forum social mondial Belem 2009

 

Soirées-Débats      Documents     Liens     Déclaration     Infos Pays     Versos Bolivarianos     TeleSURtv.net

BubbleShare: Share photos - Play some Online Games.

« UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE »


C’était le Slogan du IXèmeForum Social Mondial qui s’est déroulé à Belém en Amazonie Brésilienne au mois de janvier 2009.

120 à 140 000 personnes avec une majorité de jeunes brésiliens et une forte participation d’indiens d’Amazonie.

Grace à la Mairie de Nanterre, un petit groupe de Nanterriens a pu se rendre à la plus grande manifestation altermondialiste internationale. Voici un résumé en images

Avant les activités une énorme manifestation avec des allures de carnaval. Plus d’une centaine de milliers de manifestants, beaucoup portaient des signes de solidarité avec la Palestine.

ODED GRAJEW

Entrepreneur brésilien et l’un des fondateurs du forum social.

Ici pour le discours d’ouverture avec l’ensemble de la délégation du C.R.I.D ( collectif de 56 associations françaises).

Le premier jour de débat était consacré à l’Amazonie. Des représentants des indiens Yanomamis, Kayapos et des indiens du Para ont pris la parole : «Nous ne voulons pas faire partie du folklore » "Non à la nourriture pour les voitures » « nous sommes les garants de la protection de l’Amazonie » Ils dénoncent la criminalisation des revendications des indiennes. Ces dernières années l’équivalent de la surface du Venezuela a été rasé etil ya des dizaines deprojets de construction de barrages d’ici 2030 dans la région. Ils appellent à une journée internationale de la résistance des peuples indiens pour le 12 octobre (jour de la découverte de l’Amérique).

Des représentants des indiens des Andes. Des Aymaras, Quechuas, et des Mayas du Guatemala. Sur le drapeau ils réclament des états plurinationaux. « nous voulons qu’on respecte notre culture, nous avons notre propre idéologie qui nous vient de nos ancêtres et nos propres croyances » «  nous n’avons pas besoin d’aller les copier ailleurs ». Le 12 octobre ils souhaitent rendre hommage à la « pacha mama » terre-mère des hommes.

Les séminaires avaient lieu dans deux universités qui se situent au bord du fleuve Amazone et de la forêt. Voici le séminaire «UNASUR» Union des Nations Sud Américaines. Avec la participation d’un membre du gouvernement brésilien, des ambassadeurs du Chili et de la Bolivie au Brésil. Depuis la signature du traité constitutif en 2008, UNASUR regroupe les 12 pays de l’Amérique du Sud. Ils ont expliqué le fonctionnement et le projet de création d’un Conseil de défense sud-américain, une véritable révolution pour le continent

Le séminaire pour la paix en Palestine et en Colombie. Un parallèle entre la situation politique de ces deux pays en guerre depuis des dizaines d’années. Le représentant colombien a signalé le risque de régionalisation du conflit colombien. «  Le gouvernement colombien est l’expression de la politique américaine dans la région » Il en est sorti la proposition de faire du 30 mars la journée internationale pour la Palestine et pour le droit à l’autodétermination des peuples. Ils appellent à la création d’un comité pour leboycott des intérêts israéliens dans le monde. Les Brésiliens présents demandent la non ratification du traité de libre commerce du MERCOSUR signé avec les Israéliens. Ils demandent des sanctions contre Israël pour crimes contre l’humanité. 

Le séminaire sur les « Métropoles urbaines en temps de crise » présidé par Gérard Perreau Bezouille, 1er maire adjoint de la ville de Nanterre. Avec entre autres, la participation de Gus Massiah, vice-président d’ATTAC et de Stéphane Troussel vice-président du Conseil Général de Seine Saint Denis.

Un des moments forts de ce forum fut la rencontre des 5 chefs d’état latino-américains. Evo Morales, Lula, Fernando Lugo, Rafael Correa et Hugo Chavez se sont adressés à des milliers de participants et ils ont terminé la soirée en chantant la chanson du « Ché » aux côtés de sa fille.

Pour Correa au sujet de la crise : « il faut un changement de système, un modèle alternatif et ce modèle existe en Amérique Latine et il est en train d’être appliqué » il l’appelle le socialisme du XXI e siècle. Chavez fait appel à l’union des latino-américainspour traverser la crise, « un autre monde n’est pas seulement possible, il est nécessaire et il est en train de naître en Amérique Latine et celui qui le souhaite n’a qu’à venir le voir »