Projet(é)

Projet(é) est le rendez-vous cinématographique mensuel
auquel vous convie ESPACE 
PROJET à chaque premier mercredi du mois.

Entrée libre. Ouverture des portes à 19h30. Projection 20h00.
Espace Projet est situé au 353, rue Villeray.

Projet(é) le 5 décembre

Le mercredi, 5 décembre 2012 – 20h00

The Shop around the corner, 1940, É-U. v.o. avec sous-titres français

de Ernst Lubitsch

The Shop around the Corner, avec James Stewart et Margaret Sullavan


"Étrangement, le meilleur film de Lubitsch est assez peu représentatif de son auteur. Les personnages ne sont plus ces princes, ces marginaux vivant dans l'insouciance et le luxe auxquels Lubitsch nous a habitués mais des êtres ordinaires, fragiles et soucieux connaissant une situation précaire tant sur le plan social que sentimental. Le film semble influencé par le grand maître occulte de la comédie américaine de toute cette époque, Leo McCarey. The shop around the corner obéit en effet dans ses profondeurs au système McCarey qui veut que l'émotion et le rire aient partie liée, que la meilleure comédie soit aussi la plus chargée d'universalité, la moins frivole et celle où les personnages se montrent humains, trop humains de la première à la dernière seconde du récit.

Le miracle de The shop est que, tout en passant sur un autre registre qui leur est moins familier, Lubitsch et son scénariste, Samson Raphaelson, démontrent la même virtuosité irrésistible à tous les stades de leur travail. Une intrigue merveilleusement nouée, une interprétation subtile et variée, un contexte social décrit avec une grande acuité, quoique l'essentiel de l'action reste enfermée entre les quatre murs d'une boutique, ont permis au film de garder une jeunesse intacte. Le succès du film tint bien-sûr à son génie propre mais aussi, d'une façon plus circonstancielle, à son étonnante description de la précarité sociale des personnages et de la menace diffuse qui pèse sur leur emploi et sur eux-mêmes.

Il est vrai qu'aucun film d'aujourd'hui n'a su appréhender avec autant d'humanité les craintes d'une société en proie au chômage."

                                                    Jacques Lourcelles : Dictionnaire du cinéma




------------------------------------------------------------------




Who but Ernst Lubitsch could have pulled off such a winning romantic-comedy classic that dares to include, but is not marred by, such tragic undercurrents, with a frank subplot involving adultery, attempted suicide, and the collapse of a marriage?

The delicacy and sureness of the "Lubitsch touch" may never have been more crucial to the success of any picture than The Shop Around the Corner, a delightful film with an excellent ensemble cast led by Jimmy Stewart and Margart Sullavan and a classic mistaken-identity premise.

With consummate deftness, Lubitsch scratches the surface of ordinary characters and circumstances and reveals the reality behind the deceptive appearances — the substance and doubts beneath the vain posturing, the false heart behind the smiling face, the poetic soul behind the prosaic demeanor — and serves all of it up with soufflé-like lightness.


                                                  Steven D. Greydanus

                                           





       Informations: info.projete@gmail.com
       Programmation: Jean-Sébastien Durocher