Fossoro. rostratus

Fossorochromis rostratus

Mâles

Mâle avec deux femelles

Juvénile

VIDEO

AUTRES NOMS

 

DISTRIBUTION

On les retrouve en abondance dans tout le lac Malawi et dans la Shire river. Il n'existe pas de variété géographique.

HABITAT

Ils fréquentent la zone sableuse peu profonde dépourvue de plantes où ils se retrouvent en bancs d'une cinquantaine d'individus, mais avec un seul mâle en couleur de frai. Lorsqu'il y a plus d'un mâle mature, ils construisent de grands cratères de sable qui servira à la ponte. Les Fossorochromis rostratus sont appelés par les pêcheurs "Chimbenje" ou " Chigumbuli", ce qui signifie "une personne rusée" car ils n'hésitent pas à s'enfouir dans le sable pour échapper aux filets de capture. Les juvéniles utilisent cette même pratique pour échapper aux prédateurs.

ALIMENTATION

Ils passent leur journée à tamiser le sable pour se nourrir des invertébrés qu'ils trouvent. On retrouve souvent dans leur sillage des "suiveurs bleus" tels que Cyrtocara moorii,  Placidochromis electra ou Protomelas annectens. Ils se nourrissent également de plancton quand celui-ci est abondant. Les adultes sont des prédateurs piscivores.

En aquarium ils acceptent tous types de nourriture. Les adultes et les femelles en période de frai ont besoin de protéines : crevettes, moules, chair de poisson...

TAILLE

Les mâles adultes peuvent atteindre 35 centimètres. Les femelles sont plus petites.

COLORATION
DIMORPHISME SEXUEL

La coloration des mâles n'apparaît que vers 18 à 24 mois, à une taille de 15 cm environ. Les mâles adultes sont uniformément gris jaune avec de superbes reflets métalliques bleus-vert sur le corps et la tête. Les nageoires sont bleues ciel. En période de frai, la partie ventrale et les nageoires pelviennes sont noires, la tête vert argentée. Les mâles ne possèdent pas d'ocelles, ce qui est rare chez les haplochrominiens construisant un site de ponte. Chez le mâle les nageoires anale et dorsale sont plus effilées que chez la femelle. Cette différence commence à apparaître avant les modifications de couleurs. A "la retournette", on peut très facilement différencier les deux sexes. La femelle et les jeunes sont jaunes avec cinq taches noires alignées au milieu du corps. Une deuxième rangée de quatre taches se superpose à la première. D'autres taches apparaissent parfois à la base de la dorsale.

EAU

Température de 24 à28°C
pH 7 à 8,5

REPRODUCTION

En aquarium les femelles pondent 50 à 100 oeufs sur une pierre plate ou sur le sable. Elles récupèrent les oeufs dans leur bouche où a lieu la fécondation. L'incubation dure de 21 à 24 jours. Les alevins mesurent une dizaine de millimètres à la naissance et présente déjà les mêmes couleurs que leur mère. Dans la nature les alevins sont gardés par la femelle pendant plusieurs semaines. En aquarium, la femelle reprend en bouche son nuage d'alevins à la moindre alerte.

MAINTENANCE et COMPORTEMENT

Etant donné la taille de l'adulte, un bac de deux mètres de façade est un minimum. Le F. rostratus est sans cesse en mouvement et ne s'intéresse pas aux plantes. Il cohabite fort bien avec les autres espèces du Malawi qu'il ignore. Par contre, son comportement envers les mâles de sa propre espèce peut être très aggressif. Comme dans la nature, un seul mâle reste coloré, les autres doivent prendre leur tenue de camouflage, c'est à dire la couleur des femelles. L'apparition de la moindre coloration est vite sanctionnée. Plusieurs abris rocheux seront nécessaires dans le décor pour acceuillir les femelles qui voudront échapper aux ardeurs du mâle.

POUR EN SAVOIR PLUS

"CICHLIDES AFRICAINS, espèces d'Afrique orientale" par Dr. Wolfgag Staeck, Horst Linke
"Les Cichlidés du Malawi dans leur milieu naturel" 3° édition, Ad Konings
"CHIMBENJE, le renard rusé" Fossorochromis rostratus, de J-Pierre OUDIN (AFC 1529-83) RFC janvier 2001

EXPERIENCE PERSONNELLE

Je maintiens dans un 1000 litres un mâle adulte et plusieurs juvéniles. Je ne me lasse pas d'admirer ce cichlidé aux reflets métalliques, sans cesse en mouvements et j'ai beaucoup de mal à le photographier. A plusieurs reprises, j'ai pu observer un comportement d'ensablement pour échapper à la capture. Ce comportement est retrouvé chez d'autres espèces de cichlidés.