Taal wijzigen

2008 Rome

 
Les 16 et 17 septembre, les déléguées de la CIB se sont réunies à Rome, chaleureusement accueillies par la communauté camaldule internationale du monastère Sant’Antonio sur l’Aventin. Ce monastère est construit au départ d’une villa romaine, des fresques du 18ème ornent certains murs. Un très beau jardin offre fleurs et fruits (une allée d’arbres à kiwi ployant sur le poids des fruits !) ; une végétation déjà bien différente de la nôtre, témoigne de la clémence du climat méridional. Les sœurs ont une importante hôtellerie consacrée essentiellement à l’accueil de jeunes américains, pour lesquels elles organisent des cours d’italien. Une bonne partie d’entre nous logera là durant tout le séjour romain. M Fabienne et moi sommes accueillies ainsi que 6 abbés des USA, par une communauté voisine, formée de dominicaines anglophones (originaires des USA, d’Irlande,...).

Nous avons durant ces deux jours partagé la liturgie de la communauté Sant’Antonio qui compte une trentaine de sœurs. Les murs du monastère transpirent la prière d’une des leurs, sr Nazarena qui y a vécu en recluse durant 43 ans (1947-1990). Les sœurs la considèrent comme sainte et vivent de sa lumière. Elles nous font volontiers visiter sa cellule, très dépouillée, un lit formé d’une simple planche avec une croix en relief, discipline et cilice...

 

Chaque matin notre réunion a débuté par un partage de lectio. Cette fois, M Zoé de Turvey a choisi des extraits du Prologue de la Règle. Ce petit temps de lecture a l’art de nouer la rencontre dans l’Esprit.

 

Divers sujets d’échanges et de travail se sont succédés:

- Sr Anna nous a parlé de la vie camaldule (texte de la conférence ci-joint). Ce fut l’occasion d’un échange : que percevons-nous de commun, de différent, dans nos manières de vivre la règle de Benoît ?

 

- le thème du prochain symposium : « Bénédictines, témoins d’espérance » a servi de base pour deux temps de partage : que percevons-nous comme signes de désespérance et comme signes d’espérance. Comment sommes-nous témoins d’espérance ? Voilà un beau sujet pour alimenter vos réflexions... j’accueille toutes vos inspirations avec grande joie !

 

- Sr Clare, qui a une solide formation dans le domaine, nous a présenté le rapport concernant les finances de la CIB... heureusement qu’il y a des personnes dévouées à cette cause ! Les sœurs membres de la « commission finances » s’emploient à trouver un fond pour assurer l’avenir de la CIB sans que cela ne pèse trop lourd sur les régions.

 

- Sr Judith Ann a grand souci de nous voir  progresser vers les divers objectifs fixés pour les années 2006-2010 :

* Un mot pour le monde (cf le dernier bulletin de la CIB),

* Développer un profil des bénédictines pour le 21ème siècle, cette fois nous avons découvert les camaldules

* Créer une plate-forme d’échange de matériel monastique : le CERL (CIB Electronic References Library) est lancé : une bibliothèque électronique qui mettra à la disposition de toutes, des textes sources pour notre vie, des cours,... Plus d’infos dès que disponible !

* révision des statuts : Le vote est prévu pour la rencontre de 2010. Il y a peu de modifications à forte incidence ; la plus remarquable est celle de laisser la possibilité d’élire comme Modératrice de la CIB, non seulement une supérieure majeure en activité, mais aussi une qui ne le serait plus depuis peu, et aurait été récemment active dans la CIB.

 

- Sr Zoé œuvre à la création du nouveau site Internet de la CIB : vous le trouvez à l’adresse www.benedictines-cib.org . Si vous avez des informations, des photos à y partager n’hésitez surtout pas. Ce site étant encore en chantier, l’ancien reste fonctionnel.

 

- Sr Monica, notre vaillante secrétaire espère pouvoir remettre son tablier. Nous, on aimerait la garder, tant elle nous est précieuse. Mais il faut bien se résoudre à chercher une sœur qui pourrait prendre le relais...

 

- M Anastasia nous a présenté quelques vues de Croatie, pour nous mettre en appétit... la rencontre de 2009 aura lieu à Zadar.

 

- Sr Gisela nous a parlé, avec tout l’enthousiasme que nous lui connaissons, du travail de l’AIM.

 

L’échange des nouvelles, nous a appris le lancement d’un studium monastique en Indes, et d’une association pour la formation continue en Afrique du Sud. N’est-ce pas là beau signe d’espérance ?

 

L’ambiance du groupe est toujours aussi fraternelle, nous avons fait la connaissance de nouvelles déléguées ou suppléantes pour les Caraïbes, l’Amérique du Nord, l’Argentine, le Brésil, l’Italie, la Corée.

 

Le partage si international est vraiment enrichissant. Je suis émerveillée de la rapidité avec laquelle les échanges vont en profondeur, les partages se font très vrais, simples... Quelle richesse que cette vie bénédictine vécue aux quatre coins du monde.

 

P Notker, absorbé par la préparation du Congrès, ne pouvait se joindre à nous pour ces deux journées, il est venu partager un souper, et a assisté avec nous au spectacle que les sœurs camaldules avaient prévu : une jeune femme professionnelle du « mime » nous a révélé ses talents. C’était effectivement un bon choix, nous avons passé là une bonne heure sans le moindre problème de traduction !

 

Notre rencontre s’est clôturée par un temps de prière, toujours aussi bien préparé par M Zoé. Un extrait du chapitre 4 de la Règle (v 62-78) en était la trame.

 

Voilà quelques petites notes de ces deux journées de soleil dans le partage et la communion. Je ne serai pas plus longue. Il y aurait tant à dire. Mais l’essentiel est sans nul doute au-delà de tout mot, dans la communion. Que l’Esprit nous y entraîne toujours plus avant !

 

 

                                                                       Sr Thérèse-Marie (Hurtebise)

Sous-pages (1) : Les soeurs camaldules à Rome