qui va te rendre très triste, mais tu dois être fort et devenir un homme.

-Ho,... mme?

-Oui, ta maman n'est plus là, elle est partie dans un pays très lointain ou elle te regarde et est heureuse. Elle va te protéger d'où elle est, avec Dieu et tous les Saints.

-Elle,... est,... morte?

Cette réflexion étonna l'infirmière et elle répondit:

-Oui, tu vas devoir aller dans un centre spécialisé pour personne...

Elle se retenu, non il n'était pas handicapé mental, ni débile, il avait juste eu un manque d'oxygène à la naissance; elle se ressaisit et continua:

-Un centre pour toi, avec des amis et des personnes qui te comprendront.

Une larmes perla sur sa joue et mourut dans son cou; Héric était empêtré dans une sorte de léthargie qui dura plusieurs minutes. Quand il en sortit il était seul dans le bureau, jetant les fleurs sur le sol en un signe de colère et s'enfuyant en courant, le petit être déstabilisé sortit de l'hôpital et retourna dans le parc. Là un magicien ambulant faisait des tours de magies en faisant disparaitre des lapins, des cartes, des fleurs de papiers et en faisait apparaitre d'autre. Des tours minable mais qui hypnotisèrent Héric. Il resta ainsi plusieurs minutes à regarder le prestidigitateur.

-Tu aimes mes tours? Finit-il par demander.

-Oui...

-Regarde...

Il fit apparaitre une rose blanche en tissu dans sa main et la donna à Héric en continuant:

-Tu veux disparaitre et rejoindre ta maman?

Les yeux du petit garçon brillèrent tel des émeraudes et ses cheveux bruns, sales et gras devinrent propres, ses vêtements sales et miteux furent remplacer par des nouveaux et cela en un instant et sans aucune parole. Le magicien était maintenant un mage et regarda le garçon transformé en souriant:

-C'est d'accord si j'ai bien compris.

-Oui...

-Attend... Mesdames messieurs, venez voir le tour de magie le plus spectaculaire que vous n'aillez jamais vu! Je vais faire vraiment disparaitre ce petit bonhomme! Approchez, approchez...

Quand une vingtaine de personnes furent rassemblés autours de lui, il commença son tours:

-Je dispose ce drap blanc, sans particularité aucune sur la tête de ce petit homme; En effet il le recouvrait complètement, je prononce la formule consacrée vieille de mille ans: caribou, bouanako et matata, enfant disparait instantanément!

Et le drap sous lequel était Héric tomba au sol avec mollesse. Il avait disparu, pour de bon, pour aller rejoindre sa mère dans ce pays lointain qu'était Avalon, le jardin d'Ialou ou le paradis céleste.

Comments