Le bébé romain




Bébé romain. Scène d'allaitement.Sarcophage de Marcus Cornelius Statius. Marbre.
Vers 150 après J.-C. Musée du Louvre. Paris. Photographie : Marie-Lan Nguyen
Après la naissance du bébé, le père de famille reconnaît l'enfant lors d'une cérémonie qui se déroule devant le foyer domestique. La cérémonie a lieu lors du huitième jour de vie pour les filles et lors du neuvième jour de vie pour les garçons. Le jour de la cérémonie est appelé le
dies lustricus. Lors de la cérémonie, le bébé est posé sur le sol. Si le père de famille le reconnaît, il le soulève et le prend dans ses bras. L'enfant fait alors pleinement partie de la famille romaine.

La reconnaissance du fils passe par cet acte symbolique. En soulevant ainsi le bébé dans ses bras, le père assure que son fils bénéficiera pleinement des droits que lui assurent la filiation. Lorsque le bébé est une fille, le père ne la prend pas tout le temps dans ses bras pour la reconnaître. Le fait seul d'ordonner de la nourrir suffit à assurer la reconnaissance de l'enfant.

Par la suite, l'enfant est purifié, puis, lorsque c'est un garçon,  on attache autour du cou de l'enfant un médaillon : la bulle (bulla). L'enfant reçoit également son prénom à ce moment-là.

Si l'enfant n'est pas reconnu, il est abandonné. C'est l'exposition : l'enfant abandonné est le plus souvent placé sur les marches d'un temple ou bien exposé sur la voie publique.Certaines familles éliminent carrément l'enfant.

Sous la République, la Loi des XII tables permet au père de famille de tuer l'enfant qu'il réprouve.


Les soins donnés au bébé                                                    


Les Romains partent du principe qu'il faut modeler le corps du bébé car il est encore mou.

La nourrice masse donc énergiquement le bébé afin de modeler son corps.

Le bébé est rarement allaité par la mère. Ce soin est le plus souvent confié à une nourrice. Cependant, le bas-relief d'un sarcophage présente une mère romaine allaitant son enfant.

Le bébé est emmailloté dans un tissu dans un linge qui lui couvre le buste mais qui laisse les jambes et les bras libres.