Luttes des peuples originaires du Pérou, du Chili...et de Colombie

Accueil  Soirées-Débats  Liens   Déclaration   Infos Pays   Versos Bolivarianos   Telesur

 

En avril 2009, les peuples indigènes de l'Amazonie péruvienne ont mené une grève générale pacifique, en réaction à onze décrets pris par le gouvernement péruvien, favorables aux Traités de libre commerce avec les Etats-Unis au détriment de leurs droits et de l'environnement. 

Selon l'AIDESEP (Association interethnique pour le développement de l'amazonie péruvienne), organisation faitière des peuples autochtones d'Amazonie péruvienne, ces décrets sont anticonstitutionnels et violent les droits fondamentaux des peuples autochtones de ce pays dont la convention 169 de l'OIT.

En réponse, le gouvernement péruvien a non seulement instauré l'état d'urgence, mais a de plus lancé le vendredi 5 juin à l'aube une opération militaire et policière pour déloger les grévistes sur la route Belaunde Terri (lieu-dit la « Curva del Diablo » dans le département d'Amazonas, au nord du pays). Selon les dernières informations, les affrontements ont causé la mort de trente deux personnes dont 25 indigènes (parmi les peuples Awajun et Wambi) et sept policiers. La police et l'armée auraient lancé depuis des hélicoptères des bombes lacrymogènes et tiré sur les manifestants.




  • Le cri du peuple mapuche au Chili

Nous avons entendu beaucoup de vociférations des politiques, des entreprises et des médias de communication chiliens sur la violence Mapuche, les cagoulés, le terrorisme rural, les attaques incendiaires, entre autres calamités, mais bien sur, aucune référence à la violence, terrorisme et racisme dirigés contre les Mapuches depuis des siècles et jusqu’à aujourd’hui.

L’existence de la violence sur ces territoire n’a rien de nouveau. Depuis l’invasion et la tentative de conquête de la couronne espagnole, l’occupation guerrière de l’état chilien à la fin du 19 ème siècle, les abus et violations, la souffrance et la perte de vies humaines, la destruction des structures économiques et sociales Mapuches, la destruction des écosystèmes sur nos territoires, sont les références que nous avons du subir dans le cadre de "l’assimilation" imposée par les puissants Chiliens. Et cela ne s’est pas arrêté là, l’arrivée de l’année 1973 au Chili a fait place à une dictature militaire appuyée et mise en place par l’impérialisme yankee qui a permis que la tuerie continue de s’exercer contre les Mapuches (41 exécutés politiques et plus de 80 détenus disparus, parmi des milliers de chiliens tués et disparus). Aujourd’hui sous cette pseudo démocratie, la sang mapuche continue de couler. En novembre 2002 ALEX LEMUN, 17 ans a été assassiné par la police, qui protège les intérêts des familles nanties chiliennes, (Les Matte propriétaire de l’entreprise forestière Mininco, CPCM) à l’intérieur d’un terrain forestier. L’histoire n’a pas beaucoup changée et les puissants continuent d’exploiter les personnes et de surexploiter les ressources naturelles sur ces terres, avec une violence incontrôlée et ce ne sont pas précisément les Mapuches qui l’ont fait naître.  Voir : http://www.mapuches.org/




  • La Minga : La parole en marche des peuples originaires de Colombie

Octobre 2009 : Plus de 25000 personnes, indigènes, paysans, afro-américains et militants des secteurs sociaux populaires sont en marche en Colombie dans un grand rassemblement pour la défense de l'environnement, la Minga, portant un cri d'alarme : "Nous lançons un appel à l'humanité... La vie est en danger, l'espèce humaine est en danger, comme les animaux, les territoires, la nature et la Terre" affirme Feliciano Valencia, coordinateur national de la Minga. Voir : http://colombieparis.e-monsite.com/